S’abonner au mag
  • France
  • Annecy

Moïse Sahi Dion : « Mon premier souvenir en France, c’est une allergie au saumon »

Propos recueillis par Adel Bentaha
Moïse Sahi Dion : « Mon premier souvenir en France, c’est une allergie au saumon »

Buteur au Vélodrome face à l'OM en Coupe de France lors de l'exploit d'Annecy, Moïse Sahi Dion (21 ans) franchit des caps impressionnants avec le club haut-savoyard tant en Ligue 2 (il est 5e meilleur buteur du championnat avec 10 buts) qu'en Coupe de France. Entretien avec un buteur fan de Baky Koné et de gâteaux faits maison.

Annecy a sorti l’une des performances de l’année en éliminant l’OM en Coupe de France. Tu réalises ?

Je ne m’en remets toujours pas. Personne n’a vraiment compris ce qu’il se passait. Si on m’avait dit qu’on ferait nul contre l’OM en quarts de Coupe de France, j’aurais signé tout de suite. Mais là, on repart avec la qualification en plus !

Justement, que se passe-t-il dans les têtes à la pause quand vous êtes menés (1-0) et en fin de match, quand l’OM égalise au bout du temps additionnel (2-2) ?

Les gens ne vont sûrement pas le croire, mais on savait qu’on allait revenir. À la pause, on s’est dit : perdre au Vélodrome, quoi de plus logique ? Donc autant foncer en attaque, quitte à prendre une valise. C’est d’ailleurs pour ça qu’on marque nos deux buts dès la reprise. Parce qu’on s’est complètement lâchés. Idem en fin de match, hein. Ok, on prend un coup derrière la tête sur l’égalisation, mais on sait qu’il y a des tirs au but derrière, et que tout restait ouvert. C’est marrant parce qu’au coup de sifflet final, j’ai eu une pensée pour le petit qui a égalisé (François Régis Mughe, NDLR), c’était son premier ballon en pro, et il marque, c’était beau.

À la pause, on s’est dit : perdre au Vélodrome, quoi de plus logique ? Donc autant foncer en attaque.

Et toi, ton but, tu l’as bien célébré ?

La folie ! Dès que l’arbitre a sifflé la reprise, j’ai foncé. Je me suis éloigné le plus possible de Balerdi, car je savais qu’en le prenant de vitesse à distance, il ne me rattraperait pas. Quand je reçois le ballon, lui pense que je vais m’excentrer vers le poteau de corner avec mon pied droit. Sauf qu’en allant vers la droite, je penche quand même mon corps vers la gauche, vers l’intérieur. Dès qu’il a un peu relâché son corps, j’ai crocheté vers la surface, et j’ai placé mon enroulé du gauche. Ensuite c’est la célébration classique : le doigt sur la tempe, pour montrer que tout se passe au mental.

C’était le mental aussi les tirs au but ?

Non, là c’était le stress… (Rires.) On ne me voit pas à la caméra, mais j’étais presque allongé sur le banc, en train de prier avant la séance.

Ton premier but en professionnel, c’était contre le PSG (avec Strasbourg, le 10 avril 2021), là tu marques au Vélodrome : on a vu pire comme débuts, non ?

Je marque contre le PSG, j’enchaîne contre l’OM, je pense que je vais prendre ma retraite. (Rires.) D’ailleurs, mon but contre Paris, j’ai dû attendre d’être seul chez moi pour le célébrer. Parce que sur le terrain, on s’est fait écraser (défaite 4-1, NDLR), donc je ne pouvais même pas le fêter. C’est en rentrant à la maison que je me suis dit : « Bon, il n’y a pas de honte à perdre contre ce PSG-là, donc autant célébrer mon premier but en pro ! »

C’est à genre de moments que tu songeais plus jeune, en Côte d’Ivoire ?

Oui. Je viens d’une petite ville, Angré de Cocody, à deux heures du centre d’Abidjan. C’est un coin vraiment tranquille. Niveau football, c’était le calme plat, j’ai même récemment appris que j’étais le seul footballeur pro de cette ville. Dans ma famille, pareil, le football ne prenait pas de place. Mon père est professeur de SVT au collège et ma mère institutrice en primaire. Donc pour eux, il y avait les études et rien d’autre. Mes frères et ma sœur ont tous poursuivi leurs études, moi je n’étais pas très assidu en classe. Je passais mon temps à jouer dehors, et comme beaucoup de petits sur le continent, on m’a repéré comme ça. Les grands de mon quartier trouvaient que j’avais quelque chose, donc ils m’ont incité à prendre une licence en club, à 10-11 ans. Je suis d’abord allé au Majestic de Yopougon, un club plutôt coté entre chez moi et Abidjan, avant que l’Ivoire Académie, le grand centre de la capitale, m’invite à l’une de ses détections, à l’été 2012. Mon père avait dit non, il a fallu que je bataille, que tout le quartier lui explique qu’il y avait un sport-études dans l’académie pour qu’il accepte.

