S’abonner au mag
  • C4
  • Quarts
  • LOSC-Aston Villa (2-1, 3 TAB 4)

Et Emiliano Martínez a dévoré le LOSC

Par Maxime Brigand, à Pierre-Mauroy

Nettement supérieur à Aston Villa et presque dans le dernier carré, le LOSC a glissé dans les derniers instants du temps réglementaire de son quart de finale retour de C4 et s’est incliné au bout des tirs au but. Cruel.

Et Emiliano Martínez a dévoré le LOSC

Lille 2-1 (3-4 aux TAB) Aston Villa

Buts : Yazıcı (15e) et André (68e) pour le LOSC // Cash (87e) pour Villa.

C’était sans doute le scénario du pire : revoir Emiliano Martínez avec la bave aux lèvres, fier, dressé au cours d’une séance de tirs au but. Les fantômes de Doha n’étant pas encore tout à fait effacés, la France du foot savait très bien ce qui allait se passer ensuite. Il n’y a donc eu aucune surprise quand le gardien argentin d’Aston Villa s’est avancé face à Nabil Bentaleb et a joué avec ses nerfs, aucune surprise quand on l’a vu se détendre et sortir avec autorité la tentative du milieu lillois avant de mettre son doigt ganté sur le bec face au kop surchauffé de Pierre-Mauroy, aucune surprise quand il a ensuite reçu un jaune pour provocation et, évidemment, aucune surprise quand le diable est sorti une seconde fois de sa boîte pour détourner l’ultime tentative de Benjamin André. La surprise était plutôt ailleurs : dans le fait que le LOSC, supérieur à Aston Villa pendant 90% de la rencontre, n’aurait jamais dû se retrouver dans cette position. Cruel.

Boîte à meuh et happy hour

Il est debout dans un coin, les bras ouverts vers le ciel, les yeux fermés et les tympans en pleine irruption. L’Europe, on en a pris l’habitude depuis qu’il est arrivé à Lille en 2019, est souvent la scène où il sourit le plus, et cette soirée d’avril est un beau moment pour le faire. Il y a une semaine, il n’était entré qu’à l’heure de jeu, remplaçant Zhegrova, touché à la cheville. Souffrant, le danseur kosovar a cette fois dû lui céder la place au coup d’envoi, et Yusuf Yazıcı n’a alors eu besoin que d’un petit quart d’heure pour sauter à pieds joints sur l’événement, le Turc découpant parfaitement un centre en retrait de Gudmundsson à la suite d’une ouverture subtile du chirurgien Leny Yoro. Il est 19h sur Lille, l’happy hour débute à peine, et Pierre-Mauroy s’offre une première explosion.

Une seconde a lieu 25 minutes plus tard, quand Emiliano Martínez, dont chaque ballon touché a fait l’effet d’une boîte à meuh retournée, reçoit un carton jaune pour gain de temps sur un six mètres (oui, à la 39e minute). Entre-temps, le LOSC a probablement sorti sa meilleure première mi-temps de la saison, ou pas loin. Pêle-mêle, André est passé tout près de doubler le score d’un coup de crâne, l’ensemble du bloc rouge a donné une leçon de discipline collective pour fermer autant que possible les portes conduisant au duo Tielemans-Luiz, Chevalier n’a eu aucun arrêt à faire, Bentaleb a lu à haute voix son manuel du parfait milieu organisateur… Que dire ?

Le retour du vampire

Rien de plus, si ce n’est qu’au moment de revenir disputer la quatrième période de ce quart de finale de C4, Lille n’a pas levé le pied de l’accélérateur et Haraldsson a ouvert le bal en grattant un ballon dans les pieds de Tielemans avant de rater le cadre. Puis, le LOSC et un Aston Villa un poil mieux ont continué à se tester, les Nordistes restant dans le même plan, laissant la bande d’Emery tenir le ballon et se heurter à la rigueur sans ballon locale. Fâché, Matty Cash a (enfin) allumé le petit filet de Lucas Chevallier après une belle initiative de Pau Torres et une bonne plongée de McGinn, puis, un Paulo Fonseca en mission a vite redéposé les tentes de ses hommes dans le camp adverse. Un tout petit peu plus de 20 minutes après la pause, cela a alors eu pour conséquence l’obtention d’un sixième corner et un nouveau décollage de Benjamin André, victorieux, celui-ci, avec l’aide de la barre et du poteau. Lille a basculé dans une autre phase de son quart de finale.

