Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Affaire PSG-Étoile rouge

Une sombre histoire de Paris

L’Équipe a lâché une énorme bombe vendredi dernier en affirmant qu'un dirigeant de l'Étoile rouge de Belgrade aurait parié sur la défaite de son équipe face au PSG en Ligue des champions, par exactement cinq buts d'écart. Un fait sensible qui correspond bien au score final de la rencontre (6-1) du 3 octobre dernier au Parc des Princes, mais qui reste difficilement crédible en attendant de pouvoir le prouver.

Modififié
Encore transpirant dans les couloirs du stade Śląski après la victoire de sa Nazionale, Marco Verratti n'élude aucune question. Même pas celle de l’envoyé spécial de La Chaîne L’Équipe, qui ne résiste pas à l'interroger sur le match PSG-Étoile rouge actuellement dans l’œil du cyclone. « Que c’était un match truqué ? » , lui redemande poliment Verratti. « Non, pas du tout. Ce sont des choses que l’on n'a pas senties. Les choses dont parle le journal (L’Équipe, N.D.L.R.), il n’y a rien de vrai. On a joué au football et on a réalisé un grand match. Ce n'est pas la première fois que l'on gagne avec cinq buts d'écart. Ce sont des problèmes qui ne nous intéressent pas. » Les enquêteurs et les magistrats du Parquet national financier (PNF), si. Selon L’Équipe, un informateur jugé crédible par l'UEFA aurait prévenu l'institution – le président Aleksander Čeferin et son entourage proche étant les seuls au courant – qu’un dirigeant du club serbe allait parier plusieurs millions d’euros sur le fait que son équipe allait s’incliner par cinq buts d’écart au Parc. Bingo. Le jour J, le PSG s’impose avec l’écart prévu (6-1), alimentant un peu plus le fantasme ou la réalité d'une irrégularité dangereuse. Suffisant pour mettre à la vue de tous l’éventuelle fraude d’un niveau jamais atteint à ce stade ? Non, évidemment, même si l'enquête suit toujours son cours.

Suppositions en pagaille


Sur deux de ses trois dernières affirmations, il est d'ailleurs impossible de contredire Marco Verratti. Face à l’Étoile rouge, le PSG a effectivement réalisé un très bon match : vingt-sept tirs, dix cadrés dont six buts, 74% de possession de balle en moyenne, treize corners et seulement deux tentatives concédées. Des statistiques impressionnantes pour un score qui l’est tout autant (6-1), mais qui n’est pas forcément rare à ce stade de la compétition. Gagner par cinq buts d’écart n’est pas une première pour Paris en phase de poules depuis quelques années : Anderlecht en 2013 et 2017 (0-5 ; 5-0) tout comme le Celtic de Brendan Rodgers l’an passé (0-5 ; 7-1) ne diront pas le contraire.


Un constat que l’attaquant de l’Étoile rouge El Fardou Ben Mohamed livrait lui aussi après la rencontre en question : « Je m’attendais à une soirée difficile, mais pas à ce point... Le Paris SG était beaucoup trop fort pour nous. On a vu la différence qui nous séparait d’une des meilleures équipes du monde. (...) On a fait une seconde période moins mauvaise, puisque nous avons marqué un but. Mais ce n’était pas assez. Prendre six buts en Ligue des champions, ça fait mal. » Car sur le terrain comme en dehors, il est difficile d'apporter des éléments concrets qui pourraient donner un peu plus d'épaisseur aux faits que relatent le quotidien sportif. Au niveau des paris, ni l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) ou le Global Lottery Monitoring System (GLMS) au niveau européen « n'ont enregistré de paris atypiques sur ce match  » . Le dirigeant mis en cause qui aurait parié de sa poche près « de trois millions d'euros » se serait même permis, selon la mystérieuse source, de récupérer ses gains ou une partie « dans un lieu branché du centre de Paris » après la rencontre, tout en échappant alors aux enquêteurs. Un pro de la dissimulation, dans le meilleur des cas.

Une simple diversion ?


Si cette affaire ne fait pas forcément une bonne pub pour les joueurs de Belgrade, certains titulaires seraient même considérés comme étant dans la combine, elle fait aussi très mal pour les deux clubs. À commencer par l'Étoile rouge qui, vingt-sept ans après sa victoire en finale de la compétition face à l’OM qui aurait pu être gâchée par ce type de problème, prend quoi qu'il arrive une claque en pleine face. Car si la lumière n'est pas rapidement faite, comme cela ne sera jamais le cas à l'image de l'opposition non moins polémique de 2011 entre le Dinamo Zagreb et l'OL (1-7), elle gardera sur elle une marque indélébile de ces accusations. Afin de « défendre les intérêts du club et sa réputation » , elle a même dépêché l'un de ses dirigeants depuis lundi en France. Même constat pour Paris, ciblé à travers le rôle que son président Nasser Al-Khelaïfi aurait pu jouer. Quelques jours avant la rencontre, un rendez-vous aurait dû avoir lieu entre le dirigeant serbe véreux et NAK dans un hôtel cinq étoiles selon l’enquête, qui «  a été investi pour une opération digne d'un film d'espionnage » . Un micro-épisode, puisque le rendez-vous « n'a jamais eu lieu » .


Un mirage même pour l'ancien président du Partizan Ivan Ćurković, pour qui l'informateur ne chercherait simplement qu'à détourner l’attention de l'UEFA : « Ces derniers jours, on parle beaucoup en Serbie de l’affaire des agents dans le football belge (où un certain Belgo-Serbe Dejan Veljković est dans l’œil du cyclone, N.D.L.R). Et j’ai comme la sensation que cette affaire de match truqué vient un peu étouffer celle des agents frauduleux dans le football belge dont certaines personnes voudraient qu’on parle moins. » Il n'est donc pas sûr que la vérité éclate un jour, et pas forcément surprenant que cette suspicion de paris truqués ne soit, en réalité, qu'un simple écran de fumée.

Par Andrea Chazy Propos de IC recueillis par Le Parisien
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 82

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70