Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Dortmund-PSG (2-1)

Håland bastonne le PSG

Malmené par Dortmund dans une partie jamais maîtrisée, le PSG repart du Signal Iduna Park avec une défaite dans ses valises (2-1), et un paquet d'incertitudes dedans. L'aller est un échec absolu, les trois semaines à venir vont être dures.

Modififié

Borussia Dortmund 2-1 Paris Saint-Germain

Buts : Håland (69e et 77e) pour Dortmund // Neymar (75e) pour Paris

Anecdote pour briller en soirée : en se préparant pour le rôle de Terminator, Arnold Schwarzenegger a passé plusieurs semaines à s'entraîner à tirer des armes à feu sans cligner des yeux. C'était en 1991, et presque trente ans plus tard, voilà l'héritier que l'on n'attendait plus. Il en a pourtant été écrit, des lignes, sur ce gamin aux cheveux d'or, à la bouille d'enfant et au physique de colosse. Mais il est de ces choses que les mots ne peuvent pas montrer : le talent. L'audace. Le culot. Le PSG, au terme d'un match d'une pauvreté tactique et technique désespérante, s'est fait violenter par Erling Håland, auteur d'un doublé, un gamin qui boit encore son lait au biberon. Mérité.

Perte de Signal


Il faut dire qu'en début de soirée, il y avait tout pour effrayer le visiteur. Ce Signal Iduna Park, pour quiconque n'a pas l'habitude de le pratiquer, est un coupe-gorge, un champ de mines, où le You'll Never Walk Alone sert d'épouvantail : passé cette étape, plus de demi-tour possible, et vous voilà sur le lopin d'un paysan qui vous attend la fourche au poing. Le tifo est énorme - il s'étale sur trois tribunes -, les enjeux aussi. Le BvB a tout à perdre, Paris encore plus. En bref, une fois posés les enjeux d'une soirée hors normes, il y a ces faits. On attendait le premier match de C1 à élimination directe de Neymar depuis plus de 700 jours ? Il est pris en individuelle, inutile à la création. Mbappé ? Réduit au statut de sprinteur. Di María ? Invisible. Et au milieu, il y a un roi soleil : Witsel rayonne.


Les minutes défilent, et à vrai dire, les certitudes aussi. Le 3-4-3 posé par Thomas Tuchel est un non-sens, ne serait-ce que par la position de Mbappé, pointe surprise, à l'opposé de ce que l'on attend d'un pivot. Celui des hommes de Lucien Favre crée à l'inverse un surnombre permanent au cœur du jeu alors que Paris, forcé de sauter le milieu de terrain où Gueye et Verratti prennent l'eau, ne parvient pas à proposer une action construite. Et pendant ce temps, Dortmund s'engouffre avec bonheur dans les trous d'air créés par Meunier et Kurzawa en phase de contre-attaque, maintenant le couteau sur la jugulaire. Le résultat ? Ces occasions, parfois à cinq contre trois, gâchées par un Sancho intenable (14e, 20e), repoussées par Navas (27e), ou tout simplement non cadrées par Hummels et Håland (24e, 35e, 36e). On annonçait un feu d'artifice, c'est une bouillie. Mieux, on parlait de certitudes : à la mi-temps, la seule qui reste est celle que Tuchel s'est noyé tout seul.

Et soudain, Håland s'éveilla


Une chose est de s'être trompé. Ne pas s'en rendre compte - ou faire tout comme - en est une autre, et l'on aurait tendance à dire que c'est peut-être pire. Le jeu repart donc comme il s'était arrêté, de plus belle, ou plutôt de plus moche. Là où le précédent monégasque avait éclaté toute notion tactique et repoussé les limites de ce que le spectacle peut offrir, ici, on s'emmerde. Les combinaisons dangereuses se limitent au seul circuit Mbappé-Neymar, suffisant pour enfin alerter Bürki (65e, 66e), mais pas pour faire blêmir le BvB, qui renverse la table : sur un énième débordement d'Hakimi, Håland ouvre le score en s'y prenant à deux fois (1-0, 69e). Fin de la rigolade.


Le rythme s'élève, voilà la promesse qui pointe le bout de son nez. Paris profite à peine de son égalisation - chanceuse - par Neymar, alors que Mbappé avait tiré profit d'une glissade de Zagadou (1-1, 74e), que le cyborg remet ça. Lancé en profondeur par Reyna, Håland envoie une mine d'une pureté d'azur dans les filets de Navas, battu à la régulière (2-1, 77e). Coup de massue. En réalité, ce PSG-là ne méritait pas autre chose, malgré l'entrée de Sarabia et l'équerre touchée par Neymar (80e). C'était pauvre, infiniment pauvre, et il y a fort à parier que la marée encaissée ce mardi soir va faire des vagues. Attention au tsunami.




Borussia Dortmund (3-4-3) : Bürki - Zagadou, Hummels, Piszczek - Guerreiro, Witsel, Can, Hakimi - Hazard (Reyna, 68e), Sancho (Schmelzer, 90e), Håland. Entraîneur : Lucien Favre

Paris Saint-Germain (4-3-3) : Navas - Kurzawa, Kimpembe, Silva, Meunier - Marquinhos, Verratti, Gueye - Di María (Sarabia, 75e), Neymar, Mbappé. Entraîneur : Thomas Tuchel


Par Théo Denmat, au Signal Iduna Park
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 17:23 L'UEFA « s'oppose fermement » à la création d'une Super Ligue européenne 37 Hier à 16:45 Mirlind Daku, le buteur qui rend fou le championnat kosovar 23 Hier à 15:15 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 2
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:36 Osama Vinladen : « Mon frère s'appelle Sadam Huseín » 99
Hier à 12:23 Jaume Roures : « Nous avons le temps de trouver des solutions raisonnables » 41 Hier à 12:16 Phoenix renonce à accueillir la finale de l’USL après des insultes homophobes 20 Hier à 11:45 Un hommage à Bruno Martini sur les pelouses françaises ce week-end 2 Hier à 10:25 Flamengo : Henrique blessé aux testicules 7
À lire ensuite
Les notes du PSG