Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Angers-Lille (1-2)

Les cinq hommes du titre du LOSC

Dix ans après son doublé historique, le LOSC a réussi l'exploit quasiment impossible : renverser l’hégémonie parisienne en L1. Résultat : les Dogues retrouvent les sommets du football français et décrochent un quatrième titre de champion après ceux de 1946, 1954 et 2011. Un sacre qui porte le sceau de Christophe Galtier, bien sûr, mais pas que.

Modififié

Christophe Galtier

Le titre de 2011, c’était celui de Rudi Garcia et Eden Hazard. Celui de 2021, c’est incontestablement celui de Christophe Galtier. Car en dehors de Burak Yılmaz, aucune individualité ne ressort autant de la meute des Dogues que le mâle dominant Galtier. À 54 ans, le Marseillais de naissance (se) régale depuis qu’il a maintenu Lille en catastrophe en 2017-2018. Deuxième en 2019, quatrième en l’an Covid et champion l’an Covid II : Galtier a fait de son groupe une machine à gagner. En plus de cela, il y a joint la manière avec des Dogues aussi chatoyants que complets, capables de mordre l’adversaire dans tous les registres. Le tout en gérant parfaitement un effectif très dense, avec un staff international autour de lui et sans jamais perdre son sourire ni sa franchise. Déjà meilleur entraîneur de L1 en 2013 et 2019, Galtier est l’homme fort du quatrième sacre lillois. La preuve, son nom circule un peu partout en Europe. Et qu’il s’appelle Laurent Blanc, Lucien Favre, Thiago Motta ou Sabri Lamouchi, on souhaite bonne chance à son successeur en cas de départ.


Mike Maignan

En énumérant sa liste des 26 par ordre alphabétique, Didier Deschamps s’est évité un incident diplomatique : celui de formaliser haut et fort la nouvelle hiérarchie des gardiens des Bleus, qui installe Mike Maignan en numéro 2 devant Steve Mandanda. Car si ce n’est pas officiel, c’est évident. Et ce n’est qu’une question de temps (ou de brassard) avant que Lloris ne laisse la place au meilleur gardien d’Europe dans la cage des Bleus.



Ce n’est pas un ressenti, c’est un fait : avec 21 clean sheets cette saison, Maignan possède le meilleur ratio des cinq championnats européens, en plus de garder les cages de la meilleure défense de L1. Une solidité défensive qu’on pourrait aussi imputer au duo Fonte-Botman, évidemment, mais Maignan a presque égalé le record de Jean-Luc Etorri et ses 22 clean sheets avec l’AS Monaco en 1989-1990. De quoi donner raison à Burak Yılmaz qui, après la désignation de Navas comme meilleur portier de L1, répondait aux côtés de Magic Mike sur Instagram : « Désolé, mais c'est lui le meilleur. » Si Burak le dit...


Burak Yılmaz

Pas besoin de carnaval à Dunkerque pour avoir un nouveau géant du Nord : le LOSC a trouvé le sien l’été dernier en Turquie, il a 35 ans et répond au doux nom de Burak Yılmaz. Un nom impossible à floquer d’ailleurs, tant son maillot s’arrache. Arrivé libre l’été dernier, le capitaine de la Turquie (66 sélections, 28 buts) devait simplement remplacer Loïc Rémy et ses 7 buts de la saison dernière. Une mission bien trop facile pour le Kral, qui avec 15 buts et 5 passes décisives a plutôt fait oublier Victor Osimhen.




De quoi porter le LOSC vers le titre, notamment via deux prestations XXL dans des matchs clés à Lyon (qu’il a renversé à lui seul) et lors du derby à Lens (sur lequel il a posé toute son autorité). Du haut de ses cinq coupes et deux championnats de Turquie, Yılmaz casse la Burak pour sa deuxième expérience hors de Turquie, en dehors d’un passage en Chine. Le tout, à 35 piges. C’est simple : seul Cristiano Ronaldo a inscrit plus de buts (27) que lui, parmi les joueurs âgés de 35 ans ou plus dans les cinq grands championnats européens cette saison.


Benjamin André


Tout aussi solide qu’elle soit, la colonne vertébrale Maignan-Fonte-Burak ne serait pas aussi solide sans son élément central : Benjamin André, ou l’homme qui préfère rester dans l’ombre pour mieux faire briller ses partenaires. À 30 ans, l’ancien Ajaccien et Rennais est un des piliers de Galtier. Indispensable à la récupération (premier au nombre de ballons récupérés, deuxième meilleur tacleur, troisième dans les duels gagnés d’après Opta), il a été la plaque tournante d’un milieu lillois où la concurrence (Soumaré, Xeka, Renato Sanches...) suffit à asseoir le niveau d’un titulaire. Toujours là pour donner le bon taquet - coucou Neymar -, mais aussi le bon ballon, André n’est pas un joueur de statistiques (aucun but, une passe décisive). Ce qui prouve bien que les stats ne veulent pas tout dire. Car sans lui pour encadrer la jeunesse, sans sa combativité, sa hargne ou sa faculté à réguler le jeu lillois, le LOSC n’en serait sûrement pas là.


Luis Campos


Printemps 2017, l’AS Monaco de Fabinho, Moutinho, Falcao, Lemar, Bernardo Silva, Bakayoko et bien d’autres est championne de France devant le PSG. Un sacre qui porte le sceau d’un homme qui n’est plus au club, mais qui en a été le principal atout : Luis Campos. Quatre ans plus tard, l’histoire se répète pour le Portugais. Jamais employé directement par le LOSC, Luis Campos a pourtant été l’architecte de l’effectif actuel des Lillois via sa société « Scouting Systeme pro » , liée à la Victory Soccer de Gérard Lopez. Ikoné, Soumaré, Botman, Bamba, Fonté, André, Burak, Çelik... Tous ont été attirés par Campos, comme Leão, Osimhen ou Pépé dans le passé, également superbement vendus par le Portugais. Sauf qu’après le désengagement de Gérard Lopez en décembre, Campos a quitté la barque. Seule ombre à son tableau : le mauvais bilan du centre de formation. Mais la Gambardella, les Dogues s’en tamponnent du haut de leur quatrième titre de champion de France.

LOSC : les convaincus


Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 18:12 Canal+ se retire de la Ligue 1 ! 206
Hier à 16:49 La Ligue 1 diffusée sur Amazon et Canal+ sur la période 2021-2024 68


Hier à 15:03 Revivez le quiz spécial « équipe de France 98 » avec Enzo le Footix 1
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 12:13 (Podcast) Football Recall / Épisode 1 : Verratti, Jorginho et les pénos
Hier à 09:00 Plus d'indulgence sur les hors-jeu en Premier League la saison prochaine ? 55
À lire ensuite
LOSC : les convaincus