Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Toulouse (2-0)

Memphis Depâques

Double buteur décisif lors de la victoire facile de Lyon contre Toulouse (2-0), Memphis Depay, titularisé dans un inhabituel poste d’avant-centre, a montré qu’il faudrait compter sur lui en cette fin de saison. Son état de forme actuel observé avant cette rencontre l’avait déjà sous-entendu.

Modififié
Il est arrogant. Ne joue que quand il le souhaite. Gâche son talent par son égoïsme. Ce genre de critiques, entendues mille fois cette saison (et même avant) à propos de Memphis Depay, ne s’éteindront sûrement jamais vraiment. Parce que son caractère fait naturellement de lui une cible idéale. Il n’empêche que le Néerlandais peut parfois faire plaisir. Et bien plus souvent qu’on ne veut bien le dire d’ailleurs. Ce dimanche soir par exemple, le jeune homme de 24 ans n’a pas déçu à la pointe de l’attaque lyonnaise (en remplacement de Mariano Díaz qui purgeait sa suspension), alors qu’il n’avait jamais évolué dans cette position en 37 rencontres disputées avec les Gones cette saison. Face à une faible équipe de Toulouse, l’avant-centre d’un soir a en effet inscrit les deux buts des siens : le premier d’une frappe instinctive sur une passe décisive d’Houssem Aouar, le second sur un penalty provoqué par Tanguy Ndombele. Le tout en vingt minutes top chrono, disséminées dans la deuxième moitié de la première période.

Vidéo

Si le duo Aouar-Ndombele, en plus d’être dans les bons coups offensifs, a su assurer un bon équilibre en l’absence de Nabil Fekir, Depay peut être fier de lui. Et Bruno Génésio aussi. Plus libre que sur l’aile, le Hollandais gagne ainsi encore davantage en imprévisibilité. Outre le fait d'avoir senti les filets qui ont doublement vibré, le pauvre TFC l’a vu dribbler trois fois (seul Bertrand Traoré a fait mieux à Lyon), réussir 81% de ses passes, frapper à six reprises (meilleur total parmi les vingt joueurs de champ alignés) et toucher 73 balles (seuls Ferland Mendy et Aouar font mieux).

Lyon peut encore viser le podium ? Il sait qui remercier


Coïncidence ou pas, les Lyonnais ont réalisé une première période de haute volée, séduisant leurs supporters par de nombreuses combinaisons et une possession de balle aussi fluide que sa circulation. Mais fallait-il vraiment douter de l’ex-Mancunien ? Oui, parce qu’il a déjà déçu à de trop nombreuses reprises quand il était attendu pour que des certitudes entourent ses prestations. Non, car l’ancien du PSV se trouve dans une période optimale et dispose d’un avocat fiable en la personne des statistiques.


Auteur de douze pions en championnat depuis l’été dernier (un bilan qui monte à quinze si on prend en compte les coupes nationales), Depay réalise tout simplement la deuxième meilleure saison de sa carrière (derrière 2014-2015, où il avait planté à 22 reprises avec Eindhoven). Sans oublier ses cinq passes décisives. Signe que s’il agace parfois, Memphis avance quand même. Surtout, ses quatre dernières rencontres toutes compétitions et équipes confondues font miroiter une grosse fin de saison, au cours de laquelle il pourrait gonfler ces chiffres : l’international compte quatre goals sur ce laps de temps (celui vainqueur contre l’Olympique de Marseille qui permet à l'OL de croire encore au podium, l’ouverture du score avec les Pays-Bas contre le Portugal et le doublé de ce soir). Certes, il ne s’agit que d’une forme du moment. Qui peut, par définition, se gripper dès demain. Mais avec ce type d’énergumène, il est impossible de s’arrêter d’espérer. Voilà pourquoi tout le monde réclame encore ses chocolats.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 22

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 29 il y a 7 heures Christian Vieri derrière les platines 23
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Le grand quiz du week-end