S’abonner au mag
  • France
  • Olympique lyonnais féminin

L'OL se détache-t-il du foot féminin ?

Par Jérémie Baron, avec Anna Carreau

Officielle depuis ce jeudi, la vente de la section féminine de l'Olympique lyonnais à la businesswoman Michele Kang marque une révolution dans le Rhône, et peut-être même une rupture. Et si l'OL féminin n'en avait désormais plus que le nom ?

L'OL se détache-t-il du foot féminin ?

Sans trop de fracas, ce 9 février marquera mine de rien une bascule dans l’histoire du football féminin. C’est officiel : la section femmes de l’Olympique lyonnais, qui détient le record du nombre de titres en Ligue des champions (8), Championnat de France (16) et Coupe de France (10), n’est plus la propriété d’OL Groupe. Depuis jeudi et ce closing qui était attendu, la femme d’affaires américaine Michele Kang détient (par l’intermédiaire de YMK Holdings) 52,9 % de la section féminine du club rhodanien, créée en 2004 sur les fondations du très solide FC Lyon. Déjà propriétaire des London City Lionesses (D2 anglaise) et du Washington Spirit (NWSL), Kang a déjà tout prévu. « Deux des meilleurs clubs féminins au monde, l’OL et le Washington Spirit, vont former une alliance qui va révolutionner ce qui est possible pour les footballeuses professionnelles », annonçait-elle d’ailleurs l’an passé. « C’est la première fois qu’une telle structure multiclubs existe au niveau du football féminin. C’est vraiment une nouvelle étape », disait-elle également à l’AFP.

Un virage business et un nouveau stade « sur un autre site »

L’ère Michele Kang a déjà été bien entamée – en même temps que le départ de Jean-Michel Aulas –, en vérité, et représente déjà une petite rupture. « Pour nous, ce n’est pas nouveau, a expliqué l’entraîneure Sonia Bompastor ce vendredi. Cela fait déjà plusieurs mois, plusieurs semaines que l’on travaille sur ce projet, qu’on a ces informations et qu’on avance en interne. Ce sont des choses que nous connaissions déjà. […] C’est forcément un peu différent de ce qui se faisait avant. Michele, ce n’est pas Jean-Michel Aulas. Elle n’est pas basée à 100% à Lyon. Physiquement, elle n’est pas toujours présente, en revanche, on sent son soutien au quotidien, elle nous donne des moyens et nous laisse travailler. Elle a sans doute plus une spécificité business. » Comme elle l’a rappelé jeudi, la nouvelle présidente a de grandes ambitions pour son OL, et compte bien tirer vers le haut le foot féminin : « Nous avons un centre d’entraînement au point, mais surtout pour les hommes et il n’est pas au niveau de ce que les femmes méritent. Nous allons donc l’élargir, sans doute sur un autre site, et le prochain “step” sera le stade. Aujourd’hui, elles jouent des matchs importants au Groupama Stadium, mais la plupart des matchs sont au centre d’entraînement avec seulement 1200 personnes de capacité. Ce qui n’est pas acceptable. Il faut un entre-deux. Nous allons construire notre propre stade qui fera entre 15 000 et 20 000 places. »

Nous allons construire notre propre stade qui fera entre 15 000 et 20 000 places.

Michele Kang

La native de Corée du Sud est même allée plus loin, dans les colonnes de L’Équipe : « On a besoin de ce stade qui permettrait aux joueuses de se sentir chez elles. C’est très important. » Dans ses récentes déclarations, il y a un message, en filigrane : après avoir été précurseur dans le monde féminin, depuis le milieu des années 2000, l’OL s’était peu à peu montré dépassé – ou tire-au-flanc – dans le domaine. « Nous allons emprunter toutes les bonnes pratiques de l’OL masculin, il y a des accords marketing liés à l’OL que nous allons continuer à respecter, nuance néanmoins Kang. L’OL féminin fait toujours partie de la famille OL. Nous partageons le patrimoine, l’histoire et cela ne va pas changer. Nous voulons surtout travailler de façon indépendante, sur l’entraînement, le développement des supporters, le stade… » Symbole de cette scission qui n’en est pas vraiment une, mais un peu quand même : le logo de l’OL féminin pourrait changer de tronche, par exemple.

« Ça va assurément ressembler au même, mais il y aura des changements, déclare Kang chez Olympique-et-Lyonnais. Toutefois, on ne va pas totalement renier notre héritage et notre histoire. Il y aura des changements pour s’assurer que c’est une équipe féminine, que nous sommes indépendantes. Il y aura des changements, mais on ne va pas oublier d’où nous venons. Ce sera un petit changement. Après, il est vrai que ça peut être un petit changement pour moi, mais peut-être un grand chamboulement pour d’autres personnes dans le club. Si je change le bleu du logo, certaines personnes peuvent avoir des attaques au cœur, mais ce ne sera pas une grande révolution. Ça va être très similaire à l’Olympique lyonnais, le regard et le ressenti, mais il y aura des changements subtils. »

Si je change le bleu du logo, certaines personnes peuvent avoir des attaques au cœur, mais ce ne sera pas une grande révolution. Ça va être très similaire à l’Olympique lyonnais.

Michele Kang

Cette vente acte aussi la fin du (court) projet OL Reign. Acquise en 2020 par l’Olympique lyonnais pour 3,1 millions d’euros afin de « consolider sa place en tant qu’acteur majeur du football féminin dans le monde », la franchise américaine a déjà retrouvé son nom (Seattle Reign) et devrait être cédée très prochainement, comme l’a indiqué OL Groupe : « Le groupe poursuit en parallèle son projet de cession de sa participation dans OL Reign. Il communiquera en temps utile sur le sujet. » L’aventure aura donc duré seulement quatre ans, et l’Olympique lyonnais Groupe ne compte plus aucune équipe féminine de foot dans son portefeuille. À moins que les joueuses de l’ASVEL ne se mettent à jouer au pied.

Dans cet article :
Vincent Ponsot devient directeur général de l’OL féminin
Dans cet article :

Par Jérémie Baron, avec Anna Carreau

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe Bologna
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara
Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium
In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
  • Italie
  • Bologna
Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nice
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Lyon-Nice (1-0)
L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage
22
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
  • C3
  • Barrages
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus OL

Lyon féminines