Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Juventus-Real Madrid

Lichtsteiner peut-il faire peur au Real ?

Même pas inscrit par Massimiliano Allegri dans la liste des joueurs qualifiés pour disputer la première phase de Ligue des champions, Stephan Lichtsteiner a pourtant réalisé un retour assez surprenant sur la scène européenne. Assez pour prétendre à une place de titulaire ce mardi soir en quarts de finale. De là à effrayer le Real Madrid et gêner Cristiano Ronaldo ?

Modififié

Le saviez-vous ? Depuis 2012-2013, saison de son arrivée à la Juventus en provenance de la Lazio, Stephan Lichtsteiner n’a jamais passé une année sans jouer une Coupe d'Europe. Et a toujours été titularisé au moins une fois lors de chaque campagne de Ligue des champions ou de Ligue Europa disputée par son club. Alors, quand il s’est penché sur ses statistiques cet hiver, le Suisse a bien compris qu’il y avait un souci. Massimiliano Allegri n’ayant pas cru bon de l’inscrire dans la liste des joueurs qualifiés pour la première phase de C1 en raison de performances jugées déclinantes par l’entraîneur, le latéral n’avait en effet pas eu l’occasion de participer à la compétition. Une décision qui avait fait enrager certains tifosi, dépités de voir Sturaro devoir gambader dans le couloir lorsque le promis au poste De Sciglio s’est blessé. Fatigué, le bonhomme ? Peut-être. Mais vraiment fini, le papy de 34 ans ?

Une première du tonnerre


Sa première (et, pour le moment, unique) apparition en LDC a finalement prouvé que non. Régulièrement utilisé sur le plan national (17 titularisations en Serie A, deux en coupe), Lichtsteiner a été réintégré dans le groupe pour la phase finale de la Ligue des champions par son coach italien. Bonne idée : entré en cours de jeu à la place de Medhi Benatia lors du huitième de finale retour face à Tottenham alors que les Anglais menaient 1-0 (2-2 à l’aller) et que Turin était donc virtuellement éliminé, l’ancien Lillois a tout simplement fait basculer le duel.


Comment ? En adressant un centre parfait pour l’égalisation de Gonzalo Higuaín trois minutes après le remplacement inspiré d’Allegri, relançant totalement une Juve qui n’était pas au mieux. La suite, c’est un pion décisif de Paulo Dybala quelques secondes plus tard, et une Vieille Dame invitée à continuer son chemin en quarts. « Lichtsteiner a été très bon. Son assist a beaucoup compté ce soir » , ne s’est pas trompé le technicien italien en conférence de presse.

Vidéo

D’où l’interrogation : parfois relégué au second plan par De Sciglio – qui menace de nouveau puisqu'il en a visiblement terminé avec ses pépins physiques apparus en septembre –, voire par Andrea Barzagli ou Sturaro – cependant derrière hiérarchiquement cette saison au poste de latéral –, Lichtsteiner peut-il espérer une place dans le onze face au Real Madrid et sa monstrueuse puissance offensive ? À moins de s’immiscer dans le cerveau de Massimiliano, difficile de trancher. « Lichtsteiner est un grand professionnel, il a beaucoup joué en championnat et c’est un joueur très fiable. Maintenant je l’ai remis dans la liste pour la LDC et je suis content pour lui » , a donné comme seul indice le tacticien en février.


D’un côté, la présence de Barzagli offre, sur le papier en tout cas, davantage de garantie défensive. Surtout si une défense à trois est alignée (tout en sachant que ce schéma laisse la possibilité à Lichtsteiner de monter d’un cran, comme contre Milan samedi), comme c’est souvent le cas quand Andrea est là (il n’a joué sur le flanc droit qu’à quatre reprises cette saison, et sans convaincre). De l’autre, l'Helvète a montré en l’espace de vingt minutes contre les Spurs tout ce qu’il pouvait apporter. La troisième option, qui s’appelle De Sciglio donc, reste cependant la plus probable, lui qui n’a pas démarré ce week-end contre Milan, mais qui demeure le préféré du chef.

CR7 ? Même pas peur


Mais puisqu'il en est question, imaginons le revenant comme choix numéro un face aux Madrilènes. Cristiano Ronaldo, meilleur buteur de l’épreuve (douze buts en huit rencontres) et en chaleur en ce moment, en ferait-il sa chose ? Pas forcément. Tout simplement parce que le Portugais ne se trouvera sans doute pas spécifiquement dans sa zone : cette saison, encore plus que la précédente, CR7 fait son taf en position d’avant-centre. Séduit par son système à deux devant (qui a parfaitement fonctionné en huitièmes de finale retour contre le Paris Saint-Germain), Zinédine Zidane l’a ainsi placé à 26 reprises toutes compétitions confondues dans la peau d’un avant-centre (pour 27 caramels et quatre passes décisives) contre neuf en tant qu’ailier gauche (pour dix goals et trois assists). En revanche, le double Z sait pertinemment qu’il faudra faire attention au Stephan localisé dans un couloir où Marcelo évolue très haut (ce qui devrait le pousser à dégainer son 4-4-2 qui bloque plus efficacement les côtés). Que l’arrière droit joue dès la première minute ou entre en cours de match, d’ailleurs.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 2 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
il y a 7 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions