Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options

Le syndicaliste Solari en intérim royal

En remplaçant au pied levé le destitué Lopetegui, Santiago Solari fait un grand bond dans la hiérarchie du Real Madrid. Une position que l’Argentin sait provisoire, mais qui, à l’image de sa carrière sans faste ni tache, lui permet de grandir au sein de la Maison-Blanche.

Modififié
Ce mercredi, au stade Álvarez Claro de Melilla, un entraîneur de >Segunda B affronte une équipe de Segunda B. Jusque-là, rien d’anormal. Plus singulier, le tacticien en question, cinquième de son groupe de troisième division, a pris du galon en l’espace d’une décision : la destitution de Julen Lopetegui de son poste d’entraîneur du Real Madrid. C’est qu’en acceptant de prendre la relève, pour le moment provisoirement, de l’homme le plus poissard de 2018, Santiago Solari troque l’anonymat du Castilla pour les strass de l’équipe première, la tranquillité des terrains sans tribune pour une pression en mondovision. Une ascension sonique qui n’est pas sans rappeler celle de son prédécesseur sur le banc de la réserve madridista, un certain Zinédine Zidane, dont il a été le coéquipier quatre saisons durant (2001-2005). Sa carrière est plus confidentielle, son nom ne plaît qu’aux initiés, mais ce choix revêt par bien des aspects une rationalité que la Maison-Blanche semblait avoir oubliée. Car plus qu’un prolongement de la philosophie Lopetegui, l’Argentin apporte dans ses bagages toute son expérience de la nébuleuse du Bernabéu. Autrement dit, Solari avance démasqué dans un terrain miné.

Il n'a jamais eu d'agent


Quand Florentino Pérez, pas peu fier d’avoir arraché des griffes de la Roja son sélectionneur, présente Julen Lopetegui, il n’imagine pas que son « tu es de retour chez toi, dans ta maison » ne durerait que 126 jours. Un retour pour le moins éphémère, donc. Pour Santiago Solari, aucune question de retour, lui qui fait partie des murs de la Ciudad Real Madrid depuis des années. D’abord, il l’a écumée comme joueur, de 2000 à 2005 (208 matchs). De cette époque dite des Galactiques, lui ne brille pas par son faste sur le pré, encore moins par ses cavalcades en dehors. Homme de complément sur le terrain, qu’il regarde bien souvent du banc de touche, ce besogneux talentueux ne faillit jamais à la tâche et gagne l’affection du public. En interne, le milieu de terrain occupe a contrario un rôle indispensable, pacifiant des relations parfois houleuses avec la direction de Florentino Pérez. À tel point qu’on lui octroie le surnom de syndicaliste du vestiaire, lui qui n’a jamais eu d’agent, voire d’intellectuel, le bel homme aimant passer ses vacances à la maison avec un livre. Mais plus que ces clichés désuets, Solari incarne une éthique de travail irréprochable qui, aujourd’hui, le propulse sur le banc du Real.

« Cristiano est le meilleur du monde, car Messi joue à un autre sport  »


Avant de monter en grade, Solari passe par la case centre de formation. Des U15 aux U19 en passant par les U17 madridistas, il écume toutes les catégories d’âge pour finalement atterrir, en 2016, sous le maillot de l'équipe réserve. Une trajectoire qu’il vit comme un héritage de son paternel, Eduardo, qui a longtemps vogué des bancs du championnat argentin à ceux du mexicain. Surtout, enfant de Rosario formé chez les Newell's Old Boys, Santiago Solari est imprégné de la vision du football des illustres Marcelo Bielsa et Jorge Valdano. De ce dernier, il suit même les pas en prenant la plume, une fois ses crampons raccrochés, dans les colonnes d’El Pais pour qu’il livre des chroniques où se mêlent Tolstoï et Lionel Messi. De Bielsa, il garde la volonté de proposer « un jeu de possession où chaque action a sa phase d’élaboration  » . D’une droiture qu’il a érigée en principe fondamental, il n’hésite ainsi pas à se mettre en porte-à-faux avec des légendes du Real quand il juge que « Cristiano est le meilleur du monde, car Messi joue à un autre sport » . Loin d’être un pion avancé par Florentino Pérez, Solari sonne comme un choix temporaire, mais rationnel dans ce Real ô combien déraisonnable.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29