Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 96 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Gr. A
  3. // PSG-Manchester City (2-0)

C’est eux le grand Paris

Du terrain aux tribunes, c’est un PSG des grands soirs qui était de sortie ce mardi, pour la réception de Manchester City. Un Paris fidèle à son ADN : capable du meilleur par intermittence, mais surtout d’endurance dans la souffrance et d’une discipline défensive impressionnante lorsque confronté à plus fort que lui sur le papier. Pas forcément ce qu’on attendait, mais loin d’être une mauvaise nouvelle.

Modififié
Idrissa Gueye a beau être sorti de ce PSG-Manchester City avec un semi-marathon dans les pattes et un trophée d’homme du match bien brillant, il n’avait qu’un mot à la bouche au moment de répliquer aux compliments des journalistes sur sa performance du soir : « l’équipe » . Son but ? « C’est le travail de toute l’équipe, qui m’offre beaucoup d’opportunités. Les attaquants font beaucoup d’appel, et on est là avec les autres milieux pour essayer de finir sur les seconds ballons dans la surface. » Sa performance hors du commun ? « J’ai surtout ressenti qu’on était solide, tous ensemble, ça donne beaucoup de confiance et de sérénité sur le terrain. Dès qu’on perd le ballon, on défend pour les autres, on attaque ensemble, on se trouve sur le terrain. » Quoi de plus logique, finalement : quand ton meilleur joueur est celui qui a été le plus besogneux, le plus généreux dans l’effort, le plus harceleur dans le pressing et dans les récupérations, c’est que cela vient couronner une performance collective solide.

Le public du Parc, le facteur X


Le PSG qui a battu avec panache Manchester City ce mardi soir, au Parc des Princes (2-0) ressemble énormément, dans son ADN, à celui qui avait sorti la saison passée le tenant du titre, le Bayern. Un Paris sur la défensive, à l’organisation digne d’un défilé militaire, qui laisse un peu le ballon à son adversaire (bien qu’à la marge, avec 53,9% de possession pour City), accepte de concéder des occasions (18 tirs, 7 cadrés côté Skyblues, 6 tirs, 3 cadrés côté Paris) et joue sur ses armes principales : son explosivité en contre et la vitesse de son trio offensif. Si le mercato parisien pouvait logiquement laisser penser que Paris deviendrait rapidement une machine à dominer les matchs de la tête et des épaules, il est encore dans son processus de construction au stade où il doit s’accrocher à ce qui a fait sa force ces dernières saisons. Dans sa quête pas toujours évidente d’un collectif, Paris ne brille jamais autant que lorsqu'il est chez lui, sur sa pelouse, devant son public, face à un ogre dont tout le monde prédit qu’il le dévorera tout cru. Un public qui a, une nouvelle fois, joué un rôle premier dans le succès de ce mardi soir. Comme il l’avait déjà fait face à Lyon, il y a dix jours, le public du Parc a assuré une ambiance électrique du coup d’envoi au coup de sifflet final, avec en prime un moment d’extase collective au moment de célébrer le premier but parisien de Messi. Un facteur qui n’est pas étranger au fait que depuis 10 ans, seule une équipe (Manchester United, l’année dernière) est parvenue à l’emporter Porte d’Auteuil en phase de poules.


Dans la tendance, et enfin dans la bonne direction ?


Si l’on fait vite de souligner les errances et les manquements d’un PSG qui joue parfois avec le frein à main en Ligue 1, difficile de reprocher grand-chose ce soir à une équipe qui a pu compter sur sa bonne étoile, et sur le double mètre d’un Donnarumma exceptionnel pour sa première en Ligue de champions, mais qui a surtout su provoquer sa réussite. À voir Neymar et Mbappé enchaîner les courses défensives comme des dératés pendant 90 minutes, les mêmes à qui l’on reproche (à raison) de séparer le bloc en deux sur les phases défensives, on se dit, même si ce n’est pas nouveau, que ce PSG-là a dans sa main les cartes nécessaires pour aller chercher le gros lot. Si tant est qu’il conserve tout au long de la saison cette discipline et cette maîtrise à la fois de son jeu et de ses nerfs, bien entendu.


L’an passé, le PSG avait exorcisé ses vieux démons en giflant deux de ses anciens bourreaux, Munich et Barcelone. Cette saison commence par une nouvelle session de thérapie par la vengeance, cette fois-ci contre Manchester City, son tombeur en demi-finales la saison passée. « On a gagné un match très important contre un grand rival avec de grands joueurs et qui a été en finale de Ligue des champions l'année dernière, posait Messi après le match au micro de Canal+. C'est une victoire importante pour nous. On doit continuer à grandir, continuer à progresser et à améliorer beaucoup de choses. » Finalement, à chaque saison, à chaque étape, même si ce n’est qu’un match de poules dont il ne faut tirer que les conséquences qui s’imposent et pas une de plus, ce sentiment qui revient : celui que Paris avance, dans une direction qui semble être la bonne.

Lionel Messi, l'union fait la force


Par Alexandre Aflalo, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:15 La Ligue anglaise autorise cinq changements en Carabao Cup 2 Hier à 14:45 Le Steaua Bucarest décimé par la Covid-19 15
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:02 Entraîneur-joueur depuis dix jours, Nuri Şahin raccroche les crampons 3
Hier à 10:29 Une étude autrichienne chiffre l'impact de la Covid sur les joueurs 6 Hier à 09:58 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot ! Hier à 09:37 Mondial tous les deux ans : Infantino défend le « droit de rêver » des petits pays 107
À lire ensuite
Gigio de Paris