Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lazio-Naples (1-4)

La poisse poursuit Simone Inzaghi

La Lazio s'est fait fesser par le Napoli dans son Olimpico (1-4). Mais le score lourd masque la malchance : si les Biancocelesti ont perdu, c'est avant tout pour les blessures qui se sont abattues sur elle. Et qui pourraient bien compromettre la suite de sa saison.

Modififié
On prévoyait l'enfer à la Lazio. Mais on ne pensait pas vraiment à ce qui s'est effectivement produit ce soir à l'Olimpico. Si les Biancocelesti ont en effet pris quatre buts face à la machine offensive napolitaine, ce n'est pas du seul fait d'un génial lob de Mertens ou de Callejón. Plutôt des blessures qui ont frappé l'aigle en plein vol. Bastos et De Vrij, deux des trois défenseurs centraux alignés par Simone Inzaghi, ont ainsi été contraints de sortir, respectivement à la 22e minute et à la mi-temps. À un quart d'heure du terme, c'est l'ailier Basta qui se pétait à son tour, laissant son coach sans solution alors qu'il avait déjà effectué ses trois remplacements.

Toutes des blessures musculaires, a priori. De quoi confirmer les doutes préalables quant à la condition physique d'une Lazio qu'on imaginait particulièrement émoussée, après des chocs éprouvants contre le Milan (4-1), le Vitesse Arnhem (3-2) et le Genoa (3-2) en l'espace d'une petite semaine. Pourtant, cette Lazio avait bien débuté. Très bien débuté. Devant un Napoli inhabituellement timide et fébrile au début de la rencontre, les Laziali avaient su développer leur football, trouver des solutions, faire montre de leur force collective. Jusqu'à la concrétisation à la demi-heure de jeu, lorsque le même De Vrij reprenait un centre au poil du bomber Ciro Immobile.

Partie pour confirmer, la Lazio est dans le doute


On la sentait vaciller sur la fin de première période, la Lazio a craqué en seconde avec la sortie de son buteur du soir, véritable patron de sa défense. Inzaghi n'avait d'autre choix que de le remplacer par Lucas Leiva, faute de stock - Wallace étant déjà à l'infirmerie. De quoi déséquilibrer totalement son effectif. Après sa première période bien maîtrisée, la défense laziale a pris l'eau, et laissé les attaquants azzurri partir dans son dos. Avec trois buts en à peine cinq minutes, juste avant l'heure de jeu, la messe était dite.



C'est dommage. La Lazio était bien partie pour confirmer son excellent début de saison. Avec trois victoires et un nul en quatre journées, elle était même lancée sur les bases de son dernier Scudetto, acquis en 2000. Elle n'aura pas pu faire mieux, et n'est pas sûre de pouvoir rattraper le coup à la suite de ces nouveaux coups du sort. Sans deux centraux, c'est simple, Simone Inzaghi n'a quasiment plus aucun joueur pour composer son arrière-garde. « Espérons qu'on arrivera à trouver onze joueurs pour le prochain match » , a ironisé le capitaine, Senad Lulić, à la fin du match en zone mixte. Inzaghi croisera donc les doigts en attendant les diagnostics pour ces nouvelles blessures, et pourra regretter devant la presse son évidente malchance. Au-delà de ce match face au Napoli, le technicien devait déjà faire face aux blessures en ce début de saison (Felipe Anderson est blessé depuis août et n'a pas encore joué la moindre minute). Comme il l'avait fait tout au long de la dernière, jusqu'à la finale de Coupe d'Italie face à la Juventus. À Rome, on attend encore que la roue tourne.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 19 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 14
À lire ensuite
Mandžukić domine la Viola