Celle de la gestion du ticket gagnant, où chaque tacle réussi est célébré comme un but, où chaque repli de Jonathan David – et il y en a eu un paquet – est accompagné de hurlements, où le public sait que quelque chose d’un peu plus grand est là, à l’horizon. Encore faut-il ne pas le laisser échapper, ce que Chevalier va aider à faire en repoussant un pétard de Cash à dix minutes de la fin, avant de buter sur Bentaleb à la retombée d’un centre de Watkins et de laisser le même Cash réduire le score pour envoyer tout le monde en prolongation. Une prolongation où chacun s’est mis des coups, où Cabella a réinjecté de l’intensité, où Chevalier a sorti un double arrêt brillant, puis un autre tout aussi décisif devant Duran, où Tiago Santos a flirté avec le 3-1 et où le LOSC a eu le contrôle du momentum, en vain, avant de recroiser la route d’un vampire qui a fini la nuit en brandissant son maillot devant ses fans.


Lille (4-2-3-1) : Chevalier – Santos, Diakité, Yoro, Ismaily – André, Bentaleb – Yazıcı (Cavaleiro, 86e), Haraldsson (A. Gomes, 77e), Gudmundsson (Cabella, 91e) – David. Entraîneur : Paulo Fonseca.

Aston Villa (4-3-3) : Martínez – Cash, Konsa, Torres, Digne – McGinn (Duran, 80e), D. Luiz, Tielemans – Diaby (Bailey, 70e), Watkins, Zaniolo (Rogers, 28e). Entraîneur : Unai Emery.

Par Maxime Brigand, à Pierre-Mauroy

Articles en tendances

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Lille

Aston Villa

Logo de l'équipe Aston Villa
Emiliano MARTINEZ of Aston Villa during the UEFA Conference League Quarter-finals match between Lille and Aston Villa at Stade Pierre Mauroy on April 18, 2024 in Lille, France.(Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Emiliano MARTINEZ of Aston Villa during the UEFA Conference League Quarter-finals match between Lille and Aston Villa at Stade Pierre Mauroy on April 18, 2024 in Lille, France.(Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
Pronostic Olympiakos Aston Villa : Analyse, cotes et prono de la demi-finale retour de Ligue Europa Conférence

Pronostic Olympiakos Aston Villa : Analyse, cotes et prono de la demi-finale retour de Ligue Europa Conférence

Pronostic Olympiakos Aston Villa : Analyse, cotes et prono de la demi-finale retour de Ligue Europa Conférence

Benjamin André

34
Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)
Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)

Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)

Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)
21
Revivez Lille-Aston Villa (2-1)
Revivez Lille-Aston Villa (2-1)

Revivez Lille-Aston Villa (2-1)

Revivez Lille-Aston Villa (2-1)
21
Revivez Aston Villa - Lille (2-1)
Revivez Aston Villa - Lille (2-1)

Revivez Aston Villa - Lille (2-1)

Revivez Aston Villa - Lille (2-1)
31
Revivez la victoire du LOSC contre l'OM
Revivez la victoire du LOSC contre l'OM

Revivez la victoire du LOSC contre l'OM

Revivez la victoire du LOSC contre l'OM
21
Revivez le derby du Nord Lille-Lens (2-1)
Revivez le derby du Nord Lille-Lens (2-1)

Revivez le derby du Nord Lille-Lens (2-1)

Revivez le derby du Nord Lille-Lens (2-1)

Yusuf Yazıcı

34
Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)
Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)

Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)

Revivez la folle victoire de Lyon à Lille (3-4)
21
Revivez Lille-Aston Villa (2-1)
Revivez Lille-Aston Villa (2-1)

Revivez Lille-Aston Villa (2-1)

Revivez Lille-Aston Villa (2-1)