Mon père est professeur de SVT au collège, et ma mère institutrice en primaire. Donc pour eux, il y avait les études et rien d’autre.

À quoi ressemblait ton quotidien à ce moment-là ?

J’étais inscrit dans une école publique d’Abidjan, et les professeurs de cet établissement venaient nous donner des cours au sein de l’académie. C’est en partie grâce à ça que j’ai eu mes diplômes de secondaire. Nous étions logés là-bas, et tous les quinze jours, le week-end, nous rentrions chez nous. C’est là que j’ai rencontré mon « père de football », Monsieur Alain Tiemelé, un coach qui a dû m’apprendre 90% des choses que je fais encore aujourd’hui. Je l’ai suivi au Mali, à 16 ans, car il rejoignait une autre académie à Bamako, l’Afrique Football Elite (AFE). On lui avait dit avec d’autres qu’on le suivrait, et si pour certains, c’étaient des paroles en l’air, c’était réel pour moi. Mes parents ne devaient rien savoir, parce que sinon ils auraient refusé de me laisser partir. J’ai donc fait croire à mes entraîneurs que j’avais l’autorisation de mes parents, et à mes parents, que j’étais toujours à l’Ivoire Académie, mais que je ne pouvais pas encore rentrer à la maison.

Tout ça pour du football ?

C’est vrai qu’en y repensant, c’était bête. Mais je savais que cette opportunité au Mali était un tremplin. J’avais une confiance aveugle en Monsieur Charlton (surnom d’Alain Tiemelé, NDLR), la Côte d’Ivoire et le Mali sont des pays frontaliers et surtout, je savais qu’en matière d’organisation, c’était excellent. Kévin Zohi, Yves Bissouma, Rominigue Kouamé, tous ces mecs ont fait pareil que moi. Et surtout, je débarquais là-bas avec mon grand pote, El-Bilal Touré (ancien du Stade de Reims, actuellement à Almeria, NDLR). Après deux ou trois semaines, mes parents ont appris la nouvelle. Des dirigeants se sont alors rendus eux-mêmes en Côte d’Ivoire pour discuter avec eux après m’avoir fait la leçon. Moi, je n’y suis pas allé, sinon mon père se serait bien occupé de moi… (Rires.) Mais c’était le bon choix. Car finalement, les coachs nous ont surclassés et on jouait en D3 malienne, à 16 ans !

Au Mali, j’ai fini meilleur buteur de troisième division, en ne jouant qu’une dizaine de matchs.

C’est de là que se fait ton transfert à Strasbourg, en janvier 2021 ?

Je fais deux bonnes saisons au Mali. Une en D3, où on finit champions et promus, et la suivante, en D2, où on rate une nouvelle promotion à la différence de buts. J’avais fini meilleur buteur de troisième division, en ne jouant qu’une dizaine de matchs. Quelques scouts européens venaient régulièrement nous voir jouer, et c’est finalement Strasbourg qui m’a choisi. J’ai d’abord intégré la réserve, avant de rejoindre les pros trois mois plus tard.

Tu arrives en Alsace, en plein hiver : on connaît le rapport des joueurs africains et sud-américains au froid…

C’était abusé ! Je sais que c’est toujours le même cliché qui revient, mais l’Alsace en hiver, c’est n’importe quoi ! En plus, le coach (François Keller, NDLR) faisait de longues causeries avant chaque entraînement, moi j’étais gelé sur le terrain. Je me disais : « Allez, finis vite, j’ai envie de courir, je vais mourir sur place. » Mais bizarrement, au-delà du froid, c’est à la nourriture que j’ai mis du temps à m’adapter. J’ai longtemps joué la sécurité en ne mangeant que des pâtes. La première fois que j’ai voulu goûter un truc « nouveau », j’ai pris cher ! On nous avait servi du saumon, et je n’en avais jamais mangé. C’est très bon, sauf que j’ai rapidement vu plein de boutons apparaître sur mon corps. Mon premier souvenir en France, c’est une allergie au saumon.

