Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Bayern-Real Madrid

Bayern-Real, retour à la normale

Dans ce qui est le choc tout désigné de ces demi-finales de Ligue des champions, le Bayern Munich et le Real Madrid se retrouvent un peu plus d’un an après un quart de finale houleux, remporté en prolongation par la troupe de Zinédine Zidane.

Modififié
Après avoir accordé deux buts hors jeu à Cristiano Ronaldo et expulsé sévèrement d’Arturo Vidal en avril dernier, M. Kassai sera certainement le grand absent de la revanche qui se dessine entre le Real Madrid et le Bayern Munich en demi-finale de Ligue des champions. Heureusement pour lui, car les Allemands doivent encore avoir une dent contre lui après cette élimination cruelle. Mais ils devront encore composer avec un Cristiano Ronaldo qui a inscrit déjà neuf buts dans sa carrière face au Rekordmeister (sa deuxième proie favorite juste après la Juve). Et lors de cette fameuse dernière confrontation, le Portugais avait claqué un doublé à l’aller et un triplé au retour. Connaissant sa forme actuelle et ses 21 buts en qualification directe depuis que Zidane est aux manettes, Mats Hummels et Jérôme Boateng devront concentrer toute leur attention sur la star merengue. La clé du match, bien évidemment. Même s’il faudra garder un œil sur les retrouvailles Benzema-Ribéry ou les explications de Robert Lewandowski face à son potentiel futur club, alors qu’il doit avoir encore dans le coin de sa tête son quadruplé avec Dortmund face aux Madrilènes de 2013.

Heynckes-Zidane, conflit de génération


Mais pour le Bayern, la loterie du tirage ne doit pas être vécue comme une fatalité. Car il est le seul grand favori à ne pas avoir tremblé cette saison. Et après avoir écarté sans réel problème le Beşiktaş et Séville, les Bavarois peuvent enfin passer au plat de résistance et prouver qu’il est l’équipe la plus constante depuis l’entrée en fonction de Jupp Heynckes. Depuis le 9 octobre dernier, ils tournent sous l’égide du vieux professeur à un ratio de 2,69 points par match, invaincus en Europe dans cette période. D’ailleurs, après avoir offert une Ligue des champions à chacun de ces deux clubs, le Real en 1998 et le Bayern en 2012, Heynckes a l’occasion d’entrer dans le club très fermé des entraîneurs vainqueurs de trois C1 (avec son prédécesseur Carlo Ancelotti et Bob Paisley) avant de prendre une retraite bien méritée. Sauf que Zinédine Zidane ne convoite rien d’autre. En étant sorti miraculeusement du séisme turinois, le Real Madrid aura à cœur de montrer qu’il a bien pris en note ces secousses et que sa qualif' n'est pas uniquement due au mojo du champion sortant.


Quelle place pour la surprise ?


Mais ces constats supposent que le vainqueur de ce duel a ensuite un boulevard devant lui jusqu’au trophée. Pas complètement faux. Car l’expérience est évidemment de ce côté-ci du tableau, alors que les outsiders de Liverpool et de la Roma s’écharperont de leur côté pour savoir qui aura le droit de se faire croquer par un de ces deux ogres à Kiev. Mais on peut aussi regretter que ce duel d’archi-favoris nous prive de la folie qui a touché les quarts de finale passés et il faudra attendre la finale pour retrouver un exploit. Entre deux équipes qui n’ont plus grand-chose à jouer en championnat, l’un étant déjà champion, l’autre décroché dans la course au titre, tous seront focalisés sur cette confrontation. Et ce bras de fer s’annonce dantesque.




Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 31
Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 56

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 14
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:52 Mediapro ne revendra pas ses droits 40 Hier à 09:23 Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 167 Hier à 08:48 Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 25