S’abonner au mag
  • FA Cup
  • 8es
  • Manchester United-West Ham

À Manchester, Ten Hag fait sa MU

Par Antoine Donnarieix
À Manchester, Ten Hag fait sa MU

Entraîneur à succès depuis ses débuts sur les bancs du football néerlandais, Erik ten Hag poursuit son ascension à Manchester United. Et le plus excitant, c’est que tout cela n’est probablement que le début.

C’était à se demander si Manchester United ne s’était pas définitivement endormi. Pendant six longues saisons, le recordman national du nombre de trophées remportés a connu une panne sèche, laissant le rival Liverpool revenir à sa hauteur avec 66 breloques à son palmarès. Le dernier titre, la Ligue Europa 2016-2017 remportée sous l’ère José Mourinho, apparaissait dans les souvenirs mancuniens comme celui d’une équipe en décomposition lente mais certaine. Une époque où Paul Pogba et Henrikh Mkhitaryan, tous les deux buteurs en finale de C3, faisaient la pluie et le beau temps à Manchester. Ce 24 mai 2017 à Stockholm, MU gagnait froidement contre l’Ajax Amsterdam de Peter Bosz (2-0). Coïncidence ou non, les vaincus du soir engageaient Erik ten Hag six mois plus tard pour redresser un bateau ajacide à la dérive. Ce même Ten Hag qui, dimanche dernier, a su dominer Newcastle United pour permettre aux Red Devils de s’imposer en finale de la Coupe de la Ligue anglaise (2-0). Un 67e trophée dans l’escarcelle pour définitivement lancer la nouvelle ère mancunienne incarnée par le technicien néerlandais.

La victoire d’une ligne directrice

Les caméras ont des yeux partout. Quand Ten Hag se met à danser à la sauce sud-américaine aux côtés de ses deux protégés Lisandro Martínez et Antony, recrutés cet été à… l’Ajax Amsterdam, cela ne passe pas inaperçu. « J’espère pouvoir le faire plus souvent, souriait le technicien au micro de SkySports avant de reprendre un ton sérieux, bien plus représentatif du bonhomme, en conférence de presse. Casemiro et Raphaël Varane savent comment gagner les trophées, cela s’est vu en Ligue des champions. Mais quand je vois Martínez et Antony, ils ont aussi connu les titres avec l’Ajax. Vous avez besoin de ces personnalités-là dans votre équipe pour gagner à la fin, car vous pouvez leur faire confiance et compter sur leur performance. Martínez, c’est clairement un profil de ce type et il l’a démontré aujourd’hui. Son association avec Varane, c’était très fort. » D’autant plus fort que trois jours avant, Manchester United était sorti vainqueur d’un duel de haut vol contre le Barça et avec seulement deux changements dans le onze, la fatigue accumulée ne s’est pas ressentie. Dès lors, deux questions viennent à l’esprit : comment Ten Hag a-t-il fait pour stopper cette spirale du no-win à Manchester United ? Et jusqu’où cette embellie peut-elle aller ? Pour y répondre, il faut puiser dans son passé aux Pays-Bas.

Dès l’instauration de sa philosophie au sein d’un club, le technicien n’a jamais reculé au moment de procéder à des choix forts. Parmi ses anciens joueurs, Rico Wolven décrit un personnage « autoritaire, qui faisait bien remarquer aux autres que c’était lui, le chef » il y a déjà dix ans de cela. L’ex-défenseur central des Go Ahead Eagles en 2012-2013 se souvient également de la prise de bec de Ten Hag avec la pépite locale Quincy Promes. « C’était un garçon un peu chiant à gérer à l’époque, raconte Wolven dans le numéro 194 de SO FOOT sorti en mars 2022. Disons que Quincy avait une haute estime de lui-même. Ten Hag l’a abordé de façon frontale, en l’engueulant. Il savait très bien l’encadrer. » De quoi mieux comprendre sa capacité à placer un ego comme Cristiano Ronaldo sur le banc mancunien, et laisser place à Rashford, moins avare au moment de calculer les efforts pour le collectif. Pour choisir ses hommes, Le Petit Général (son surnom donné par la presse locale) le fait pour le bien de l’équipe et toujours avec le curseur de l’équité. « Nous avions un défenseur d’expérience, Jan Kromkamp, se souvient Edwin Mulder, ancien président des Go Ahead Eagles alors en D2 néerlandaise. Kromkamp avait joué à Liverpool, au PSV, en équipe nationale… C’était une star de 30-31 ans, et c’était un retour dans son club formateur, pour boucler la boucle. Dès le début de saison, Erik a été très clair avec lui : “Jan, tu es le bienvenu au club et tu peux jouer en sélection, mais tu seras remplaçant ici, car j’ai choisi des profils plus jeunes à ton poste, je peux les développer et les rendre meilleurs.” Kromkamp n’était pas très enjoué, mais il a accepté. » Et en fin de saison, Go Ahead Eagles est monté en Eredivisie.

