Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Man United-Everton (1-0)

Martial guide Man United et honore Sir Bobby

Dans une rencontre chargée d’émotion avec l’hommage rendu à Bobby Charlton, Manchester United n’a pas failli et disposé d’Everton (1-0) à Old Trafford. En inscrivant le seul but du match, Anthony Martial permet aux siens de signer un deuxième succès d’affilée et de rester au contact de City.

Modififié

Manchester United 1-0 Everton

But : Martial (54e)

À une époque où deux des plus grandes légendes du ballon rond viennent de s’éteindre, il convient de profiter de celles qui sont encore portées par le souffle de leurs exploits antérieurs. Manchester United a toujours un sens aigu de l’hommage. Pour l’inauguration de la tribune de Bobby Charlton, Old Trafford a déployé un tifo splendide en son honneur : « Sir Bobby » . L’ancien membre éminent de la United Trinity et deuxième Ballon d’or sous les couleurs mancuniennes a longtemps savouré ce moment. Avant de voir cet hommage sublimé depuis les travées. Car à l’inverse de Barcelone et de l’AC Milan qui ont raté le leur en mémoire de Cruijff et Cesare Maldini, United a été à la hauteur du rendez-vous symbolique contre Everton. Sans être auteurs d’une prestation totalement aboutie, les Red Devils ont fait l’essentiel et signé une seconde victoire consécutive en championnat (1-0). Anthony Martial a une nouvelle fois été décisif. Et Louis van Gaal reste dans le sillage de City, avec seulement un point de retard, toujours.


Martial instaure sa loi


Parce qu’il sait que le printemps peut être synonyme de dernières illusions perdues, Louis van Gaal redoute plus que jamais la réception d’Everton, « un adversaire toujours très difficile pour Manchester United » . Le Pélican peut en témoigner, lui qui avait été balayé sèchement à Goodison Park en avril 2015 (3-0). Un an plus tard, il s’appuie alors sur le peu de certitudes qu’il a acquises et couche le même onze qu’avant la trêve internationale. Comme lors du succès obtenu dans le derby de Manchester, la jeunesse est au pouvoir avec Martial et Lingard chargés d’alimenter Rashford aux avant-postes. Au milieu, Schneiderlin, talisman trop souvent mésestimé (MU compte 57% de succès toutes compétitions confondues avec lui, 35% sans lui), épaule le capitaine Carrick. Everton, qui n’a battu United à Old Trafford qu’à une seule reprise lors des vingt-deux derniers déplacements en championnat, opère deux changements. Stones retrouve sa place en charnière centrale, tandis que Bešić sort de l’équipe pour laisser place à une ligne offensive Lennon-Barkley-Deulofeu en soutien du prolifique Lukaku.

C’est une habitude cette saison. Les Toffees jouent sans complexe hors de leurs bases et le prouvent dès l’entame de match avec une grosse pression mise sur la défense mancunienne. La paire Smalling-Blind peine à trouver les relais Carrick et Schneiderlin dans l’entrejeu. Les visiteurs prennent alors confiance par l’intermédiaire de Barkley et de Deulofeu. Mais ni l’un ni l’autre ne parviennent à se montrer réellement dangereux dans la surface. Tout comme Lukaku, remuant sur le front de l’attaque, mais mal servi à maintes reprises. Après des premières minutes poussives, les Red Devils se décident enfin à jouer. Et comme souvent, c’est Martial qui joue les dynamiteurs. Au terme d’une combinaison avec Lingard à l’entrée de la surface, le Frenchy claque une frappe puissante déviée par Baines qui flirte avec le montant droit de Robles (17e). Sollicité de part et d’autre, le gamin des Ulis ne peut se mettre en évidence vingt minutes plus tard quand il est repris in extremis par un tacle judicieux de Stones dans sa surface. À la mi-temps, United a tiré sept fois au but (pour une côté evertonian). Sans parvenir toutefois à distiller le doute dans les rangs adverses.

Le 1000e pour le Théâtre des Rêves


Les yeux encore embués de larmes sous l’émotion, Sir Bobby reprend sa place dans la tribune à son nom quand le second acte repart. Sans Rojo, à la peine en première période, qui cède sa place au jeune Fosu-Mensah. Un coaching qui va s’avérer gagnant de la part de Van Gaal. Alors que United balbutie son football depuis la reprise, le Néerlandais, positionné comme latéral droit à la place de Darmian décalé à gauche, offre un caviar à Martial au second poteau après une merveille d’action amorcée par Schneiderlin et relayée par Mata (54e). Le huitième de la saison pour l’ex-Monégasque en Premier League et le millième inscrit à Old Trafford depuis l’instauration de la Premier League en 1992. Libérés par cette ouverture du score, les Red Devils manquent de doubler la mise avec Lingard, légèrement trop court sur un centre en retrait de Mata (61e). Pendant que les joueurs locaux déroulent tranquillement au fil des minutes, Everton a peu d’arguments à faire valoir. Les sorties de balle sont laborieuses, les centres trop imprécis, et Lukaku se retrouve envoyé seul au charbon. Afin de gérer sa courte avance, Van Gaal lance successivement dans le bain Herrera et Valencia. Suffisant pour éteindre les dernières ardeurs des Toffees, malgré deux frayeurs en fin de partie avec un arrêt réflexe de De Gea sur une frappe de Jagielka et une intervention de Fosu-Mensah devant Mirallas. Old Trafford peut savourer. Sir Bobby Charlton aussi. Manchester United a été à la hauteur de l’événement. Et de son histoire.

  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Romain Duchâteau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 3 heures Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 62
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE