Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Roma-Inter (2-2)

La Roma se cramponne à l'Inter

Menée par deux fois au score par les Nerazzurri, la Louve s'est accrochée pour arracher un nul amplement mérité à l'Olimpico.

Modififié

AS Roma 2-2 Inter

Buts : Under (51e), Kolarov (74e, sp) pour la Roma // Baldé (37e), Icardi (66e) pour l'Inter


On la disait endommagée. Brisée. Fatiguée. Sur le point de sombrer définitivement dans la médiocrité. Mais si la Roma d'Eusebio Di Francesco ressemble à un vieux rafiot abîmé, il s'agit d'un navire qui n'est manifestement pas encore prêt à se saborder sans tomber les armes à la main. Les Giallorossi l'ont largement démontré ce dimanche soir en faisant jeu égal avec des Interisti plutôt inspirés sur la pelouse de l'Olimpico.

Florenzi maudit


Plutôt en confiance ces dernières semaines, l'Inter met d'abord la patte sur l’échiquier et se décide à ouvrir le jeu à l'Olimpico. Comme souvent, les Nerazzurri insistent sur les ailes avec Asamoah, Perišić et Baldé, qui tentent de transmettre le ballon dans les adroits petits petons de Mauro Icardi. De nobles intentions plutôt bien contrariées par une Louve sereine défensivement. Et qui prend de l'assurance alors que le chrono défile. Florenzi décoche alors une première flèche en allumant Handanovič d'une frappe coup de pied, mais le portier slovène détourne avec autorité. Quelques minutes plus tard, l'Italien, bien servi par une superbe talonnade de Schick, signe aussi un plat du pied peut-être un chouia trop appliqué qui s'écrase sur le poteau adverse.


Décidément pas vernis, les Giallorossi se voient même refuser par l’arbitre un penalty après que Zaniolo a (semble-il) été déséquilibré dans la surface. D'autant plus dur à avaler qu'en face, l'Inter, elle, commence à dangereusement montrer les crocs. Les Interisti se procurent alors deux franches opportunités par Icardi puis Baldé, avant de carrément ouvrir le score par le Sénégalais. Bien servi par un centre fuyant de D'Ambrosio, l'ailier lombard snipe ainsi de près un Olsen impuissant.

La magie d'Under, le réalisme d'Icardi


Frustrant. Mais pas de quoi mettre la tête dans le sable d'Ünder, qui s'est gardé une petite merveille sous le pied juste au cas où. Après la pause, le Turc balance une énorme galette aux 25 mètres dans le but d'un Handanovič statufié sur le coup. La Louve monte en pression, mord plus haut les ouailles de Spalletti, mais Mauro Icardi a décidé de s'échapper de la cage dorée dans laquelle l'enfermait jusqu'ici l'arrière-garde romaine. Sur un corner botté par Brozović, l'Argentin trompe la vigilance de ses chiens de garde pour déposer un coup de tête subtil dans la cage adverse.


Un pion dont l'impact est vite annulé : Brozović, cramé par la VAR, ne peut faire oublier qu'il a touché du bras le cuir dans sa surface. Penalty. Kolarov transforme sans trembler, et tout ce beau monde opère un retour à la case départ. Un dénouement plutôt logique au regard du scénario équilibré de la rencontre. De quoi, sans doute, permettre à Eusebio Di Francesco de sauver temporairement ses miches sur le banc de la Louve. En attendant, peut être, de redresser définitivement la barre du rafiot giallorosso.



AS Roma (4-2-3-1) : Olsen - Santon (Kluivert, 69e), Manolas, J. Jesus, Kolarov - Cristante, Nzonzi - Florenzi, Zaniolo (Perotti, 77e), Ünder (Pastore, 80e) - Schick. Entraîneur : Eusebio Di Francesco.

Inter (4-2-3-1) : Handanovič - Asamoah, Škriniar, De Vrij, D'Ambrosio - Brozović, Borja Valero (Vecino, 80e) - Baldé (Politano, 63e) , João Mario, Perišić (Martínez, 80e) - Icardi. Entraîneur : Luciano Spalletti.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 36
    Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 50
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
    Hier à 12:40 Rooney à la Maison-Blanche 22