S’abonner au mag
  • C3
  • Quarts
  • OM-Benfica (1-0, 4-2 TAB)

L’OM se débarrasse de Benfica aux tirs au but

Par Quentin Ballue, au Vélodrome

Dominateur mais longtemps inefficace, l’OM a fini par avoir la peau de Benfica aux tirs au but (1-0, 4-2 TAB). Le rêve d’une nouvelle épopée, six ans après la finale perdue à Lyon, reste intact.

L’OM se débarrasse de Benfica aux tirs au but

OM 1-0 (4-2 TAB) Benfica

But : Moumbagna (79e)

En 1990, la main de Vata. En 2010, la faute imaginaire d’Édouard Cissé, donnant au SLB le coup franc de la gagne. Et en 2024, la revanche, enfin. Porté par le Vélodrome, l’OM a laissé les mauvais souvenirs derrière lui en éliminant Benfica en quarts de finale de la Ligue Europa. Nettement dominateurs, les Phocéens ont effacé le petit but de retard pris à l’Estádio da Luz grâce à Faris Moumbagna, sorti du banc pour délivrer le peuple marseillais. L’OM aurait longtemps pu regretter les nombreuses occasions ratées, mais la séance de tirs au but a basculé du bon côté, pour une fois. Deux ans après sa demi-finale de Ligue Europa Conférence, et six ans après son épopée en Ligue Europa, l’OM retrouve le dernier carré d’une compétition européenne.

Aubam masqué

Si Jean-Louis Gasset avait demandé à ses troupes « une entame “waouah”, comme contre Villarreal », les Olympiens n’ont pas fait de folies. Le Vél’ a même retenu son souffle lorsque Fredrik Aursnes s’est échappé dans le dos d’Amine Harit pour offrir une occasion de frappe à Rafa Silva, contré (4e). Bien servi par Azzedine Ounahi, Iliman Ndiaye a répondu en laissant Antonio Silva les fesses dans l’herbe et en armant du pied gauche, obligeant Anatoliy Trubin à la première parade du match, au sol (9e). L’OM a progressivement accru la pression sur la surface lisboète, mais Chancel Mbemba, à la réception du coup franc de Jordan Veretout, a mal ajusté sa tête (16e).

Pierre-Emerick Aubameyang a lui aussi pris sa chance, d’une demi-volée aux 16 mètres, sans conclure, puisque sa tentative a simplement flirté avec la lucarne (24e). Décalé par Veretout, « Monsieur Ligue Europa » est retourné au charbon, cette fois pied gauche, mais son tir a fui le cadre (44e). De rares munitions dans un premier acte où l’OM, à l’initiative, s’est montré volontaire, mais pas suffisamment tranchant dans les 25 derniers mètres pour être vraiment menaçant (un seul tir cadré).

La Pau dure

Les Marseillais n’auraient pas dit non à un petit coup de main pour faire sauter le verrou en deuxième période, mais l’arbitre n’a pas cédé à la pression du public quand le cuir est allé à la rencontre de la mimine de David Neres (47e). Dans la lignée du premier acte, le pétard de Geoffrey Kondogbia, qui a hérité d’un ballon qui traînait à l’entrée de la surface, a filé au-dessus de la cage (57e). Trubin a ensuite repoussé la frappe d’Amine Harit aux 16 mètres (60e), avant que Leonardo Balerdi, tout seul dans la surface, ne rate son coup de boule (61e). Le gardien ukrainien a offert une autre opportunité aux Marseillais en laissant échapper le ballon de ses mains, mais s’est immédiatement rattrapé en déviant la frappe de Veretout au ras de son montant (66e).

En plein temps fort, Kondogbia, libre de tout marquage, a gaspillé une occasion en or en frappant au centre de la cage (69e). De l’autre côté de la pelouse, Pau López, très peu sollicité jusque-là, a évité le pire en sortant une double parade déterminante face à Rafa et Di María (74e). Pas pour rien, puisque l’inévitable Aubameyang a ensuite distillé un centre aux petits oignons pour Faris Moumbagna, qui est passé devant Aursnes pour ouvrir le score de la tête (1-0, 79e). L’étreinte olympienne s’est quelque peu desserrée en prolongation. Di María, cible de projectiles un peu plus tôt, a bien failli climatiser le Vél’, mais López a détourné sa tête (98e). Aubameyang, lui, a manqué d’un chouïa de précision sur son lob, venu lécher le montant (101e). La décision a donc dû se faire aux tirs au but. Dans un vacarme assourdissant, Di María a lancé la séance en frappant sur le poteau. Pau López s’est opposé à Antonio Silva. Et les frappeurs marseillais ont fini le travail. L’OM retrouvera son Vélodrome dans deux semaines pour accueillir l’Atalanta, tombeur de Liverpool. Avec des rêves plein la tête.


Olympique de Marseille (4-5-1) : López – Mbemba (Murillo, 46e), Gigot (Daou, 100e), Balerdi, Soglo (Moumbagna,  59e) – Ndiaye (Correa, 75e), Veretout, Kondogbia, Harit (Lafont, 110e), Ounahi (Henrique, 59e) – Aubameyang. Entraîneur : Jean-Louis Gasset.

Benfica (4-2-3-1) : Trubin – Bah, A. Silva, Otamendi, Aursnes – J. Neves, Florentino – Di María, Rafa Silva (Cabral, 102e), Neres (Mario, 61e) – Tengstedt (Kökçu, 61e). Entraîneur : Roger Schmidt.

Par Quentin Ballue, au Vélodrome

Articles en tendances

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus OM

Benfica

Actus P. Aubameyang

Actus F. Pemi Moumbagna

11
Revivez OM-Atalanta (1-1)
Revivez OM-Atalanta (1-1)

Revivez OM-Atalanta (1-1)

Revivez OM-Atalanta (1-1)
21
Revivez OM-Lens (2-1)
Revivez OM-Lens (2-1)

Revivez OM-Lens (2-1)

Revivez OM-Lens (2-1)