Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es de finale retour
  3. // Atlético/Bayer Leverkusen

Voilà pourquoi le Bayer Leverkusen va passer

Victorieux du match aller sur le score de 1-0, le Bayer Leverkusen n'est pas vraiment considéré comme un favori à quelques heures de fouler la pelouse de l'Atlético Madrid. Et pourtant, plus que jamais, le Bayer possède de sacrés arguments en sa faveur pour enfin dépasser les 8es de finale de la compétition, ce qu'il n'a pas fait depuis... 2002.

Modififié
  • Parce qu'ils sont en pleine bourre


    Après un début de saison impressionnant, Leverkusen était gentiment revenu dans le rang au point de finir 2e d'un groupe de Ligue des champions pourtant à sa portée. Mais depuis mi-février, la « Werkself » est de nouveau en pleine bourre. Depuis leur victoire étriquée au tableau d'affichage, mais large sur le terrain contre l'Atlético, les hommes de Roger Schmidt n'ont plus perdu un match. Cinq matchs consécutifs sans défaite, voici le joli bilan du Bayer sur un mois. Il y a bien eu ce match de Pokal bien galère contre Kaiserslautern (victoire 2-0 a.p.), mais dans l'ensemble, Leverkusen n'a pas tremblé, et a même impressionné sur ses deux derniers matchs en collant sept buts (avec cinq buteurs différents). Le Bayer n'a évidemment pas rencontré que des cadors, loin de là, mais pour se mettre en confiance, rien de mieux qu'une belle série surtout lorsqu'on est un club connu pour son irrégularité.

  • Parce que l'Atlético est loin d'être en pleine bourre


    « Je ne crois pas que l'Atlético soit dans une mauvaise passe. Ils ont battu le Real Madrid il n'y a pas longtemps, et ils auraient pu gagner contre l'Espanyol dimanche dernier alors qu'ils étaient à 10 » , a déclaré lundi Roger Schmidt, sans doute pour ne pas paraître trop confiant ou assuré. Car si on y regarde de plus près, il n'est pas nécessairement faux d'affirmer que l'Atlético connaît une période compliquée. Depuis la « presque manita » contre le Real mi-février, les hommes de Diego Simeone calent, avec une seule victoire en six matchs. Certes, le club de la capitale n'a pas beaucoup perdu, mais il a enchaîné trois matchs nuls, dont deux face à des concurrents directs au podium : le FC Séville et Valence. Pour ce match retour, Simeone devra en plus composer sans Godín ni Tiago, suspendus. La meilleure chance du Bayer est peut-être encore d'attendre une défaillance de l'Atlético.

  • Parce que le Bayer possède enfin un entraîneur costaud


    Roger Schmidt, arrivé cet été sur les bords du Rhin après deux saisons au Red Bull Salzbourg, a son idée bien à lui du football avec un jeu qui repose sur un gros pressing, la verticalité et la rapidité offensive. Une idée qui n'a rien de révolutionnaire, bien évidemment, mais à laquelle il tient. Or à Leverkusen, cela faisait un moment qu'on n'avait pas croisé un entraîneur avec un schéma tactique bien défini. Cette saison, le Bayer ne gagne pas toujours, loin de là, mais montre presque systématiquement quelque chose. Conséquence directe, Roger Schmidt compte un nouveau fan depuis son retour en Allemagne en la personne de Pep Guardiola. « J'aime énormément le jeu du Bayer Leverkusen. Les joueurs adhèrent complètement au projet de Roger Schmidt. Je pense que son arrivée en Allemagne est une très bonne chose pour la Bundesliga » a lâché le coach du Bayern en décembre dernier. Ce mardi soir, Roger Schmidt compte bien appliquer la méthode qu'il a fait sienne. « Nous ne voulons pas garder le 1-0 du match aller, nous voudrons attaquer tôt dans le match. (…) Nous devons casser l'ambiance au Vicente-Calderón. » Si ses hommes prennent à la gorge les joueurs de l'Atlético comme au match aller, ça devrait rouler.

  • Parce qu'Hakan Çalhanoğlu sera sur le terrain


    Si jamais Simeone, après deux buts, décide de fermer boutique et de jouer la montre en mettant tout le monde derrière, le Turc, déjà buteur au match aller, pourra toujours faire sauter la banque de cette manière :


    Vidéo

    Vidéo

  • Parce que la lose s'arrête toujours à un moment (sauf lorsqu'on s'appelle le Stade rennais)


    Leverkusen ne gagne jamais rien, ok. Leverkusen n'a pas de supporters (même si la BayArena remplit à près de 90%), ok. Mais Leverkusen a un jour fait rêver l'Europe entière en sortant de la C1 Liverpool et Manchester United et en faisant jeu égal avec le Real Madrid en finale. Le Bayer a vu passer dans ses rangs Wörns, Ballack, Zé Roberto, Ramelow, Berbatov, Schürrle et tant d'autres gars avec du talent plein les pattes. À un moment, ce club va finir par gagner des titres – du moins des matchs importants. Cette saison, la « Werkself » possède l'effectif et l'entraîneur pour aller loin. Et surtout pour être l'équipe frisson de cette Ligue des champions. Les hommes de Roger Schmidt ne sont pas favoris. Malgré un superbe match aller, personne ne les voit passer. C'est ça la dure vie du Bayer Leverkusen : ne jamais être pris au sérieux. À eux de changer tout ça ce mardi soir, et de redevenir ce club qui a fait rêver l'Europe il y a 13 ans. Pour ne plus être appelé, au moins pour quelques mois, Neverkusen.


    Par Sophie Serbini
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 11:08 Rooney, héros de la 95e minute 17 Hier à 10:21 Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 dimanche 12 août La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 dimanche 12 août La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 64 dimanche 12 août Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1