Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. A
  3. // France-Suisse (0-0)

Quand la Suisse se fait le maillot

Lors du France-Suisse, au stade Pierre-Mauroy de Lille, les joueurs helvètes ont trouvé pire bourreau que Paul Pogba et ses scuds téléguidés : leurs propres maillots Puma dont la solidité a été mise à rude épreuve. Cette affaire, qui fait tâche pour la marque germanique, n'a pas mis longtemps à être résolue. Retour sur le pourquoi du comment de cet effeuillage généralisé.

Modififié
Ce lundi matin chez Puma, il fallait s'armer de beaucoup de patience, d'un peu de diplomatie et d'une bonne dose de second degré au moment de répondre aux nombreux coups de fil consécutifs aux mystérieuses déchirures des maillots de la « Nati » contre la France, lors du dernier match du groupe A. « Laissez-moi deviner, vous nous appelez pour nous parler des maillots de la sélection suisse, c'est ça ? » rigole un employé de la marque joint par So Foot. « On a reçu beaucoup d'appels depuis cette affaire. J'ai même eu droit à des messages de personnes qui nous disaient : "Puma, ça déchire !" » Il faut dire qu'au-delà du résultat nul (0-0) entre la France et la Suisse, dimanche soir au stade Pierre-Mauroy de Lille, il était difficile de ne pas s'interroger sur la solidité des maillots helvètes. En effet, ce ne sont pas moins de cinq exemplaires (Xhaka par deux fois, Embolo, Mehmedi et Džemaili) qui se sont lamentablement déchirés lors d'un match qui n'avait pourtant rien d'un sanguinaire combat de gladiateurs. Du côté de la sélection suisse, qualifiée pour les huitièmes de finale après avoir décroché la deuxième place de son groupe, on préfère aussi en rire. « Cela veut dire que ce fut un véritable combat ce dimanche soir et qu'il y a eu beaucoup de duels, ironisait Yann Sommer, le portier de la Nati, face à la presse après le match. Ça peut arriver qu’un maillot puisse finir dans cet état. Bon, c’est vrai que là, il y en a eu beaucoup ! »

« Les fibres d’un lot de maillots ont été endommagées lors du processus de production »


Malgré les sourires de façade, Puma a pris l'affaire très au sérieux et après avoir expliqué que les cinq sélections qu'elle équipait (Suisse, Italie, Autriche, Slovaquie et Tchéquie) n'avaient jusque-là pas été confrontées à un tel problème durant les dix matchs disputés depuis le début de l'Euro, la marque a immédiatement lancé une enquête pour « étudier le tissu des maillots » . Car si cette affaire a beaucoup fait marrer les fans de foot sur les réseaux sociaux, il n'en reste pas moins que cela ne fait pas très sérieux pour le sponsor d'Olivier Giroud ou d'Antoine Griezmann. Or une compétition comme l'Euro 2016 ne met pas uniquement aux prises les sélections nationales européennes, c'est aussi un lieu d'affrontement entre équipementiers sportifs. Sur un autre terrain, celui du marketing-roi, les différentes marques se livrent une bataille féroce et un couac comme celui qu'a connu Puma dimanche soir n'est pas de nature à glorifier son image auprès des clients, qu'ils soient simples supporters, équipes de clubs ou sélections nationales.


Avant d'en venir au cœur du sujet, le service de communication de la marque allemande a commencé par assurer que toutes les équipes estampillées par la griffe du cougar portaient des maillots dotés de la même « technologie ACTV Thermo-R (qui permet aux joueurs de maintenir une température corporelle optimale, ndlr). Toutes les fédérations ont confirmé qu'elles n'avaient jamais eu aucun problème de la sorte et qu'elles étaient très satisfaites de la qualité, de la fonctionnalité et du design de leurs maillots. » Dimanche soir donc, les Suisses ont été l'exception qui confirmait la règle. Après une minutieuse enquête interne, les Experts Germany, qui n'ont pas traîné pour résoudre la fameuse affaire des « maillots-lambeaux » , viennent de dégainer leurs conclusions : « Notre analyse montre que les fibres d’un lot de maillots ont été endommagées lors du processus de production, ce qui a conduit à une fragilisation du produit final. Cela peut se produire lorsque la combinaison de la chaleur, de la pression et du temps n’est pas correctement contrôlée au cours du processus de fabrication. La technologie ACTV utilisée dans les maillots est composée d’élasthanne et d’un mélange de polyester. Le matériel défectueux n’a été utilisé que dans un nombre limité de maillots domiciles suisses. »

La vanne de Xherdan Shaqiri


Voilà qui expliquerait que le tirage de maillot de Bacary Sagna sur Blerim Džemaili, en pleine surface de réparation française, en toute fin de rencontre, soit passé inaperçu. Ou quand la chance accompagne les Bleus jusque dans les moindres petites fibres des maillots adverses. Quoi qu'il en soit, afin d'être certain que le prochain match d'une sélection équipée de cette marque ne se transforme pas de nouveau en spectacle de gogo-danseurs à ciel ouvert, les équipes-produits ont pris le temps de vérifier les stocks complets des cinq sélections. La main sur le cœur, celles-ci déclarent « garantir qu’un tel incident ne se reproduira pas. C´est (…) bien regrettable, et Puma s'en excuse auprès de la Fédération suisse et de ses joueurs » . Ces excuses devraient être facilement acceptées par les hommes de Vladimir Petković si l'on en croit l'humoriste Xherdan Shaqiri, sorte de Franck Ribéry goût gruyère, qui balançait, hilare, au média helvète Blick : « J'espère que Puma ne fabrique pas des préservatifs ! » Ce n'est pas dans ses plans a priori.



Par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Une amende de 2250 euros pour Lampard 8 il y a 9 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 10 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 il y a 10 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28
À lire ensuite
La vie de Zak