Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Juventus

La Juventus peut-elle se permettre une saison sans C1 ?

Actuellement 5e de Serie A, la Juventus risque de rater la qualification pour la très lucrative Ligue des champions, elle qui est déjà en grande difficulté financière, après une saison 2018-2019 en déficit et des pertes liées à la crise de la Covid-19. Cette situation risquerait d’altérer considérablement son statut et pourrait provoquer une fuite en avant inquiétante. Mais jusqu’où ?

Modififié
En novembre 2019, alors que le monde n’avait pas encore connu la déferlante Covid-19 et ses effets dévastateurs sur l’économie, les actionnaires de la Juventus avaient alerté d’une « situation tendue » . Lors d’un conseil d’administration que la presse avait relayé, ses administrateurs avaient placé le club en « situation de tension financière » . Selon eux, l’équipe « ne [disposerait] pas de fonds de roulement suffisant pour faire face à ses besoins financiers globaux au cours des douze prochains mois » . Panique à bord, il fallait trouver des solutions.

Une augmentation de capital, via des créances d’actionnaires, fut alors décidée, d’un montant de 300 millions d’euros, étalée sur cinq ans dont la moitié sera utilisée pour « couvrir les besoins de court terme » . Mais les déboires n’étaient pas finis pour autant. Quelques mois plus tard, en janvier 2020, le cabinet d’audit KPMG publiait son rapport comptable sur les 20 clubs les plus riches d’Europe et dévoilait des pertes incompressibles pour la Vieille Dame. Depuis la saison 2016-2017, le club aurait dépensé 811,93 millions d’euros, dont 263,2 millions d’euros pour le seul mercato 2018. Sa balance des transferts cumulerait un déficit de 178 millions d’euros entre 2015 et 2019.

À cela s'ajouterait une masse salariale record supérieure à 70% des recettes totales, ratio maximum recommandé par les instances européennes à travers le fair-play financier. Le cabinet d’audit notait d’ailleurs que la venue du Portugais Cristiano Ronaldo, bien qu’elle ait permis une croissance de ses recettes marketing et commerciales, n’avait pas compensé les pertes et les dépenses trop importantes (son salaire seul est de 31 millions d'euros par an). Bref, la Juventus était malade financièrement, en grande difficulté comptable et en danger économique. Et la situation est maintenant pire.

La Covid-19 n’a rien arrangé


Depuis janvier 2020 et le rapport KPMG, le football européen a connu successivement la pandémie, les mesures sanitaires, les huis clos dans les stades, les confinements et le ralentissement de l’économie. Au total, l’ECA, le syndicat européen des clubs, chiffrerait les pertes totales pour le Big Five à plus de 6 milliards d’euros sur la seule année civile 2020. Côté Juventus, on peut donc s’attendre à une accumulation de déficits déjà largement entamée depuis les années 2010. Et sportivement, ce n’est pas mieux. Cinquièmes de Serie A, les hommes de Pirlo pourraient louper la qualification en Ligue des champions. Compétition pourtant essentielle à l’équilibre financier des équipes puisque extrêmement lucrative.



Une simple participation, c’est a minima 15,25 millions d’euros dans les poches, plus un market pool droits TV pouvant grimper à 20 millions d’euros, sans compter la prime historique chiffrée entre 25 et 30 millions d’euros pour un club comme la Juventus. À cela, vous ajoutez 2,7 millions d’euros versés à chaque victoire en phase de poules et les recettes billetterie intégralement conservées en match européen.


À l’inverse, si la Juve se retrouvait reléguée en Ligue Europa, le standing changerait frontalement. Avec la petite Coupe d'Europe, la prime de participation n’est que de 2,92 millions d’euros et une victoire en poule ne garantirait que 570 000 euros. À titre de comparaison, en moyenne, un vainqueur en Ligue Europa peut espérer repartir avec un chèque de 20 à 25 millions d’euros. L’année dernière, le Bayern Munich, vainqueur de la C1, a empoché plus de 130 millions d’euros. Il y a un rapport de 1 à 5 entre la Ligue des champions et la Ligue Europa. Et on ne parle même pas de la visibilité différenciée, des intérêts apportés aux partenaires, aux sponsors, à la billetterie, etc. Une fois qu’un club a goûté aux joies financières de la C1, il n’a qu’une seule envie, y revenir chaque saison.

Il fallait la Superligue à la Juventus


Pourquoi donc Andrea Agnelli, le président de la Juventus, voulait à tout prix la Superligue ? Pourquoi voulait-il, avec ses acolytes du Barça et du Real, récupérer la gestion de la compétition et de la société commerciale, assurer les participations, à travers un système de ligue semi-fermée, avec des places automatiquement offertes aux clubs actionnaires ? Il fallait absolument se sauver de la déroute qui guette, du péril qui vient. La Superligue lui apparaissait comme une absolue nécessité.

Mais maintenant ? Sans cette Superligue, que pourrait-il se passer ? On peut imaginer que, dès la fin de la saison, si le classement ne bouge plus et que la 5e place est officialisée, la cotation boursière du club risque de chuter lourdement, ce qui porterait atteinte aux actionnaires. Ces derniers, créanciers à travers l’augmentation de capital votée en 2019, demanderaient alors des comptes et exigeraient une remise à plat du projet sportif et administratif. Une révolution pourrait alors s’imposer au sein de la Vieille Dame... À commencer par se séparer de son plus gros salaire ?

Par Pierre Rondeau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 18:55 Une statue pour Landon Donovan au stade du Los Angeles Galaxy 26
Hier à 17:59 Thierry Henry dans la liste des consultants d'Amazon Pass Ligue 1 65 Hier à 16:24 Le tribunal donne l'ordre à beIN Sports de diffuser la Ligue 1 90
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:59 Copa Libertadores : Fluminense écarte Cerro Porteño et passe en quarts 2