Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32es
  3. // Trélissac-Marseille (1-1, 2-4 tab)

Fabrice Faure : « Je pense juste que l'OM n'en sort pas grandi »

La Coupe de France a un goût de rance. Président du Trélissac Football Club battu aux tirs au but par l'Olympique de Marseille hier soir à Limoges, Fabrice Faure revient vingt-quatre heures plus tard sur le braquage de ce début d'année : les 140 000 euros embarqués par les Phocéens dans le bus retour. Au diable les traditions !

Modififié
Comment vous vous sentez au lendemain de ce match ? Vous êtes passés proches de l’exploit, et cela a tendance à être éclipsé par cette polémique de recette.
Oui, bon... Je trouve le communiqué de l’OM un peu déplacé. C’est leur choix, et de toute façon ils sont complètement dans leur droit, puisque la somme leur appartient, c’est le règlement de la Fédération française de football. (Il soupire.)
« Je pense que les clubs professionnels ont suffisamment de moyens au niveau des droits TV pour bien vivre. »
D’habitude, il se veut dans le côté « élégance » et tradition de la Coupe de France que les clubs professionnels laissent leur part de recette. Après, si c’est pas le cas, c’est pas le cas... Je ne veux plus polémiquer. Cet argent, ils ne l’ont pas donné hier, je ne vois pas pourquoi ils le donneraient aujourd’hui, et de toute façon, je n’en ai pas envie. Pour qu'ils sortent par la grande porte, c’était sympathique d’envoyer un petit mot au président Eyraud pour dire : « Vous ne l’avez pas fait hier, faites-le aujourd’hui, en donnant directement au District de la Dordogne. » Ça servirait pour les gamins qui jouent au ballon tous les samedis matin. Je pense que les clubs professionnels ont suffisamment de moyens au niveau des droits TV pour bien vivre.


Sportivement, Trélissac est passé tout près de l’exploit...
Oui, on n'était pas loin de battre l’OM. Mes joueurs sont partagés et moi aussi entre le fait qu’on soit passés à deux doigts d’un exploit et celui qu’on ait prouvé que Trélissac et le football amateur avaient des qualités.

Vous avez quand même marqué le premier but de 2020 à l’OM sur votre première touche de balle, de la fesse.
C’est ça ! (Rires.)


« En prolongation et même en fin de deuxième mi-temps, il y avait la place pour faire quelque chose. »
Après deux défaites 2-0 en 2010 et 2016, on a senti cette fois-ci que Marseille pliait après le rouge de Sakai.
En prolongation et même en fin de deuxième mi-temps, il y avait la place pour faire quelque chose. Malheureusement, ils étaient sûrement mieux préparés que nous à la séance de tirs au but, si j’écoute les commentaires qu’ils ont faits. Mon équipe est sortie de la Coupe de France la tête haute. Les commentaires sont élogieux partout ce matin envers mes joueurs, donc c’est le plus important.

On dit de vous que vous êtes un insatisfait chronique. Les sentiments contradictoires doivent se bousculer dans votre tête, actuellement.
On dit ça de moi ? Quand on reçoit un club pro avec l’histoire et l’aura de l’OM, c’est toujours valorisant pour le club. Moi, j’ai la chance extraordinaire en tant que président de les avoir déjà affrontés trois fois, avec à chaque fois des histoires différentes. Maintenant, il y a le championnat qui continue, où l’on n’est pas bien placés (Trélissac est 14e sur 16 dans son groupe de National 2, N.D.L.R.), donc il faut sortir de cette impasse. Mes joueurs ont prouvé qu’ils étaient capables de faire autre chose en championnat que ce qu’ils ont montré jusqu’à présent.

Vous êtes également patron du centre Leclerc du coin, un homme d’affaires accompli. Vous devez connaître ça, les coups de couteau dans le dos, les affaires sans scrupules.
Oh oui, oui, mais je ne me formalise pas, hein. Je pense juste que l’OM n'en sort pas grandi.


Ils sont partis avec 140 000 euros, soit 10% de votre budget annuel, c’est ça ?
Oui, voilà. Je n’ai pas plus à dire.

