Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Élections à la présidence de la FFF

Révolution à la FFF : Noël Le Graët candidat à sa propre succession !

Dans la place depuis 2011, Noël Le Graët va donc de nouveau se présenter à la présidence de la FFF. À 79 ans, cette décision ressemble à un camouflet dans l’air du temps, et peut-être à la crise que traverse le football actuellement. Car, sans même se pencher sur le bilan de l’ancien boss de l’EAG, aussi bien la Covid-19 qu’un léger souci démocratique devrait pousser le responsable politique qu’il a été (maire socialiste de Guingamp) à raccrocher les gants, ou au moins à songer à sa succession. Mais le foot français reste un monde de notables où l’on ne quitte pas facilement la table des hautes instances.

Tout d’abord une évidence : le fonctionnement démocratique n’est pas franchement ce qui caractérise la FFF, quand bien même sa direction prétend être la pointe de la pyramide représentative du football, y compris associatif. Dans le projet de loi « sport et société » , porté par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui doit débarouler à la fin du mois, la question du vote direct des clubs pour désigner les présidents - plus rarement présidentes - des fédés et la limite du nombre des mandats, aussi bien que la parité dans les organes de direction, occupe une place centrale, voire exclusive. La décision de Noël Le Graêt de ce point de vue s’apparente à l'un des derniers barouds (ou barouf) d’honneur de l’ancienne génération, de la vieille école, des dirigeants du sport tricolore. Ceux, et très rarement celles, qui occupaient le siège tant convoité, avaient bien du mal, sauf putsch ou crise aiguë, à le quitter.

Humain trop humain ?


Humainement, nous pouvons presque comprendre ce que Noël Le Graët peut éprouver comme dilemme intérieur. L’idée de devoir quitter la scène, alors qu’il a consacré une grande partie de sa vie, à divers postes (par exemple à la tête de la Ligue nationale de football de 1991 à 2000), à tenir les rênes du foot français, doit s’avérer douloureux, voire inconcevable. La libido du pouvoir, si bien décrite par Régis Debray, se révèle une drogue douce dont il demeure bien difficile de briser les chaînes de l’accoutumance. Et la France, entre monarchie absolue et république jacobine, a toujours su fabriquer une belle cohorte de toxicos en ce domaine. À ce titre, le choix de Noël Le Graët s’inscrit dans une longue tradition sur laquelle les tentatives de régulation, sur les cumuls, se sont régulièrement cassé les dents. Le principal concerné avait conscience des affres qui s’ouvraient devant sa conscience. « Mon mandat court jusqu'en 2020. La sagesse voudrait que j'arrête. J'ai déjà dit ça il y a quatre ans, je ne dis pas toujours la vérité. (Sourire.) Mais vous savez, j'ai été un peu mal fichu ces derniers temps (une leucémie lymphoïde avant le Mondial 2018, NDLR), la sagesse serait qu'il y ait quelqu'un qui prenne la suite » , confiait-il dans L’Équipe du 6 avril 2019.

Il était une fois la représentation

Pourtant, le foot français a besoin de changement. Celui de sa tête n’y suffira sûrement pas, et il ne s’agit même pas de cibler en particulier Noël Le Graët. Certes les derniers instants de son actuel mandat ont été agités. La pandémie a durablement affecté le sport numéro 1 (en nombre de pratiquants et en poids politique ou social). Notamment chez les amateurs, qui se sont sentis parfois abandonnés par la FFF, et qui souffrent et s'interrogent infiniment plus que le foot pro quant à leur avenir. Pendant ce temps, la LFP gère un cataclysme inédit entre huis clos et naufrage de Mediapro, pendant que Nathalie Boy de la Tour jetait elle l’éponge, refusant de continuer dans un tel enfer. De son côté, la belle maison fédérale a été ébranlée par les révélations autour de la gestion interne de son personnel (harcèlement, dysfonctionnement, etc.), principalement autour du management de Florence Hardouin. Noël Le Graët a essayé de tenir la barre tant bien que mal, y compris lorsqu'il prenait à rebrousse-poil son petit monde dans Le Parisien du 3 avril 2020 à propos du confinement : « Que tout le monde soit pressé de reprendre, je l'entends. Il en va de même pour les entreprises, les petits commerces. Il n'y a pas que le foot dans la vie. »

Un, deux , trois... Noël


Tout cela sentait la fin de règne. De quoi aiguiser les appétits comme celui de Frédéric Thiriez qui, entre deux ouvrages sur la montagne et l’opérette, se voit bien prendre d’assaut la forteresse de son meilleur ennemi. La vraie question reste entière : assisterons-nous enfin à un changement de ligne politique ? La FFF sera-t-elle enfin la grande maison du ballon rond, des clubs d’en bas si souvent oubliés, en place et lieu d’une obsession prédominante autour des Bleus ? À ce propos, Didier Deschamps n’a pas caché son légitimisme béat : « Ce serait une très bonne chose, je ne vais pas dire pour moi, car ce serait égoïste de ma part, mais pour le football français. Regardez où était la FFF avant son arrivée et où elle est aujourd'hui. On peut toujours faire plus, mais il faut aussi reconnaître le travail effectué. À travers les équipes nationales, le football amateur aussi... » De drôles de paroles qui se heurtent à la réalité : le foot est quasiment encore à l’arrêt, les féminines, grandes oubliées, paient les pots cassés des arbitrages financiers dans les clubs, sans oublier une crise économique qui se profile... Cet avenir incertain pour un foot qui se pensait triomphant et inébranlable demanderait une vision, de l’engagement, de la force de conviction, en particulier face au pouvoir public. Si, comme il est possible, voire probable, Noël Le Graët est réélu, on doute qu’il s’affirme en capacité d’affronter ces défis. Tout cela pour voir un Euro et une Coupe du monde du déshonneur au Qatar.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:34 Les Euros U19 annulés 9
Hier à 16:18 Un défenseur anglais de 19 ans prend sa retraite à cause d’une tête 33 Hier à 14:52 Une course d'élan lunaire avant un tir au but en Coupe d'Argentine 85
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:41 Les joueuses du GPSO Issy boycottent l'entraînement 9