Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Bayern

Les notes de Paris

Encore dans le ventre de sa maternelle quand les Bleus ont gagné la Coupe du monde 1998, Kylian Mbappé a rattrapé le temps perdu en s’offrant deux passes décisives, les reins d’Alaba et une standing ovation.

Modififié

Paris Saint-Germain



Areola (8) : « RUUUU-FIIIII-OOOOO » hurlait le Parc des Princes pour rendre hommage au chef des Enfants perdus. Perdu, c’est ce qu’il semble être parfois sur les ballons aériens, mais c’est sa légère seule faute de goût de la soirée. Pour le reste, il a tout sorti. Absolument tout. Et jusqu’au bout. Sans doute son match référence au PSG. Contre le Bayern. Alors qu’il était attendu. Rien que ça.

Daniel Alves (6,5) : Semaine parfaite pour le Brésilien qui a retrouvé son chien et le chemin des filets en Ligue des champions.

Thiago Silva (8) : Dans les airs, au sol, de la cuisse, des lèvres, du genou, du bassin, du front, de son casque Skullcandy, le capitaine parisien a tout dégagé, notamment sur sa ligne quand Areola était parti aux champignons. Bonhomme dans un match de poule qui ne compte pas vraiment, mais bonhomme quand même.

Marquinhos (7) : Avec Thiago Silva, ils se sont refilé la patate chaude Lewandowski, et comme son capitaine, il a gobé tous les rebonds du Bayern (plus de 40 centres dans le jeu côté bavarois) tout en soignant sa relance.

Kurzawa (5) : Après Pimp my ride, Prison Break et Video gag » , Layvin s’est essayé à une nouvelle création du petit écran : Voyage en terre inconnue. Kimmich a pris un abonnement à l’espace situé dans son dos.

Thiago Motta (5) : En le regardant jouer, on s’est souvenu d’une citation de Hot Shots! 2 : « Ta force t’a fui, grand-père. » Remplacé par Lo Celso, la nouvelle sucrerie argentine de Paname à égalité avec le « Volver » .

Verratti (6,5) : Il a perdu autant de ballons en un soir que de points de vie dans les établissements de nuit parisien depuis 2013, mais il a su se réinventer. Privé de son précieux, il a passé son match à très bien défendre. Comme quoi, quand il veut... Remplacé par Draxler (90e), Allemand qui a perdu le moins de ballons du match.

Rabiot (6,5) : La France connaissait Godefroy Amaury de Malefète, comte de Montmirail, d'Apremont et de Papincourt, dit « le Hardi » , capitaine de Louis VI le Gros. Voici Adrien Rabiot, duc de Saint-Maurice dans le Val-de-Marne, dit « le Marquis » , capitaine de Marco « le petit gros » . Le premier tue son beau-père avec un carreau en le prenant pour « une grosse bête » , le second est en train de devenir l’unique raison de se laisser pousser les cheveux.

Mbappé (8,5) : En 1998, un certain Ronaldo s’était amusé en finale de Coupe UEFA sur cette même pelouse. Ouais, il y a un peu du R9 dans Mbappé même s’il n’était pas né lors de la démonstration du Brésilien en finale de C3. Surtout, comme Tijani Babangida dans les premiers Winning Eleven, il affiche 99 en vitesse et accélération et ça s’est vu. Il a déposé « Alex » Süle comme un vulgaire coureur de la ONCE dans le dur et ce qu’il a fait à David Alaba sur le troisième sera forcément puni par le fair-play financier. Il termine la soirée avec deux passes décisives. Pépouze. Remplacé par Di María.

Cavani (6,5) : Quand le Matador ira traîner ses jumelles d’ornithologue ailleurs, il faudra empailler son serre-tête au Parc des Princes. Le chasseur a encore fait mouche dans le Bouchonnois. Pour le reste, des courses, des replis, du pressing et des cheveux doux.

Neymar (7) : Un caviar pour Daniel Alves pour s’ouvrir l’appétit, des contrôles orientés de cochon pour le plat principal et un but en guise de dessert. Même sans être génial, il est directement impliqué sur deux buts. Comme Mbappé, quand il part en contre-attaque, on ferme les yeux. Par respect pour l’adversaire.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Eh ouais, le PSG a battu le Bayern 3 à 0 !




Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70
À lire ensuite
Les notes du Bayern