S’abonner au mag
  • C1
  • Demies
  • PSG-Dortmund (0-1)

Zaïre-Emery, jeunesse sacrifiée

Par Julien Faure

Passé à côté de ses demi-finales, Warren Zaïre-Emery a mis un point presque final à une deuxième partie de saison bien plus compliquée que ses débuts idylliques avec le PSG le laissaient envisager. Après 72 matchs disputés en pro, le jeune milieu est aujourd’hui confronté aux premières interrogations le concernant.

Zaïre-Emery, jeunesse sacrifiée

Étincelant il y a un peu plus de six mois, Warren Zaïre-Emery connaît une légère période de doute depuis janvier. Rien d’anormal à 18 ans, mais qui peut surprendre pour un joueur que l’on annonçait comme générationnel et qui avait porté le PSG en phase de poules de Ligue des champions, notamment lors des matchs face à l’AC Milan au Parc (3-0) ou à Dortmund, pour assurer la qualification en huitièmes (1-1). Mardi soir face au même BvB, contre un milieu à la moyenne d’âge de six ans supérieure à celui qu’il composait avec Vitinha et Fabian Ruiz (29 contre 23), « WZE » a rapidement fait âge.

Ni gosse ni boss

Passeur décisif face au Havre récemment, il ne l’avait plus été depuis un huitième de finale de Coupe de France au Parc face à Brest en février dernier. Son dernier but ? Comme un symbole, à Dortmund, en décembre dernier. Depuis, sa contribution devant le but adverse s’est étiolée. Il n’a donc pas marqué en 2024, mais c’est dans sa globalité que le Titi apporte moins à son équipe. Son volume de jeu lui a longtemps servi à faire la différence dans l’entrejeu. Très fort pour conserver le ballon, il l’était aussi pour passer le pressing ou se sortir de la pression, tout en progressant sur 15, 20, 30 mètres ensuite. De l’autre côté du terrain, il laisse aussi l’impression d’un joueur à bout de souffle, notamment à l’heure de harceler ses adversaires ou de les presser.

En zone mixte après la rencontre, le jeune Parisien ne cachait pas des performances en dents de scie, sans baisser les bras cependant, au contraire. « C’est vrai que depuis janvier, ce ne sont pas mes meilleurs matchs. Maintenant je donne tout à chaque match, quand je vois les supporters, le club qu’on a, nos joueurs, je me dis que je ne peux pas baisser les bras. Je vais revenir plus fort, je sais que je suis un jeune joueur et que j’ai l’avenir devant moi. Je vais tout faire pour être le mieux possible. » Un discours conquérant et qui témoigne d’une certaine maturité, à l’heure où beaucoup voudraient le juger comme un joueur de 25 ans, simplement parce qu’on lui a collé l’étiquette de crack avant même qu’il n’ait l’âge de conduire.

Dans un monde normal, il n’aurait pas été titulaire ce mardi : mais les erreurs de casting d’un PSG qui n’avait pas su trouver de milieux plus naturellement titulaires, n’offrent visiblement toujours pas plus de garantie au moment de faire souffler l’inattendu prodige. On ne peut pas faire incomber à un gamin de 18 ans le tort de compenser les manques d’un Fabian Ruiz inquiétant de lenteur, de frilosité et de déchet. On ne peut pas non plus lui mettre sur le dos la disparition dans le jeu et sur le terrain de Manuel Ugarte, débarqué pour 60 millions du Sporting. Lee Kang-in et Marco Asensio n’ont jamais apporté sur la durée, et leur faible implication défensive en a rapidement fait des choix de second rang au milieu de terrain, tandis que Carlos Soler a totalement disparu des radars. La direction parisienne sait qu’elle doit agir. Ce n’est pas l’arrivée programmée de Gabriel Moscardo (18 ans) qui changera la donne, alors qu’il devrait se développer aux côtés de Senny Mayulu ou Ethan Mbappé, si ce dernier reste.

Les naufrages forment la jeunesse

Pour autant, WZE symbolise mieux que quiconque ce PSG qui s’appuyait sur le plus jeune effectif demi-finaliste de la Ligue des champions depuis Arsenal en 2009. C’est dans cet esprit qu’il a prolongé jusqu’en 2029, alors que Paris souhaite en faire une pierre angulaire de son futur. Tantôt baladé comme latéral droit, tantôt comme sentinelle, voire  parfois comme milieu droit, le diamant parisien n’a pas toujours été poli dans les meilleures conditions. Être amené à être la rustine d’un effectif normalement pléthorique à 18 ans n’a rien de naturel, et ses six derniers mois en pointillé s’expliquent peut-être par cela. À Paris de se mettre au niveau, sous peine de vite cramer son jeune milieu et de laisser Vitinha, transfiguré, livré à lui-même. Avec ces deux joueurs, Paris a sans doute trouvé deux des trois pièces de son puzzle du milieu. Au club de s’armer intelligemment pour que tout ça ne soit pas qu’un pétard mouillé.

Enfin, pour l’excuser, la saison de Zaïre-Emery a peut-être changé lors de sa première sélection en équipe de France. Buteur mais lourdement touché sur l’action, le chouchou de Macron a été victime d’une sévère entorse de la cheville. Rien de grave, mais traumatisant pour l’articulation, puisqu’il a donné l’impression d’un joueur différent depuis ce moment-là, peut-être revenu trop tôt à la compétition, tant il manquait à son équipe. Il faudra peut-être un été, au moins à moitié complet, pour permettre à la pépite parisienne de se régénérer. Cela passera par le fait de ne pas enchaîner Euro et JO, au risque de se brûler les ailes et d’entamer le prochain exercice sur les rotules.

On se rappelle le visage creusé d’un Pedri exténué au moment de disputer les JO en 2021. Du haut de ses 68 matchs disputés en 2020-2021, l’Espagnol avait dépassé ses limites. S’il n’a rien perdu de son talent, il n’a pas atteint de nouveau la barre des 50 matchs depuis. Avec ses 41 matchs joués sous le maillot parisien cette saison, sans compter ses deux sélections en équipe de France A et ses trois matchs avec les Espoirs, le numéro 33 du PSG a déjà pas mal mouillé la tunique cette saison. Il lui reste au mieux trois matchs de championnat et une finale de Coupe de France à jouer pour augmenter son total. Reste désormais à savoir à combien les échéances estivales le feront monter.

Luciano Spalletti pas inquiet pour Gianluigi Donnarumma

Par Julien Faure

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe Allemagne
Retrouvailles à Dachau
  • Euro 2024
  • Gr. A
  • Allemagne-Écosse (5-1)
Retrouvailles à Dachau

Retrouvailles à Dachau

Retrouvailles à Dachau

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

01
Revivez Serbie-Angleterre (0-1)
Revivez Serbie-Angleterre (0-1)

Revivez Serbie-Angleterre (0-1)

Revivez Serbie-Angleterre (0-1)
11
Revivez Slovénie - Danemark (1-1)
Revivez Slovénie - Danemark (1-1)

Revivez Slovénie - Danemark (1-1)

Revivez Slovénie - Danemark (1-1)
12
Revivez Pologne-Pays-Bas (1-2)
Revivez Pologne-Pays-Bas (1-2)

Revivez Pologne-Pays-Bas (1-2)

Revivez Pologne-Pays-Bas (1-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus C1

Actus PSG

Actus W. Zaire Emery

12
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

France