Poisson mis à part, Strasbourg marque tes débuts chez les grands, avec des hauts et des bas.

Vous pensez à ma blessure ? Et pourtant, c’était une « simple » déchirure à l’ischio. Mais 14 centimètres, c’est quand même beaucoup ! Je me souviens avoir ressenti une gêne en présaison contre Francfort. Les médecins me rassurent, et me disent que j’en ai pour trois semaines. Je me repose tranquillement, et je reviens donc aux dates convenues. Mais sur mon premier face-à-face à l’entraînement, j’entends comme un pneu qui éclate et je ne sens plus ma jambe. Fin du jeu : déchirure complète, un mois sur la touche. À cette période, j’étais presque obligé de ramper pour monter jusque chez moi. Je ne pouvais même pas bouger. Psychologiquement, c’était dur ! J’allais au centre faire mes soins, je rentrais chez moi et je me posais sur le canapé, sans télé, ni rien. De toute façon, la télécommande était trop loin. (Rires.) Je fixais le mur devant moi, et je pensais à la vie. Le plus dur, c’était d’être seul. Ma compagne n’était pas encore arrivée de Côte d’Ivoire, et ma famille était encore au pays.

Malgré ce coup d’arrêt, tu n’as pas changé ton style de jeu assez spectaculaire. On le voit d’ailleurs cette saison à Annecy, avec de très jolis buts.

Tout se passe à l’instinct. Quand je mets ma talonnade contre l’ASSE ou mon enroulé à Valenciennes, croyez-moi que je décide vraiment à la seconde près. C’est un détail assez propre aux joueurs africains ou sud-américains, ce côté improvisation. Les Européens excellent dans l’aspect théorique, placement, jeu sans ballon, etc. Nous, on y ajoute de la fantaisie et que ça marche ou pas, on ne change rien ! Quoi de mieux qu’un beau but en vérité ?

Le cake marbré, c’est ma spécialité.

Et dans la vie de tous les jours, tu es aussi dans l’improvisation ?

Alors pas du tout ! Je suis posé chez moi, avec ma chérie, je sors rarement et je profite de sa présence. Elle m’apprend d’ailleurs à cuisiner, surtout les gâteaux. Le cake marbré, c’est ma spécialité. J’en ai déjà ramené à mes coéquipiers d’Annecy, ils kiffent. Les coachs adjoints me disent : « Tu marques des buts, tu cuisines bien et tu n’as que 21 ans ? » Et ouais, je suis l’homme idéal ! (Rires.)

Et à part casser des fours, tu fais autre chose ?

Je regarde pas mal de séries. Actuellement je suis sur You, et juste avant, celle sur Jeffrey Dahmer. Je sais, ce sont des trucs bizarres, mais j’aime bien. Pour ce qui est de la musique, je conseille le dernier album d’Hamza. Je l’écoute en boucle depuis une semaine, c’est sublime.

La sélection de Côte d’Ivoire, c’est dans un coin de ta tête ?

Ce serait une énorme fierté. Cette opportunité serait la plus belle des récompenses. Mais je sais que tout passe par mon rendement en club, et c’est ce qui me motive encore plus. Au pays, l’un de mes modèles, c’est Monsieur Baky Koné, « le Petit ». Quand j’étais plus jeune, je demandais toujours le numéro 14, comme lui, encore aujourd’hui, je mets mon maillot et mon short comme lui le faisait. Donc ce serait incroyable de suivre ses pas aussi en sélection.

Lebo Mothiba et Strasbourg, c’est fini

Propos recueillis par Adel Bentaha

À lire aussi
Articles en tendances
01
Revivez Autriche-France (0-1)
  • Euro 2024
  • Gr. D
  • Autriche-France
Revivez Autriche-France (0-1)

Revivez Autriche-France (0-1)

Revivez Autriche-France (0-1)
00
Revivez le nul entre les Pays-Bas et la France  (0-0)
  • Euro 2024
  • Gr. D
  • Pays-Bas-France
Revivez le nul entre les Pays-Bas et la France (0-0)

Revivez le nul entre les Pays-Bas et la France (0-0)

Revivez le nul entre les Pays-Bas et la France (0-0)
Logo de l'équipe France
Les notes des Bleus
  • Euro 2024
  • Gr. D
  • Pays-Bas-France (0-0)
Les notes des Bleus

Les notes des Bleus

Les notes des Bleus
01
Revivez Belgique-Slovaquie (0-1)
  • Euro 2024
  • Gr. E
  • Belgique-Slovaquie
Revivez Belgique-Slovaquie (0-1)