« Erik a toujours un plan »

Depuis la prise de poste de Ten Hag à Manchester United, les statistiques sont formelles : en 40 rencontres disputées sur le banc anglais, le Batave est sorti 29 fois vainqueur (pour 5 nuls et 6 défaites). Ce total de 72,5% de succès est un tout petit peu moins élevé que lors de son passage de quatre saisons à l’Ajax (73,6%), où le chauve a soulevé six trophées en cinq ans (trois championnats, deux coupes et une Supercoupe des Pays-Bas). Mais depuis bientôt quatre mois, l’équipe mancunienne n’a connu qu’une seule fois l’odeur de la défaite lors d’un choc au sommet face à Arsenal. Et visiblement, chacun des membres de l’équipe possède sa part du succès dans les dynamiques insufflées par Ten Hag. « Je l’ai d’abord connu entraîneur adjoint au FC Twente, car j’ai participé aux entraînements de l’équipe première, poursuit Joran Pot, milieu de terrain des Go Ahead Eagles entre 2012 et 2014. Même si j’étais remplaçant, je comprenais que chacun de nous avait son importance, ses idées étaient claires. Tous les jours, Ten Hag donne tout. Et quand nous voyions son dévouement, cela nous incitait à aller dans son sens pour le bien de l’équipe. À Go Ahead Eagles, nous l’appelions pour rire le “control freak”, car il compte tout maîtriser sur le terrain comme en dehors. Entre le vestiaire et le terrain d’entraînement, il y avait 500 mètres à faire. Là, il en profitait toujours pour discuter, mieux nous connaître sans évoquer le football. »

À Go Ahead Eagles, nous l’appelions pour rire le “control freak”, car il compte tout maîtriser sur le terrain comme en dehors.

Joran Pot, ancien joueur de Ten Hag

Grâce à son guide, Manchester United ne connaît plus la crise. Mieux : son entraîneur, déjà couvert de louanges sur sa terre natale, continue de conquérir l’Europe avec pragmatisme et rigueur. « Le voir réussir à Manchester United ne me surprend pas, concède Mulder. Je connais les Ten Hag depuis 25 ans, car je suis issu du monde de l’immobilier, et sa famille est l’une des plus influentes dans le domaine à l’est du pays. Erik est un homme de détails. Quand nous l’avions embauché, il avait passé quatre entretiens pour parler de sa vision du club, la stratégie à donner, évoquer les finances et enfin, parler football. Que ce soit pour le jour du match ou pour la suite de la saison, Erik a toujours un plan. Si vous observez toutes les étapes de sa carrière, elles suivent une logique. Même si j’ai la sensation que Manchester n’est pas son terminus, Erik pourrait suivre les pas de Sir Alex Ferguson s’il le souhaite. » Il lui reste de la marge, c’est certain, mais il semble avoir emprunté le bon chemin.

Dans cet article :
OM : les chantiers de Gasset
Dans cet article :

Par Antoine Donnarieix

Tous propos recueillis par AD, sauf mentions

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe Bologna
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara
Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium
In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
  • Italie
  • Bologna
Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nice
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Lyon-Nice (1-0)
L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage
22
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
  • C3
  • Barrages
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus MUN