Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // FC Barcelone

Messi a-t-il vraiment provoqué la crise financière du Barça ?

Cela a été la révélation de la presse espagnole : le sextuple lauréat du Ballon d’or, Lionel Messi, aurait perçu l’équivalent de 555 millions d’euros brut entre 2017 et 2021 au FC Barcelone. Un demi-milliard qui aurait creusé la dette du club catalan et provoqué un risque de faillite. Vraiment ?

Modififié
555 millions 237 mille 619 euros, voilà le contrat monstrueux et gargantuesque signé par Lionel Messi au FC Barcelone en 2017. Net d’impôt et en intégrant les différentes primes et droits à l’image, cela reviendrait à plus de 75 millions d’euros par an depuis quatre ans pour le fantasque Argentin. Ses concurrents Cristiano Ronaldo, Neymar et Mbappé se retrouvent très loin derrière, entre 40 et 17 millions d’euros par an. C’est le jour et la nuit dans ce marché des superstars, Messi a littéralement tué le game et a intégré la cour des très grands quasi-milliardaires en seulement quatre ans.

Or, pour certains, ce contrat, qui garantissait aussi une prime à la signature de plus de 115 millions d’euros et une généreuse prime de fidélité de 66 millions, a provoqué la fuite en avant comptable du club, empêtré dans une dangereuse accumulation de dettes depuis quelques saisons. Rendue publique la semaine dernière, elle aurait atteint la somme totale de 1 milliard 173 millions d’euros dont, plus inquiétant, 730 millions d’euros à rembourser à court terme. Alors le multimillionnaire Messi, responsable de la future faillite de son FC Barcelone ? Ce n’est pas aussi simple que ça.

Messi rapporte beaucoup


Oui, à première vue, la Pulga coûte cher, très cher. Ses 138 millions d’euros à débourser par an plombent les finances du club et participent à un écoulement des dépenses. Néanmoins, sa présence assure aussi d’importantes rentrées financières dans le domaine du marketing, du merchandising et du sponsoring. Idem, au niveau de la billetterie et de la visibilité du club, Messi joueur du Barça garantit recettes et liquidités. Selon la presse espagnole, sa seule présence rapporterait entre 200 et 250 millions d’euros par an au club.

D’ailleurs, entre 2017, date de la signature du faramineux contrat, et 2019, les gains du Barça ont augmenté de 30%, selon le rapport Football Money League du cabinet d’audit Deloitte, soit bien plus que lors des périodes précédentes. Les recettes de billetterie, comptant sur le stade et le musée du football, ont explosé, garantissaient 176 millions d’euros en 2019 (126 millions d’euros recettes match-day et 50 millions d’euros recettes musée). Et les gains commerciaux et les droits TV offraient un pactole total de 665 millions d’euros.


Catastrophique gestion comptable


C’est simple, le Barça est devenu, avec Messi, le club le plus riche du monde. Sauf que cela l’a autorisé à faire un peu n’importe quoi. Malgré la vente de Neymar au Paris Saint-Germain, à la même date, pour 222 millions d’euros, les dirigeants, plutôt que de mettre de côté et constituer des fonds propres, couvrir leur dette passée et rééquilibrer leur budget, ont dépensé sans compter, sans véritable réflexion ni résultat sportif. Dembélé pour 125 millions d’euros, Coutinho pour 165 millions d’euros, Paulinho (40 millions d’euros), Semedo (35 millions d’euros), Malcom (41 millions d’euros), Arthur (31 millions d’euros), Suárez (80 millions d’euros)... Puis, Griezmann à 120 millions d’euros et Frenkie de Jong à 75 millions. Et comme la plupart de ces dépenses sont échelonnées dans le temps, le Barça se retrouve avec 320 millions d’euros à rembourser directement et assez rapidement aux clubs vendeurs. Plus une grosse proportion issue des crédits bancaires souscrits pour pouvoir se payer les joueurs et conserver cette folie des grandeurs.


Mais ce n’est pas fini. Les dépenses de transferts ont effectivement grossi de façon exponentielle, tout comme la masse salariale, atteignant la somme folle de 576 millions d’euros en 2019, soit 70% du budget total, faisant ainsi fi des recommandations de l’UEFA et du fair-play financier à ne pas dépasser ce ratio. Rien n’a été fait convenablement. Ce n’est pas Messi qui a plombé les comptes de Barcelone. Le joueur, par son talent, sa classe, son niveau, sa popularité, rapportait plus qu’il ne coûtait. Mais l’argent récupéré a été dépensé n’importe comment, en salaires et en transferts totalement déconnectés des réalités économiques et sportives. Et comme maintenant, le monde du foot subit une crise économique et sanitaire sans précédent, les recettes billetterie sont détruites et les revenus commerciaux remis en cause, tout se complique pour le Barça.

Trop connu pour couler


Et maintenant, que va-t-il se passer ? Le club peut-il réellement faire faillite ? En économie, il existe une phrase célèbre lorsqu'on s’intéresse aux risques de défaut de paiement, la maxime « Too Big to Fail » . Un pays ou une très grosse société, malgré sa dette et ses pertes, ne peut pas faire faillite, elle est tellement grosse qu’elle trouvera toujours un repreneur ou un créancier et qu’elle pourra faire suivre ses déficits et les prolonger dans le temps.

C’est exactement la même chose avec le Barça, la maxime devient « too famous to fail » , trop connu pour couler. C’est l’un des clubs les plus populaires du monde, il ne peut pas disparaître. Il y aura toujours un repreneur et des investisseurs pour racheter la dette et la solvabiliser, la recouvrir. Qu’il s’agisse d’un fonds d’investissement, d’une banque d’affaires ou d’un actionnaire milliardaire, les solutions ne manquent pas. Néanmoins, la nouvelle direction devra impérativement s’imposer une cure d’austérité, arrêter de dépenser sans compter et faire signer des contrats mirobolants. Et peut-être aussi voir Messi quitter le navire...

Par Pierre Rondeau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 16:38 Podcast : "France/Algérie 2001, l'impossible derby" 1 Hier à 16:38 Le match entre Haguenau et Bobigny (National 2) va finir devant les tribunaux 21 Hier à 15:12 211 sélectionneurs consultés en ligne par la FIFA sur un Mondial bisannuel 62 Hier à 14:51 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot !
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 08:50 Arsène Wenger favorable au micro sur les arbitres et à leur présence en conférence de presse 54