Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. //
  4. // Saint-Étienne (0-3)

En pleine Sainté

Au fond du gouffre à la fin de l'année 2017, les Verts ont su trouver la solution pour se relever et se relancer dans la course à l'Europe.

Modififié
Il est environ 23 heures, et même s’ils sont séparés par plusieurs centaines de kilomètres, Stéphanois et Bordelais peuvent imaginer ce que chacun ressent. Car il s’agit probablement du même sentiment, celui de l’impuissance. On est le 20 décembre, et les Verts comme les Girondins savent qu’ils vont probablement passer de très mauvaises fêtes de fin d’année. En s’inclinant 2-1 à Guingamp, Saint-Étienne vient d’achever son année 2017 sur une vertigineuse série de dix matchs sans victoire en Ligue 1. Quant à Bordeaux, le bilan est similaire après sa défaite 2-0 contre Montpellier, avec une seule victoire en douze matchs de championnat. Un succès contre Sainté, d’ailleurs.


À mi-saison, ces deux clubs historiques du championnat de France, censés se battre pour une place européenne, se retrouvent à devoir lutter pour le maintien. Plus de trois mois plus tard, les deux clubs ont relevé la tête, mais pas avec la même intensité. Si Bordeaux semble désormais hors de danger, le club girondin va certainement vivre une fin de saison sans aucun frisson dans le ventre mou. Tandis que Sainté a tellement redressé la barre que les Stéphanois peuvent se prendre à rêver à nouveau d’Europe. Tout ça grâce à trois facteurs mis en lumière dimanche après-midi contre Nantes : du jeu, un mercato hivernal efficace, et la renaissance de quelques cadres.

Le druide Gasset


Dimanche, Sainté s’est imposé 3-0 à Nantes, face à l’une des meilleures défenses du championnat, qui plus est à domicile. Et ce, grâce à un football ambitieux et offensif, basé sur la possession de balle et la qualité technique. Dans un match assez ouvert, les Verts auraient pu encaisser des buts, mais auraient également pu en mettre plus. Signe d’une nouvelle vision des choses dans le Forez, où Saint-Étienne a longtemps habitué ses supporters à devoir assister à un football de dépressif. Ce virage dans le type de jeu proposé a été opéré justement depuis ce 20 décembre et la nomination de Jean-Louis Gasset à la place d’un Julien Sablé qui préférait insister sur la « solidarité » plutôt que sur la manière d’utiliser le ballon. Résultat : Saint-Étienne est désormais sur une série de neuf matchs sans défaite en Ligue 1.


Grand penseur du football pratiqué par les équipes de Laurent Blanc à Bordeaux, en équipe de France et au PSG, Gasset évolue enfin en tant que numéro un et ne renie pas ses principes. Pour aller mieux, Sainté va jouer mieux. Mais si Jean-Louis Gasset peut se permettre d’être plus ambitieux dans le jeu, ce n’est pas simplement parce que c’est un magicien. C’est également parce qu’il a désormais les ingrédients qu’il faut pour faire une potion efficace. Pour reprendre le parallèle avec Bordeaux, si les Girondins ont effectué un mercato hivernal cohérent (Braithwaite, Pablo, Baysse, Meïté), Saint-Étienne s’est vraiment craqué en recrutant des joueurs d’un haut standing à chaque ligne (Ntep, M’Vila, Debuchy, Subotić...).

Cabella et Debuchy en meneur de la révolte


Si Paul-Georges Ntep déçoit pour l’instant à cause d’un nombre croissant de pépins physiques, les autres recrues ont complètement changé le visage de l’ASSE. Yann M’Vila apporte enfin un peu de fluidité au milieu de terrain stéphanois, et Neven Subotić est impressionnant de solidité et d’expérience en défense centrale. Quant à Mathieu Debuchy, difficile de résumer tout ce qu’il apporte aux Stéphanois en quelques mots. Contre le FC Nantes dimanche, c’est encore lui qui ouvre le score et permet aux siens de se mettre sur de bons rails. Déjà son troisième but depuis son retour en Ligue 1. Enfin épargné par les blessures, le latéral droit de bientôt 33 ans est incroyablement décisif, notamment dans le derby contre Lyon, et pourrait se glisser dans le groupe des 23 pour participer à la Coupe du monde en Russie.


Au-delà des recrues hivernales, depuis 2018, Sainté peut compter sur le retour en forme de ses hommes forts, jusque-là abonnés à l’infirmerie. Loïc Perrin, qui a loupé la moitié de la première partie de saison, est en pleine forme et constitue une charnière sûre avec Subotić. Autre chose que la doublette Pogba-Lacroix du début de saison. Romain Hamouma, longtemps le seul rayon de soleil de l’ASSE, et Robert Berić, le seul buteur stéphanois un peu prolifique de ces dernières années, sont de retour de l'infirmerie et du RSC Anderlecht. Mais surtout, comme on l’a vu contre le FC Nantes, c’est le retour en grâce de Rémy Cabella. Prêté par l’OM, le meneur de jeu a passé beaucoup de temps à l’infirmerie en première partie de saison. Depuis, il en est à quatre buts et autant de passes décisives. Comme bon nombre des hommes impliqués dans le redressement des Verts, l’avenir de Cabella dans le Forez est incertain. Alors, si les Stéphanois ont trouvé les clefs pour se relever en urgence, les ont-ils pour réussir à long terme ?

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Kieß me goodbye