Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Carlisle
  3. // Foot & Poissons

L'émouvant destin de Billy The Fish

L'histoire de Billy The Fish, c'est celle d'un poisson ayant incompréhensiblement survécu à une catastrophe naturelle pour accéder à son destin : devenir mascotte et porte-bonheur d'un club de football appelé Carlisle.

Modififié
Bilan : quatre morts. Margaret Isobel Threlkeld, 79 ans. Margaret Stainthorpe, 85 ans. Michael Scott, 63 ans. Et une vache. Les quatre corps ont été recrachés par les eaux voilà une semaine, le samedi 8 janvier 2005 dans l’après-midi. Découverts flottants sur la Warwick Road où résidait Ashleigh Turk. Elle, pourtant, s’en fout royalement. Il faut dire qu'elle n’a que quatre ans. Et quand on a quatre ans, les gens qui flottent sont juste des gens fatigués de nager. Non, quelque chose attriste bien plus la petite fille : cela fait une semaine qu’elle a perdu son poisson rouge. Au moment où l’eau est entrée dans la maison, Judy était encore dans son bocal en verre sur le buffet. Mais une fois que tout était inondé, elle avait disparu. Papa a même dit qu’il fallait s’en aller, parce que l’eau montait, montait, montait. Un mètre cinquante dans le salon, même si Ashleigh ne sait pas trop ce que cela veut dire. Voilà. Maintenant ses peluches sont fichues. Bravo, l’eau.


Fichus également – mais ça, la gamine ne le sait pas – les 2500 logements submergés par le cours des trois rivières qui encerclent la ville de Carlisle, laquelle se remet tout juste de la pire inondation de son histoire. La famille Turk possède sa maison dans l’un des quartiers les plus touchés de cette ville du Nord du l’Angleterre, juste en face de Brunton Park, le stade de Carlisle United, modeste équipe de cinquième division. L’enceinte est foutue. Tandis que la pelouse tente encore d’absorber le reste des vingt millions de litres de flotte qui lui sont passés dessus, Emma Storey, fille du propriétaire du club, patauge dans la boue qui recouvre encore l’une des deux cages. Par terre, elle aperçoit deux poissons rouges à l’agonie. Il y a un petit, coincé dans un gros tube de mayonnaise, et un plus gros, juste à côté des tuyaux d’aspiration. La Grosse Bertha, frétillant sur la ligne de but, c’est Judy. Le problème, c’est que personne ne le sait. Et voilà désormais qu’on l’appelle Billy.

Billy the Kid


Dès le lendemain de la découverte de l’animal, la presse s’empare de l’affaire. Comment un simple « goldfish » livré à lui-même a-t-il pu survivre pendant une semaine ? Se remet-il physiquement ? Mais surtout, d’où vient-il ? Cinq médias mènent l’enquête : The Sun, The Mirror, The Daily Mail, The Guardian et la BBC Sport, qui obtient en exclusivité la première interview d’Emma au lendemain d’une victoire contre Redditch : « Ils ont tous les deux l’air d’aller bien, ils sont forts et en bonne santé  » , explique-t-elle. On y apprend que Billy a été installé dans l’aquarium de la réception, et que « quelques fans sont venus le voir, ils disent qu’il représente le "fighting spirit" du club » . Précision d’importance, le petit combattant a été renommé ainsi en l’honneur de Billy The Fish, un personnage de BD à tête d’homme et corps de poisson créé en 1983 par Chris Donald et Simon Thorp dans le magazine Viz, et qui occupait précisément le poste de gardien pour l’équipe fictive de Fulchester.


La nouvelle fait inévitablement le tour des canards de l’époque – qui se vendent par ailleurs comme des petits pains – jusqu’à tomber sous les yeux de Jenny Elliot, maman de la petite Ashleigh, qui est formelle : cette petite tache noire sur la queue de l’animal, c’est celle de sa Judy. La bête a probablement été emportée par le courant, dérivant au fil de l’eau jusqu’à échouer au milieu des cages. Devenu mascotte de Carlisle United en quelques jours, le bébé voit son ancienne famille consentir à le laisser à sa nouvelle fonction. À condition de recevoir un nouveau poisson rouge, ce qui sera fait sans sourciller. On ne connaît pas l'âge de Billy, mais les membres de son espèce pouvant vivre de cinq à dix ans en moyenne – le record officiel étant de 43 ans –, le voilà donc embauché à son poste de mascotte jusqu’à ce que mort s’ensuive, délesté toutefois des parades d’avant-match au bord du terrain. « Nous pensons qu’il a déjà eu assez de stress comme ça » , justifie le club.

Un porte-bonheur à écailles


Durant les cinq années qui suivirent, Carlisle United va connaître des résultats sportifs étonnants : de Conference, soit la cinquième division anglaise, le club connaît deux montées et atteint la League One. « Il est juste de dire que Billy est en quelque sorte devenu notre porte-bonheur, confie alors Andy, responsable communication de Carlisle. Depuis le confort de son bocal à poisson à Brunton Park, il a vu le retour de Carlisle aux affaires, le titre de League Two, les voyages au Millenium Stadium et au nouveau Wembley, et même le record de victoires consécutives à domicile du club pendant la saison 2007-2008, quatorze. » Finalement, comme toute histoire de héros au destin tragique, Billy est mort le 28 juin 2010 au matin, un anonyme jour de Brésil-Chili en huitièmes de finale de Coupe du monde. Il est parti comme il était venu : sans rien dire, puisque c’est un poisson. Bye-bye, Billy. Ensuite ? Plus rien pendant cinq ans. Un long quinquennat laissé à la présidence d'Olga le Renard, mascotte officielle du club, jusqu’à ce terrible mois de décembre 2015 où une nouvelle inondation frappait Carlisle, dont on peut au passage souligner la constance dans l’absence de gestion des catastrophes naturelles. Nouvelle inondation du stade. Au même instant, Mark Chandler, un habitant de Warwick Road, perdait trois carpes koï installées dans son jardin. Et quelques jours plus tard...



Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Les clés de PSG-Monaco