S’abonner au mag
  • France
  • PSG

Casquette Verte : « Je rêve de courir à côté de Pauleta »

Propos recueillis par Mathis Healy
Casquette Verte : «<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>Je rêve de courir à côté de Pauleta<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>»

Le week-end dernier, Alexandre Boucheix, alias Casquette Verte, a bouclé 255 tours de terrain au Parc des Princes, soit 100 kilomètres en 7h37 de course. Entretien avec un homme qui galope plus que Lionel Messi.

Comment est né ce projet avec le Paris Saint Germain ?

Un ami qui bosse dans la communication au PSG m’a sollicité pour participer à la promotion de la course de 10km que le club organise en juillet. Moi, je n’ai pas réfléchi longtemps parce que je suis parisien et grand fan du PSG. L’organisation s’est faite en une semaine, on a étudié trois défis. Le premier, c’était les tours de terrains ; le second, c’était une course dans le virage Auteuil avec du dénivelé ; et le troisième, c’était sur le toit du stade. Finalement, pour des raisons de sécurités évidentes, on a choisi les 100km autour du terrain.

Qu’est-ce que ça t’évoque, le Parc des Princes ?

J’y vais très régulièrement. Pendant ma course, je me suis souvenu de mon premier match dans les tribunes. C’était un PSG-Troyes (3-1) lors de la saison 2001-2002 avec un doublé de Ronaldinho. En tournant, je me suis dit : «  20 ans plus tard, je suis au même endroit que Ronnie. » C’était un sacré kif !

C’est quoi la difficulté de faire 255 tours de terrain sur le plat quand on est habitué aux ultra-trails ?

L’avantage en ultra-trail, c’est que quand ça monte tu peux marcher et un peu te reposer. Après, j’étais préparé à l’aspect répétitif de la course parce qu’en tant que Parisien, je suis habitué à faire le hamster en répétant souvent les mêmes parcours. Le problème, c’est que ma musculature est adaptée à un terrain qui varie beaucoup avec des montées, des descentes. Là, sur les 66 premiers kilomètres, j’ai tourné dans le même sens : Borelli, Boulogne, Auteuil. À force, j’ai senti des douleurs à la hanche et au genou. Je pense que j’aurais dû changer de sens plus tôt.

Qu’est-ce qui se passe dans ta tête pendant sept heures ?

Alors, ce qui est sympa, c’est qu’il y avait un peu de monde avec les touristes venus visiter le stade. Certains m’ont pris en photo en pensant que j’étais un joueur. Donc étonnamment, je n’étais pas si seul !

Faire des trucs très cons comme des tours de terrain, ça te rend quelque part un peu moins con.

Est-ce que tu as un petit conseil à donner aux joueurs de foot amateur qui sont punis avec dix tours de terrain à l’entraînement après un mauvais match et qui trouvent ça insurmontable ?

Moi aussi je détestais ça quand j’étais gamin, mais avec du recul, je me suis rendu compte que c’était une souffrance nécessaire. Un exercice bête et méchant comme ça, c’est super formateur, aussi bien physiquement que mentalement. Faire des trucs très cons comme des tours de terrain, ça te rend quelque part un peu moins con.

Le Blaise Matuidi de l’époque PSG aurait pu t’accompagner sur ce défi, non ?

Pourquoi j’avais floqué mon maillot du numéro 14 à votre avis. (Rires.) C’est uniquement en l’honneur de Matuidi. Avec Pastore, ce sont mes deux joueurs préférés du PSG de ces dernières années.

Tu penses vraiment qu’il aurait pu faire ça à tes côtés ?

Avec son niveau d’entraînement, je suis convaincu qu’il aurait pu tenir quatre heures avec moi. Après, lui était préparé pour faire des efforts intenses. Moi, je travaille uniquement en endurance. Mais les 50 kilomètres, il les aurait bouclés, je pense.

Je pense que Zlatan a l’époque ne faisait pas beaucoup plus de kilomètres pendant les matchs que Messi.

Tu as peut-être plus couru au Parc des Princes en sept heures que Leo Messi depuis son arrivée au PSG. Qu’est-ce que ça te fait ?

Alors, ça ne me dérange pas du tout parce que lui n’a pas vraiment besoin de courir. Il arrive à faire ce qu’il fait sans courir et c’est ça qui est beau. Je pense que Zlatan à l’époque ne faisait pas beaucoup plus de kilomètres pendant les matchs. Si le but du foot était de faire le plus de kilomètres en 90 minutes, il y aurait moins de buts, et les pelouses seraient bien moins belles que celle du Parc des Princes.

Si Christophe Galtier te demande d’être au marquage de Jamal Musiala au match retour face au Bayern, tu acceptes ?

Oui, mais je ne pourrais faire que du marquage individuel parce que ça fait un moment que je n’ai pas touché un ballon. (Rires.) Je ne demanderais jamais à Galtier de venir courir un ultra à ma place, donc je suis bien là où je suis.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Avec le PSG, la seule date que j’ai en tête, c’est le 2 juillet pour cette course 10 kilomètres. D’ailleurs, je rêve de courir avec Pauleta dont je suis un grand fan. S’il vient, je pense que je ferai l’aigle des Açores sur toute la distance.

Propos recueillis par Mathis Healy

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus PSG

Lionel Messi

Actus Z. Ibrahimović

Blaise Matuidi