Que pensez-vous de leurs explications ? C’est vrai qu’on a été très surpris de voir un stade rempli à 50% de Marseillais...
Oui... On a des contraintes sécuritaires assez draconiennes de la Fédé et des autorités sur l’accueil des supporters de l’OM qui engendrent des frais assez significatifs, et qui sont supportés par le club qui reçoit. Il faut que l’OM le sache. Mais bon, ils ne sont pas stupides.
« Un pétard agricole a aussi pété à un mètre d’un jeune joueur de Trélissac, qui a douze ans, qui a eu un tympan touché. »

Et on a vu une belle rangée de fumigènes de leur part au coup d’envoi...
Un pétard agricole a aussi pété à un mètre d’un jeune joueur de Trélissac, qui a douze ans, qui a eu un tympan touché. On l’a fait suivre par un spécialiste, les nouvelles sont rassurantes. À cet âge-là, il va s’en remettre, mais ce gamin était venu faire la fête, pas pour recevoir un pétard agricole à côté de ses oreilles.



On vous accuse d’avoir pratiqué une politique tarifaire très élevée, mais c’est parce que la location du stade de Limoges coûte une blinde. Toutes les recettes des buvettes leur reviennent, par exemple.

Oui, mais c’est même pas ça ! Regardez les tarifications qui sont pratiquées un peu partout, si vous estimez que des gradins en tribune, de face, à 20 euros, c’est cher... Enfin bon.

Pour une recette totale d’un peu moins de 400 000 euros, si l’on enlève les frais d’organisation, vous vous retrouvez avec 280 000 euros à vous répartir équitablement. Vous auriez accepté que le club ponctionne ses frais de déplacement, soit 65 000 euros selon leurs dires ?
Oui, et c’est ce qu’ils ont fait il y a quatre ans. On avait fait une tarification identique, avec 17 000 personnes au stade Chaban-Delmas à Bordeaux, et le président Labrune avait déduit de sa part les frais logistiques. Il nous avait laissé 30 000 ou 40 000 euros, encore une fois c’est le geste qui compte.
« On a visité des clubs de District, D1, D2, avec trois ou quatre divisions d’écart. Moi, je n’ai jamais pris la recette quand je me déplaçais. »
Et à l’époque Dassier, c’était pareil. Après, le président Eyraud, il assume, hein. C'est apparemment compliqué pour lui parce que les supporters de l’OM n’ont pas trop aimé. Quand on voit en comparaison que le Paris Saint-Germain a laissé sa recette... À mon niveau, quand on a démarré la Coupe de France fin septembre, on a visité des clubs de District, D1, D2, avec trois ou quatre divisions d’écart. On n’est pas sur des sommes comme hier, mais moi je n’ai jamais pris la recette quand je me déplaçais. On prend la recette quand on tombe sur des clubs de niveau équivalent, parce qu’il n’y a pas de raison. Mais d’ailleurs quand vous regardez la feuille de recette de la Coupe de France, vous avez un petit rectangle en bas à droite où le club qui visite a le choix de laisser sa recette en totalité ou en partie.


Et qu’était-il marqué de la feuille d’hier soir ?
Eh bien « 0 » .

Vous avez été accusé par Christophe Fauvel, le président de Bergerac, de ne pas avoir laissé votre recette non plus au 8e tour...
Oui, bon... Bergerac joue dans la même division que moi, ça aurait été mal perçu de ma part de leur laisser la recette, ils auraient pu voir cela comme une provocation hautaine. Cela ne se fait pas dans les clubs de même division qui se reçoivent. Je n’ai pas de réponse à faire là-dessus.


Vous êtes marathonien, record à 3h22, donc pas effrayé par les longs efforts. Cette affaire s’arrête-t-elle aujourd’hui ?
Ah oui, c’est complètement fini, je passe à autre chose. Après, je laisse le président Eyraud faire ce qu’il veut. S’il veut répondre, eh bien tant mieux pour le District de Dordogne. Et s’il ne le veut pas, c’est son choix, et je n’ai pas à le critiquer. Il a juste à l’assumer.

Propos recueillis par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 18:00 L'UEFA modifie sa règle concernant les cartons 21 Hier à 17:17 Les clubs allemands préparent le retour du public dans les stades 10
Hier à 14:45 Frédéric Thiriez devient dirigeant d'un club de futsal 9
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom