S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J16
  • PSG-Strasbourg (2-1)

PSG : Kylian Mbappé et les bonnes paroles

Par Clément Gavard
Partager
21.2k
PSG : Kylian Mbappé et les bonnes paroles

De retour à la compétition avec le PSG, Kylian Mbappé a repris ses bonnes habitudes en libérant le club parisien à la dernière minute contre Strasbourg. Une positive attitude transposée face aux micros, où il a peut-être dévoilé une nouvelle stratégie de communication pour les mois à venir.

De retour à la compétition avec le PSG ce mercredi soir, Kylian Mbappé n’a pas perdu ses bonnes habitudes, surtout pas celle d’enfiler le costume du sauveur du club parisien quand celui-ci semble pris dans un traquenard. Dix jours seulement après avoir été le héros malheureux de la finale de Coupe du monde perdue contre l’Argentine, l’attaquant a fait ce qu’il aime dire et ce qu’il sait faire, c’est-à-dire prendre ses responsabilités. Tout l’inverse de Neymar, expulsé bêtement après avoir reçu deux biscottes en moins de deux minutes à l’heure de jeu, et qui a sans doute manqué le show de son coéquipier dans le temps additionnel de ce match piège. L’international français a mis la pagaille dans la défense strasbourgeoise, avant de forcer la décision et de ramasser les trois points en réussissant son nouvel exercice favori : transformer un penalty. Cette fois, il a pris le dessus sur Matz Sels, un autre gardien plutôt à l’aise dans ce domaine (28% de taux de réussite), confirmant peut-être un nouvel ascendant psychologique après sa performance face à Emiliano Martínez dans le match d’une vie, à la pression autrement plus importante qu’une rencontre de championnat calée entre la dinde et les bulles.

 J’ai essayé d’amener un élan à mon équipe pour revenir avec la victoire et continuer notre saison, dans laquelle on est invaincu. C’était une parenthèse Coupe du monde, le club n’a rien à voir.

À 24 ans et après le mois écoulé à Doha, où il a terminé meilleur buteur du Mondial, Mbappé sait plus que jamais que chaque but, chaque action, chaque performance seront scrutés, en France comme à l’étranger. Il sait aussi – et a toujours su – qu’un joueur de sa stature n’est pas seulement jugé sur le terrain. En ce sens, cette fin d’année 2022 pourrait ressembler à un tournant dans la stratégie de communication du numéro 7 parisien, au moins sur le court terme. Après avoir gardé le silence pendant quasiment toute la compétition avec les Bleus, à l’exception de trois réponses livrées après son doublé contre la Pologne en huitièmes de finale, il s’est présenté en zone mixte dans les dédales du Parc des Princes : «  La Coupe du monde ? Personnellement, je ne vais jamais digérer. Mon club n’est pas responsable de cet échec en sélection, j’essaye de revenir avec l’énergie la plus positive possible. J’ai essayé d’amener un élan à mon équipe pour revenir avec la victoire et continuer notre saison, dans laquelle on est invaincus. C’était une parenthèse Coupe du monde, le club n’a rien à voir. » Une manière de remettre le PSG au premier plan après la parenthèse bleue et d’envoyer un message : à Paris, il est le patron sur le terrain et dans le vestiaire.

Il ne faut pas perdre d’énergie dans des choses aussi futiles, l’important pour moi c’est de donner le meilleur de moi-même pour le club. On va attendre que Leo revienne pour qu’on puisse recommencer à gagner les matchs et marquer des buts.  

Circulez, il n’y a rien à voir

C’est une nouveauté chez l’idole de Bondy, quand on sait que ces derniers temps, chacune de ses sorties médiatiques pouvait faire trembler l’état-major parisien. Il y a bien sûr le souvenir des trophées UNFP de mai 2019 lors desquels avait été prononcé le fameux « il est temps pour moi d’avoir plus de responsabilités », mais aussi la cérémonie de la saison passée durant laquelle Mbappé aimait s’amuser à entretenir le flou sur une prolongation de contrat ou un départ libre au Real Madrid devant les micros. Plus récemment, en septembre, il avait lui-même posé un débat sur la table des émissions de talk-show en expliquant qu’il avait « plus de libertés » en équipe de France qu’au PSG. Tout est calculé et réfléchi depuis toujours chez Mbappé, et ce mercredi soir, il a choisi de mettre en avant son implication totale à Paris (après avoir notamment assumé avoir « bâti (sa) saison sur la Coupe du monde » ) et de désamorcer les potentielles tensions au retour de Lionel Messi dans la capitale. « J’ai discuté avec lui après le match, je l’ai félicité, car c’était la quête d’une vie pour lui. Pour moi aussi, mais moi j’ai échoué, donc il faut toujours rester bon joueur, a-t-il balayé. Les célébrations, ce n’est pas mon problème. Il ne faut pas perdre d’énergie dans des choses aussi futiles, l’important pour moi c’est de donner le meilleur de moi-même pour le club. On va attendre que Leo revienne pour qu’on puisse recommencer à gagner les matchs et marquer des buts. »

Circulez, il n’y a rien à voir ni à fantasmer, Christophe Galtier peut dormir sur ses deux oreilles et se concentrer sur la préparation des prochaines échéances. «  Le message était simple, c’était de montrer que, peu importe ce qui se passe avec la sélection, le PSG est autre chose, et je suis toujours déterminé à ramener tous les trophées dans la capitale, a insisté Mbappé au sujet de sa présence au Camp des Loges 48 heures seulement après la finale perdue. On a parlé avec le staff avant la finale et j’avais dit que je reviendrais, quel que soit le résultat, parce que je me sentais bien, je voulais continuer à jouer, je ne voulais pas aller en vacances tout de suite. » Une volonté pour le Soulier d’or de l’année en cours d’assumer son leadership à tous les niveaux dans une équipe où se trouvent pourtant Messi et le Ney. Face à Strasbourg, le Parc des Princes a définitivement adoubé l’idole Mbappé, qui a désormais sa chanson et qui est venu fêter la victoire devant le virage Auteuil, ce que ne font quasiment jamais les deux autres membres du trio offensif parisien. L’homme de 24 ans a gagné des cœurs et du respect, mais derrière les beaux discours et cette positive attitude demeure une ambition évidente : celle de remporter la Ligue des champions, dès cette saison, avec un club qui ne l’a jamais soulevée. L’horloge tourne pour celui qui chasse le temps et les records : Cristiano Ronaldo et Neymar avaient 23 ans quand ils ont gagné leur première C1, Messi en avait 18. Et voilà le terrain qui reprend le dessus, comme toujours.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Clément Gavard

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

03
Live : Lyon-Lens (0-2)
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Kylian Mbappé

Logo de l'équipe Monaco
07 Kylian MBAPPE (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Monaco and Paris Saint Germain at Stade Louis II on March 1, 2024 in Monaco, Monaco. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
07 Kylian MBAPPE (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Monaco and Paris Saint Germain at Stade Louis II on March 1, 2024 in Monaco, Monaco. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
Le PSG encore ralenti à Monaco

Le PSG encore ralenti à Monaco

Le PSG encore ralenti à Monaco