Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Napoli-Roma (1-1)

Mertens sauve Naples au buzzer

Rapidement mené au score à la suite de l'ouverture du score d'El Shaarawy, le Napoli s'est longtemps cassé les dents sur les boucliers levés de la Roma. Avant d'arracher tardivement le nul grâce à un pion de Mertens.

Modififié

SSC Napoli 1-1 AS Roma

Buts : Mertens (90e) pour le Napoli // El Shaarawy (14e) pour la Roma

Ils ont longtemps pensé qu'il leur suffirait d'une seule flèche. Rapidement devant au score, mais nettement dominée par les Partenopei, la Roma a galopé dans tous les sens. Comblé les brèches. Rafistolé les failles. Rebouché les trous d'une défense prise d'assaut pendant quasiment toute la rencontre. De louables efforts finalement réduits à néant par un homme : Dries Mertens, qui a déboulé pour égaliser aux abords du temps additionnel.

Duel stylistique


Sept victoires en neuf rencontres de Serie A, un match brillant face au PSG en milieu de semaine : Naples a – comment souvent – la tronche ainsi que le bulletin de l'élève modèle, et déroule studieusement ses gammes en début de match. Comme de coutume, l'ensemble flatte les mirettes. À l'image des arabesques de Fabián Ruiz qui s'amuse comme un enfant le soir de Noël avec la défense romanista avant de servir Insigne, dont la frappe est déviée in extremis par Manolas. Joli, mais plus cosmétique qu'autre chose alors que le compteur but des Napolitains stagne toujours à zéro. L'efficacité, elle, est du côté des Romanisti. Notamment parce que la défense des Azzurri semble prise de graves déconnexions neuronales.


Ünder en profite pour débouler comme un fou furieux aux abords de la surface et sert El Shaarawy, qui trucide Ospina à bout portant. Le match se transforme alors en opposition de style, les Partenopei monopolisant la gonfle face à une Roma qui touche assez peu le ballon. Mais qui pique très bien en contre : Džeko efface Ospina... avant de voir sa frappe dans la surface sauvée sur la ligne par Albiol. De leur côté, les Napolitains font tourner la gonfle à toute vitesse façon flipper, et cartonnent tour à tour la cage d'Olsen. Milik, Callejón et Hamšík allument ainsi successivement le but adverse, mais restent imprécis au moment de conclure.

Mertens, sauveur tardif


L'histoire se répète après la pause. Naples maîtrise, envoie un bon paquet de centres qui feraient frissonner n'importe quelle défense, mais la Louve reste zen et s'astreint à une discipline militaire derrière, où tout le monde met la main à la patte. Ancelotti, qui commence à sentir l'embrouille, fait alors entrer Mertens pour tenter de renverser la table. Un coaching prothétique : servi involontairement par Callejón, le Belge assassine Olsen à bout portant à la 90e minute. De quoi permettre au Napoli d'arracher un nul parfaitement mérité. Même si la Juventus, elle, doit doucement ricaner sous sa cape ce dimanche : voilà la Vieille Dame avec six points d'avance sur son dauphin napolitain.


Empoli (4-4-2) : Ospina - Hysaj (Malcuit, 70e), Raúl Albiol, Koulibaly, Mário Rui - Callejón, Allan, Hamšík, Fabián Ruiz - L. Insigne, Milik (Mertens, 55e). Entraîneur : Carlo Ancelotti.

AS Roma (4-2-3-1) : P. Olsen - Santon, Manolas, Juan Jesus, Kolarov - Nzonzi, De Rossi (Cristante, 43e) - Lo. Pellegrini, Ünder (Florenzi, 65e), El Shaarawy - Džeko. Entraîneur : Eusebio Di Francesco.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
    Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70
    À lire ensuite
    L'album photo du week-end