Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. B
  3. // Danemark-France (0-0)

Mercadal : « L'équipe de France, c'est une équipe qui calcule »

Un contenu vide, mais un résultat qui permet de finir en tête du groupe avec sept points. Face au Danemark, les Bleus n'ont pas fait mieux qu'un match nul (0-0). Le nouvel entraîneur du Stade Malherbe Caen, Fabien Mercadal, revient sur la prestation de l’équipe de France.

Modififié

Quelle purge !
Comme d’habitude, c’est vrai qu’on est déçus. On a vu des beaux matchs lundi, et puis là, ça revient souvent, mais je trouve que ça manque de fluidité. À chaque fois qu’on affronte une défense regroupée, on se retrouve en difficulté. Il y a eu une situation de contre, qui se termine par une faute sur Griezmann, à la suite d'un corner du Danemark (juste avant la mi-temps, N.D.L.R.). Dans ces moments-là, avec de l’espace, on est bons. Mais, maintenant, de plus en plus d’équipes vont jouer regroupé face à la France, forcément. Nous, on a du mal à mettre du mouvement dans un bloc regroupé. On pourrait aussi prendre la profondeur, par exemple entre le latéral et le défenseur central, mais on ne le fait jamais.

Est-ce que l’absence de Pogba n’a pas été particulièrement préjudiciable, afin de créer des décalages ?
Je ne suis pas sûr que ce soit le réel problème, Pogba a joué les autres matchs... Il peut déclencher à tout moment, mais je pense que ça va plus loin : il n’y a pas de déplacements complémentaires : constater qu’un mec comme Griezmann ne puisse pas exister, c’est ça qui me fait peur.

En première période, le seul joueur de champ auquel Griezmann n’a pas fait de passe, c’est Giroud, son partenaire d’attaque...
« Il n’y a pas de relation technique des attaquants dans ces blocs regroupés. »
Ça ne m’étonne pas, car Giroud a été isolé dans la défense regroupée. Les attaquants ont eu du mal à trouver des déplacements dans les petits périmètres. Dembélé a été en difficulté. Il n’y a pas de relation technique dans ces bloc regroupés. On reste solides sur les quatre défenseurs et les milieux, après il n’y a pas de complémentarité.



Avant l’entrée en jeu de Benjamin Mendy en seconde période, les Bleus n’avaient pas réussi le moindre centre depuis le début de la Coupe du monde. Comment l’expliquer ?
« Sur le banc, ça se voit, Deschamps, il doute. C’est ce que j’ai ressenti en le voyant à l’écran. »
C’est incroyable ! Ce sont des garçons qui centrent tous en club. Ils arrivent à mettre l’adversaire en danger, mais là, ce n’est pas le cas. Le centre, c’est une coordination. Ce n’est que ça : jouer dans le tempo de l’attaquant. Et si on ne réussit pas de centre, c’est qu’on manque de coordination. Après, Deschamps a beaucoup changé son équipe parce qu’il recherche quelque chose, et en changeant de système et de joueurs, peut-être que ça casse les repères... Sur le banc, ça se voit, Deschamps, il doute. C’est ce que j’ai ressenti en le voyant à l’écran.




Est-ce qu’il y a vraiment des enseignements à tirer, vu le turnover opéré par le sélectionneur (Mandanda, Kimpembe, N’Zonzi, Dembélé et Lemar titularisés) ?
Il faut quand même l’admettre, vu le scénario de la poule, on se doutait que ce match allait manquer de saveur. Sur le papier, cette équipe, elle est magnifique. Steven N’Zonzi, c’est tout sauf un mauvais joueur... Non, moi j’ai hâte des matchs à élimination directe pour les voir se lâcher. L’équipe de France, c’est une équipe qui calcule, et dans ce match-là, il fallait calculer, donc ça fait beaucoup. (Rires.)

Est-ce que c’est l’équipe ou Deschamps qui calcule ?
Il ne faut pas oublier que Deschamps, il gagne. Quasiment tout le temps. Pas à l’Euro 2016, mais je me rappelle l’OM champion de France en 2010. Ils n’ont pas fait rêver, mais ils ont gagné. Dans l’ensemble, c’est quelqu’un qui a de la réussite. Pas de la chance : il construit une équipe pragmatique. J’espère que ce n’est pas au contraire une faiblesse. Parce que si c’est le cas, évidemment, on n’ira pas au bout.


Est-ce que ça peut avoir un impact négatif de ne pas avoir réussi à marquer, contrairement aux deux premiers matchs ?
Non, parce que dans l’esprit, ce nul, c’est une victoire. Il te permet d’être premier. Ce qui inquiète tout le monde, c’est le manque de fluidité. Le collectif a du mal à valoriser les super individualités.

Parmi les adversaires potentiels du groupe D, qui est-ce qui pourrait « correspondre » aux Bleus en huitièmes ?
Il faudrait une équipe qui ouvre le jeu. La Croatie, attention, c’est une équipe magnifique. Mais, à mon avis, il vaudrait mieux une équipe qui ouvre le jeu, parce que si on venait à jouer une équipe regroupée, on resterait dans les même manquements vus au premier tour.


Dans le tableau des Bleus, il y a le Portugal et l’Uruguay, l’adversaire potentiel en quarts de finale. Pas vraiment des équipes qui ouvrent le jeu...
« L’Uruguay, c’est le prototype de l’équipe qui peut nous sortir parce qu’ils vont accepter de défendre regroupés, c’est dans leur ADN. »
S’il y a une équipe qui peut nous éliminer, c’est l’Uruguay. C’est le prototype de l’équipe qui peut nous sortir parce qu’ils vont accepter de défendre regroupés, c’est dans leur ADN. C’est une équipe un peu truqueuse qui n’encaisse pas de but (zéro en trois matchs, N.D.L.R.), et ça, ça pourrait être la fin.

Propos recueillis par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi