Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 47 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // J3
  3. // France-Allemagne (2-1)

Neuer, ramenez-le tous à la maison !

Si Manuel Neuer est parvenu à préserver l'espoir dans cette rencontre, le colosse allemand aura fini par craquer dans la dernière demi-heure, rappelant au passage qu'il avait perdu son pouvoir de susciter l'effroi.

Modififié
L'heure est grave pour l'Allemagne. Accusé d'une faute peu évidente dans sa surface, Mats Hummels laisse l'opportunité à la France de passer devant au tableau d'affichage et de se mettre dans une position plus que confortable en vue du Final Four de cette Ligue des nations. Dans ce penalty à venir, le duel va opposer Antoine Griezmann à Manuel Neuer. Comme d'habitude, le portier de la Mannschaft vient agripper sa barre transversale pour donner un peu de pression à Grizou. Mais dans l'histoire, seules deux années séparent 2018 de 2016. Et en 2016, le buteur de l'Atlético de Madrid s'était déjà fendu d'un doublé pour qualifier les Bleus pour la finale de son Euro. Après une tête croisée imparable, voilà Griezmann prêt à marcher de nouveau sur Neuer. Résultat ? Contre-pied impeccable, et Neuer se retrouve dans un brouillard au moins aussi épais que celui de son sélectionneur national.

Le grand devenu petit


Au cours de sa riche histoire personnelle, Neuer s'est construit sous le sceau de la force. 193 centimètres de long, 90 kilos de large et une carrure qui laisserait même réfléchir Khabib Nurmagomedov avant de se lancer à corps perdu sur le bonhomme. Montagne à Schalke 04 pour emmener son équipe en demi-finale de C1 2010-2011, l'Allemand devient une véritable machine au Bayern Munich et avec l'Allemagne, pour soulever la coupe aux grandes oreilles en 2013, mettre un stop monumental à Karim Benzema, rigoler devant le fiasco auriverde et laisser le rêve de Lionel Messi aux oubliettes pour devenir champion du monde au Brésil. Une longévité dans la performance qui l'autorise même à s'installer sur la troisième marche du podium du Ballon d'or 2015, en bon cyborg calé derrière deux extra-terrestres. Neuer, c'était l'Oliver Kahn 2.0, l'homme prêt à tout broyer sur son passage. Mais voilà, Neuer, c'est avant tout le passé.



À Saint-Denis, Neuer s'est mis, comme toute l'Allemagne, à renouer avec son récent et douloureux passé français. Souhaitant cacher ses cicatrices acquises au Vélodrome, le gardien s'est d'abord offert une première période calme, sans réelle intervention concrète. Le hic, c'est que le gardien-libéro adepte des montées de balle avait face à lui une horde de champions du monde qui ne reculent pas devant l'adversité. D'abord costaud pour surmonter le vent de révolte incarné par la jeunesse de Kylian Mbappé, Neuer a vite déchanté devant autant de vitesse et de précision. Incapable d'offrir une parade XXL comme lors de ses grandes heures sur la puissante tête de Griezmann, le capitaine s'est progressivement senti abandonné par sa défense, mais surtout par ses capacités à incarner la crainte. Et cela commence à dater.

Le fantôme russe


Balayé par Hirving Lozano, mis au supplice devant la justesse d'Ola Toivonen ou encore incapable d'enrayer l'armée sud-coréenne : voilà comment résumer au tableau noir la pâle copie rendue par Neuer durant le dernier Mondial. Un Mondial qui, soit dit en passant, s'est offert à lui uniquement grâce à ses exploits passés sous la direction de... Joachim Löw, lui aussi champion du monde en 2014. Dure, mais implacable, la réalité saute aux yeux et elle ne surprend, elle non plus, plus personne. Neuer a davantage passé la saison 2017-2018 avec un kinésithérapeute qu'en crampons sur un terrain de football, et Marc-André ter Stegen, auteur d'une saison remarquable au Barça, devait avoir des raisons valables d'avoir de la rancœur au moment où la légende Neuer lui a coupé l'herbe sous le pied en Russie. À présent, il possède davantage de raisons valables de succéder à un homme en perdition.

Par Antoine Donnarieix, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 8 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 il y a 9 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 21

Le Kiosque SO PRESS

À lire ensuite
Un Grizou en or massif