Revivez Belgique-Slovaquie (0-1)

Revivez Belgique-Slovaquie (0-1)
22
Revivez le match Croatie - Albanie  (2-2)
  • Euro 2024
  • Gr. B
Revivez le match Croatie - Albanie (2-2)

Revivez le match Croatie - Albanie (2-2)

Revivez le match Croatie - Albanie (2-2)
10
Revivez Espagne-Italie (1-0)
  • Euro 2024
  • Gr. B
  • Espagne-Italie
Revivez Espagne-Italie (1-0)

Revivez Espagne-Italie (1-0)

Revivez Espagne-Italie (1-0)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

10
Revivez Espagne-Italie (1-0)
Revivez Espagne-Italie (1-0)

Revivez Espagne-Italie (1-0)

Revivez Espagne-Italie (1-0)
11
En direct : Danemark-Angleterre (1-1)
En direct : Danemark-Angleterre (1-1)

En direct : Danemark-Angleterre (1-1)

En direct : Danemark-Angleterre (1-1)
11
Revivez Slovénie-Serbie (1-1)
Revivez Slovénie-Serbie (1-1)

Revivez Slovénie-Serbie (1-1)

Revivez Slovénie-Serbie (1-1)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Coupe de France

Ligue 2

Annecy

Logo de l'équipe Annecy
Lilian RAO-LISOA of ANGERS and Amin CHERNI of Laval during the Ligue 2 BKT match between Angers and Laval at Stade Raymond Kopa on April 6, 2024 in Angers, France.(Photo by Eddy Lemaistre/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Lilian RAO-LISOA of ANGERS and Amin CHERNI of Laval during the Ligue 2 BKT match between Angers and Laval at Stade Raymond Kopa on April 6, 2024 in Angers, France.(Photo by Eddy Lemaistre/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
Pronostic Annecy Angers : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Angers : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Angers : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2
Logo de l'équipe Annecy
08 Lorenzo RAJOT (raf) - 17 Andreas HOUNTONDJI (raf) - 12 Kilian CORREDOR (raf) during the Ligue 2 BKT match between Rodez and Auxerre at Paul Lignon Stadium on April 20, 2024 in Rodez, France.(Photo by Sylvain Thomas/FEP/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
08 Lorenzo RAJOT (raf) - 17 Andreas HOUNTONDJI (raf) - 12 Kilian CORREDOR (raf) during the Ligue 2 BKT match between Rodez and Auxerre at Paul Lignon Stadium on April 20, 2024 in Rodez, France.(Photo by Sylvain Thomas/FEP/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
Pronostic Rodez Annecy : Analyse, cotes et prono du match Ligue 2

Pronostic Rodez Annecy : Analyse, cotes et prono du match Ligue 2

Pronostic Rodez Annecy : Analyse, cotes et prono du match Ligue 2

Côte d'Ivoire

Logo de l'équipe Côte d'Ivoire
Federico Valverde of Uruguay on the attack during the 2022 FIFA World Cup match between Ghana and Uruguay held at Al Janoub Stadium in Al Wakrah, Qatar on 2 December 2022 © Alain Guy Suffo/Sports Inc - Photo by Icon sport   - Photo by Icon Sport
Federico Valverde of Uruguay on the attack during the 2022 FIFA World Cup match between Ghana and Uruguay held at Al Janoub Stadium in Al Wakrah, Qatar on 2 December 2022 © Alain Guy Suffo/Sports Inc - Photo by Icon sport - Photo by Icon Sport
Pronostic Côte d’Ivoire Uruguay : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Côte d’Ivoire Uruguay : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Côte d’Ivoire Uruguay : Analyse, cotes et prono du match amical international

Strasbourg

Dion Moise Sahi

12
Revivez la victoire du PSG à Strasbourg
Revivez la victoire du PSG à Strasbourg

Revivez la victoire du PSG à Strasbourg

Revivez la victoire du PSG à Strasbourg
11
Revivez Strasbourg - OM (1-1)
Revivez Strasbourg - OM (1-1)

Revivez Strasbourg - OM (1-1)

Revivez Strasbourg - OM (1-1)
30
Revivez la victoire du PSG contre Strasbourg (3-0)
Revivez la victoire du PSG contre Strasbourg (3-0)

Revivez la victoire du PSG contre Strasbourg (3-0)

Revivez la victoire du PSG contre Strasbourg (3-0)

Côte d'Ivoire

France