Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-Nantes

Ranieri jusqu'à la lie

Le coach italien du FC Nantes retrouve le stade Louis-II pour la première fois depuis son départ de l’AS Monaco en 2014. Et malgré des résultats plutôt encourageants avec les Canaris, Claudio Ranieri risque d'achever son mandat nantais dans des conditions similaires à celles qu'il a connues sur le Rocher : avec un goût d'inachevé.

Modififié

« C'est comme la vigne. Le paysan travaille la terre de la même manière. Mais, une année, le soleil est parfait. Et la vendange révèle un vin exceptionnel. Le vigneron n'est pas devenu meilleur, mais le ciel l'a aidé. Je suis juste un vigneron du foot. » Telle est la définition du travail d’entraîneur selon Ranieri, développée dans les colonnes du Parisien en janvier dernier, en faisant évidemment référence au cru exceptionnel que fut Leicester 2016, restant à ce jour son seul titre de champion. Son passage à Monaco de 2012 à 2014, de la Ligue 2 à une place de dauphin en Ligue 1, reste lui dans la lignée de ce que l’Italien a le plus souvent réalisé dans sa carrière : faire progresser des équipes qui ne gagneront rien pendant son mandat, mais qui l’ont fait juste avant ou le feront juste après. Mais où placer son actuelle expérience nantaise sur le barème Ranieri ?

Un petit jaune aussi frais qu'un Monaco


Ranieri à Nantes, c’est d’abord l’histoire d’un gros coup réalisé par Waldemar Kita. Après s’être ouvert l’appétit avec Sérgio Conceição pendant six mois (passant d'une position de relégable à une seule marche des places européennes), il fallait alors mettre la barre un cran plus haut pour faire fructifier l’élan qu’avait su insuffler le Portugais. Convaincre un mastodonte des bancs européens de rejoindre la Jonelière a donné un crédit immédiat au projet nantais. De la même manière qu’en 2014, lorsque Dmitri Rybolovev l’avait investi de la tâche de permettre à Monaco de retrouver les sommets le plus rapidement possible. Sur ce point, la mission semble également réussie en Loire-Atlantique, puisque les Canaris squattent cette saison le premier tiers du championnat depuis la sixième journée avec une régularité devenue rare sur les bords de l’Erdre. La bagarre pour accrocher la cinquième, voire la sixième place, qualificatives pour la Ligue Europa sera rude (Rennes, Montpellier, Nice, Nantes et Sainté se tenant en quatre petits points), mais le pari de Ranieri peut encore se réaliser.

Entre bricoleurs du dimanche.

Une performance que le Romain doit à une légitimité acquise dès les premières semaines. Avec une série de huit matchs sans défaite, l’effet Ranieri s’est très vite fait sentir, le Romain obtenant rapidement l’adhésion de joueurs encore marqués par le départ brutal de son prédécesseur. « Il nous parle beaucoup et est très protecteur. C'est une chance et une fierté de l'avoir » , se réjouissait Valentin Rongier. Si bien que tout le monde semble sous le charme du Mister, véhiculant des valeurs humaines qui faisaient déjà l’unanimité dans le vestiaire de Monaco. Mais là où il avait pu profiter d’un recrutement cinq étoiles (Falcao, James Rodríguez, Moutinho, Kondogbia, Martial et Toulalan contre 150 millions d’euros en 2015), à Nantes, il a en plus réussi à tirer la quintessence d’un effectif certes équilibré, mais loin d'être clinquant. Sa recette : des renforts utiles dès l’été (Tătăruşanu, Pallois, Awaziem, Girotto, Khrin), le repositionnement heureux de Rongier en 10 ou de Lucas Lima au milieu, la responsabilisation de Léo Dubois, la confiance accordée à des jeunes comme Abdoulaye Touré ou Joris Kayembe et évidemment la mise en valeur du buteur Emiliano Sala. Un pragmatisme gagnant qui ne peut que justifier une nouvelle fois son surnom de « Tinkerman » , le bricoleur en VF.

Tête dure ou tête brûlée


La force de Ranieri est de rester droit dans ses bottes, d’appliquer les mêmes principes de jeu partout où il passe, sans jamais se renier. Cela avait payé à Monaco, affichant alors une moyenne de 2,06 points par match sur ses deux saisons. Mieux qu'un Leonardo Jardim (1,93). Mais son indissociable style défensif avait fini par exaspérer ses dirigeants. « Nous n’avions pas tout à fait la même vision du développement du club, justifiait Vadim Vasilyev au moment de son éviction. Nous voulons quelqu’un qui puisse apporter encore plus de plaisir et du beau jeu à nos supporters. » Et si l’impatience monégasque pouvait sembler abusive envers celui qui a établi le record de points en Ligue 1 du club, l’Italien n’a pas pour autant changé ses habitudes chez les Canaris. Le pressing très haut de Conceição a été troqué contre un bloc bas et efficace en contre. « C'est la vision italienne du foot, se défendait Ranieri dans Le Parisien. Sa maison, personne n'a envie de la voir cambriolée. Alors il faut la fermer pour éviter les voleurs. Ça veut dire d'abord avoir une bonne défense. Ensuite, quand ta maison est sécurisée, tu peux la décorer et la rendre belle. » Sauf que les émotions et certains points précieux sont restés dans la boîte à gant du bus.


Car le FC Nantes présente aujourd’hui la plus faible attaque du top 10, avec 30 buts inscrits, et n’a pris que 1,38 point en moyenne. Le plus faible ratio du Mister depuis son premier poste à Cagliari à la fin des années 1980. Surtout, Nantes patine sérieusement ces dernières semaines : depuis janvier, Nantes n’a pris que 11 points sur 36 possibles, quand Rennes en a engrangé 21. Un coup de mou qui coïncide avec les rumeurs de plus en plus persistantes de départ de son coach, sans que l'on ne sache sa prochaine destination. Envisagé un temps à la tête de la Squadra Azzurra, affirmant plus récemment son attrait pour Lyon, Claudio Ranieri a créé des remous qui ont visiblement secoué ses joueurs, se sentant comme abandonnés par leur général avant la fin de la bataille. Claudio Ranieri a souvent eu du mal à s’imposer sur le long terme dans ses clubs, ne passant la barre des 100 matchs qu’à la Fiorentina (170) et à Chelsea (184) et risque cette saison de brûler le bateau qu’il a lui-même mis à flot. Mais s’il veut encore mener le navire nantais à bon port, il pourrait avec une victoire à Louis-II couler un peu plus son ancien rafiot et rapprocher le Paris Saint-Germain d'un nouveau titre. Ce qui s'appelle un retour de flamme.

"Je vais devoir vous laisser monsieur."

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Navas, l'antivirus