Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // OM-PSG (0-0)

Marseille, la bonne amère

Fait suffisamment rare pour être souligné : ce dimanche soir, face au Paris Saint-Germain (0-0), l'OM est sorti de son match avec le sentiment qu'il aurait sans doute mérité un peu mieux. Et il n'aurait pas complètement tort. Tous les éléments étaient réunis, en tout cas, pour que Marseille triomphe au bout de la nuit dominicale.

Modififié
1092 jours. Soit à trois jours près, trois ans que l'Olympique de Marseille n'avait pas eu le bonheur de vivre un Classique face au PSG dans son Vélodrome plein à craquer. Dimanche dans la cité phocéenne, difficile de faire plus de 10 mètres sans croiser un maillot ou un survêtement des locaux porté par un bonhomme ou une bonne femme qui, dès le début d'après-midi, accourait d'un pas pressé vers le stade. Ce moment, tant attendu, a été vécu sans demi-mesure par une ville qui savait sans doute, au fond d'elle, que cet OM-PSG arrivait aussi à un moment où Paris était, sinon prenable, vulnérable. Les deux derniers matchs, contre Angers et Leipzig, ont certes été remportés, mais dans la douleur par un Paris à côté de ses pompes. S'il y avait bien un jour où la ferveur de tout un stade, de toute une ville pouvait donner à son équipe ce petit truc en plus pour faire vaciller le géant parisien, c'était bien ce dimanche soir.

Quatre occasions franches après le rouge, et autant de regrets


Dans un stade bouillant et bruyant dès la première seconde — au point de réserver une bronca à percer des tympans au premier Parisien à avoir fait son apparition sur la pelouse, à savoir un pauvre membre du staff venu y déposer des plots pour l'échauffement — Marseille a finalement vu se dérouler le scénario d'un match frustrant, avec des opportunités, des ouvertures, mais sans ce but qui aurait tout changé. Après avoir fait mieux que résister en première période, Marseille peut surtout nourrir des regrets sur ce second acte où Paris, à 10 après l'expulsion de Hakimi, a laissé s'abattre sur lui les vagues offensives marseillaises sans répliquer : 10 tirs olympiens en seconde période, seulement 2 parisiens, et une possession à 52% marseillaise sur les 45 dernières minutes.



Comme tant d'adversaires du PSG cette saison, les Marseillais se sont heurtés à une défense parisienne qui est devenue maîtresse dans l'art de souffrir, de se recroqueviller sur son camp, incarnée par un Marquinhos encore très bon — 6 dégagements défensifs. Mais les Ciel et Blanc, entre deux coups francs très bien placés de Payet (59e, 86e), une tête trop décroisée de Rongier (66e) et un gros loupé de Konrad de la Fuente (77e), ont surtout accumulé les raisons de s'en vouloir de ne pas avoir porté le coup fatal.

Une bonne nouvelle pour l'avenir des Classiques ?


L'on pourra toujours s'enorgueillir, pour la santé d'une rivalité qui avait sérieusement perdu de son intérêt ces dernières années, que Marseille a livré un match plein, plaisant — la qualité de ce match est d'ailleurs en majorité due à l'intensité mise par l'OM — et a apporté une opposition de qualité à un PSG pour qui les Classiques sont depuis dix ans, la plupart du temps, une promenade de santé. Après sa victoire acquise la saison dernière au Parc (0-1), Marseille reprend du poil de la bête face à son rival, et c'est, a priori, une bonne nouvelle. Le regret de ne pas avoir profité de l'alignement de planètes de dimanche soir, de l'ambiance à la pauvreté du jeu parisien en passant par la supériorité numérique et les nombreuses occasions phocéennes, pour s'offrir une vraie soirée de liesse ne doit en être que plus grand. En espérant qu'il ne faudra pas attendre trois ans pour revoir un match de cette qualité face au PSG au Vélodrome.



Par Alexandre Aflalo, à Marseille
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 16:28 Juninho, Robben... Découvrez la collection de photos So Foot de mai ! 1
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
À lire ensuite
On plie les GOAT