Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Les six invincibles du Big Five

Au sein des cinq grands championnats européens, six clubs sont encore invaincus dans leur pays respectif. Et certains d'entre eux, opposés à des adversaires normalement redoutables, ont impressionné ce week-end.

Modififié
14-3 en scores cumulés. Cinq victoires, un match nul, et évidemment zéro défaite. Ce week-end encore, les invincibles des cinq grands championnats européens ont fait le taf comme il se devait. Et si les chiffres peuvent paraître impressionnants, ils le sont encore davantage lorsqu'on rappelle le nom de certains adversaires auxquels ils ont eu affaire. Car hormis Fulham et Everton – même si les Toffees peuvent être considérés comme de sérieux concurrents –, ces adversaires disposent d'une réputation qui n'est plus à faire. Ainsi, le Bayern Munich, l'AC Milan, Manchester United et Monaco sont tous tombés. Soit le champion d'Allemagne en titre, le recordman du nombre de Premier League glané, un septuple vainqueur de Ligue des champions, et le dauphin de Ligue 1 de la saison écoulée.


C'est que les six invaincus du Big Five (hors coupes nationales et coupes d'Europe) s'avèrent difficiles à dompter cette saison. Il est d'ailleurs rare d'en voir autant alors que le mois de novembre est largement entamé. Ils viennent d'Allemagne (Borussia Dortmund), d'Italie (Juventus), de France (Paris Saint-Germain). Mais aussi beaucoup d'Angleterre (Manchester City, Liverpool, Chelsea), ce qui est étonnant quand on sait que l'homogénéité de la Premier League est souvent mise en avant, mais pas du tout d'Espagne, ce qui est surprenant quand on rappelle que les écarts de niveau en Liga sont perpétuellement pointés du doigt.

Ils ont tous un truc


Bref : d'où qu'ils arrivent, ces six-là font le bonheur de leurs supporters, effraient ceux qui osent se mettre sur leur chemin tout en charmant ceux qui les regardent. C'est parti pour le cas par cas : la Juventus a allègrement contrôlé l'AC Milan et comptent déjà six points d'avance sur le Napoli ; le Borussia Dortmund a renversé les ogres bavarois au terme d'une partie complètement folle et squatte la tête de la Bundesliga, sept unités devant le Bayern ; le Paris Saint-Germain a désossé Monaco, en léthargie totale certes, mais en faisant preuve d'une régularité assez insensée sur la scène nationale (treize succès en treize journées, qui dit mieux ?!).


Direction l'Angleterre pour continuer le cas par cas : même sans bien jouer, Liverpool fait le job en perdant très peu de points en route et est le seul club britannique à suivre le rythme imposé par Manchester City ; un Manchester City incroyable de contrôle et de science tactique dans le derby mancunien largement remporté devant des Red Devils bien impuissants. Et Chelsea, alors ? Ce 0-0 concédé à domicile fait tache par rapport aux autres, non ? Peut-être, mais les Blues ont profité de ce nul pour offrir un record à Maurizio Sarri, qui représente désormais le premier entraîneur à avoir échappé à la défaite lors de ses douze premières rencontres de Premier League. Pas mal finalement pour un coach qui vient tout juste d'arriver.

Et en dehors du Big Five ?


Alors, qui lâchera le premier ? Et surtout, qui sera le dernier ? Telles sont les questions qui restent en suspens, mais dont les réponses ne sont pas sûres de voir le jour rapidement. Elles n'existeront en tout cas pas avant deux semaines, trêve internationale oblige. Mais elles joueront forcément un rôle concernant les trophées remis en fin de saison. En attendant, d'autres équipes provenant de pays européens moins cotés s'amusent également à jouer les gros bras.



C'est le cas pour le Racing Genk, leader du championnat belge qui a allongé sa série à quinze (dix victoires, cinq nuls). Pour le PSV Eindhoven, qui se la joue en mode PSG hollandais avec douze succès en autant de journées. Ou encore pour le PAOK Salonica et Atromitos, durs à cuir grecs impossible à battre depuis dix rencontres. De quoi rêver d'un exercice à la Barcelone 2017-2018, champion d'Espagne et invaincu jusqu'à... la 37e journée. Un Barça qui, lors de l'édition actuelle, compte déjà deux revers en douze journées. Comme quoi, les séries tournent vite.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Zlatan confirme qu'il reste en MLS 10
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 18