Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Économie

La régulation du football, ce serpent de mer

Réguler le football. Cette idée est régulièrement ressortie des placards dès que les transferts explosent. Seulement, le fameux krach de la bulle spéculative du ballon rond n'est toujours pas survenu, malgré les Cassandre. Alors quels peuvent être la raison et les moyens d'assumer cette fameuse régulation qu'apparemment, ni les clubs ni les puissances régaliennes ne semblent pressés d'installer, sans parler de la FIFA ou de l'UEFA ?

Modififié
Nous venons de fêter un an d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Le président de la République s'est pour l'instant peu penché sur la planète foot, trop focalisé sur les Jeux olympiques de 2024. Les rares décisions de son gouvernement qui peuvent l'affecter concernent surtout le monde amateur, avec par exemple la suppression progressive des emplois aidés (et en attendant de voir comment sera appliqué le volet sport du plan Borloo sur les banlieues). De petites avancées sont en cours, par exemple du côté des supporters (un dossier pas si négligeable quand on apprend par exemple que la fréquentation des enceintes de la L2 a perdu 12 %) ou encore dans la lutte contre l'homophobie ou le sexisme, mais cela demeure pour le moins timide et friable, d'autant plus que la refonte de la gouvernance du sport qui s'annonce va encore un peu plus rogner sur les petites compétences du ministère de Laura Flessel en faveur d'un CNOSF pour qui, en grande partie, le foot relève des affaires étrangères. Nous arrivons surtout, conjoncturellement, dans une phase un peu sensible. Les négociations pour les droits TV débutent dans un contexte économique tendu pour des clubs tricolores en grande dépendance vis-à-vis de cette source de revenus. En outre, le PSG attend avec fébrilité les décisions au sujet du fair-play financier, et pas besoin d'avoir fait médecine pour savoir que quand Paris s'enrhume, c'est toute la Ligue 1 qui tousse.

L'État pour principal levier

Pourtant, malgré tout, l'État s'avère encore le principal levier pour changer un peu la donne, ou du moins l'espérer. « Bien sûr, la régulation doit passer, directement ou indirectement par les États, confirme l'économiste Pierre Rondeau. Les grandes constructions et évolutions ont toujours été le fruit d’une intervention d'un État ou d'une institution européenne comme l’arrêt Bosman, décision de la Cour européenne de justice. Même le fair-play financier, bien qu’émanant de l’UEFA, résulte d'une demande de la commission européenne, après 2008 et la crise des subprimes. Donc pour avancer, le sport a besoin des États, a besoin de l’action et de l’intervention publiques. »


La situation du football demanderait donc sûrement une plus grande prise en compte de la part de l'État, et de l'Europe, ce qui devrait interpeller aussi le fervent défenseur de l'UE que prétend être notre leader jupitérien. Il y a surtout un grand nombre de sujets dans l'ombre qui restent toujours non traités et qui pourtant nécessiteraient d'être abordés : les « travailleurs » du football restent toujours dans une éternelle précarité, dans leur immense majorité bien loin des caprices à six zéros d'un Neymar, le suivi des jeunes laissés pour compte des centres de formation demeure insuffisant, sans oublier la problématique de la gestion des stades ou encore les formes de solidarité entre les pros et les amateurs, de plus en plus étranglés par la baisse des subventions publiques et les difficultés des collectivités.

Petites mesures et grande indifférence

Le député UDI Michel Zumkeller avait soumis une proposition de taxe, rejoint par François Ruffin, en ce sens, en vain. Preuve que même les petites mesures de bon sens qui ne coûtent pas grand-chose se heurtent à l'indifférence, voire à un front du refus fort souterrain et cependant très majoritaire. « Il faut bien comprendre, nuance Pierre Rondeau, que la régulation n’est pas une attaque faite au football existant. Ce n’est pas un discours teinté d’idéologie anti-capitaliste pour critiquer les "milliardaires en short". Au contraire, c’est un moyen de défendre et de protéger notre football, notre sport chéri. Au contraire même, la régulation réduit l’incertitude et renforce l’équilibre, elle attire les investisseurs et maintient l’équité sportive. »


Ce qui impressionne en fait surtout, c'est l'immensité du chantier de la régulation, surtout au regard du nombre d'acteurs, aussi bien institutionnels qu'associatifs concernés. Et soyons clairs, il s'agit évidemment de réforme, pas de révolution. Le capitalisme sportif peut dormir tranquille. «  Il s'agit de favoriser la pérennisation et la solvabilité économique des modèles footballistiques, lutter contre l’augmentation de la dette et du déficit, réduire les écarts économiques et sportifs, renforcer l’équité sportive et l’intensité compétitive, augmenter le suspense et l’enjeu, insuffler une "randomisation du champion", soutenir les acteurs, réduire les déséquilibres sociaux, la précarité et l’incertitude, améliorer la solidarité et l’entraide  » , continue Pierre Rondeau.

La menace d'une super ligue

De facto, l'une des principales pierres d'achoppement est que les diverses formes de régulation établies par le passé ont souvent eu des effets pervers, en tout cas davantage pesé sur les « faibles » que sur les « forts » . La DNCG a une longue liste de victimes qui ne se situent pas franchement dans le « big five » hexagonal, demandez du côté de Luzenac. Le fair-play financier a surtout permis de fossiliser des positions dominantes sur le Vieux Continent, pendant que la Premier League continuait tranquillement son processus de « NBAisation » . Alors existe-t-il un cercle vertueux de la régulation, même à la sauce keynésienne ?



« Les outils existent, défend Pierre Rondeau, comme un salary-cap européen, une taxe sur le luxe, un mercato harmonisé, un retour à des quotas de formation, une contribution Coubertobin, etc. Certes, certains acteurs alertent sur un risque d’une trop grande régulation, avec la menace de la création d’une super ligue européenne. Le discours répété est "si vous en faites trop, si vous nous contraignez trop, nous allons partir et créer notre compétition privée". Mais à plus ou moins long terme, comment feront les grands clubs sans législation, sans l’aide à la formation, sans une politique de redistribution, sans aucun intérêt sportif, sans le soutien des supporters et des spectateurs, sans aucune solidarité entre les acteurs ? » En gros, sauvons le foot pro malgré lui...


De fait, le problème se révèle bien plus large dans un environnement politique guère favorable. La sacralisation du privé conduit de plus en plus à réduire la marge d'intervention de la puissance régalienne. La difficulté à instaurer un vrai contrôle du travail des agents au niveau d'un marché mondialisé illustre aussi les faiblesses de nos lois domestiques devant la mobilité de ces « commerçants » d'un nouveau genre. Les entreprises du foot entretiennent l'illusion qu'elles ne doivent rien à personne, tout en exigeant de plus en plus un statut « hors sol » , par exemple en matière fiscale ou, pour le cas français, de jolis stades clés en main. Et pourtant, « prenons l’exemple d’un stade de foot, conclut Pierre Rondeau. D’aucuns disent qu’il faut privatiser et laisser faire les acteurs privés, les clubs, à construire leur enceinte. Soit, mais qui va s’occuper des routes, des aménagements urbains, des transports, des services publics de proximité pour faire venir les supporters dans le stade, pour créer de la vie autour de l’enceinte ? Le privé ne peut pas vivre sans le public.  » Aulas, on va tout réguler chez toi...

Par Nicolas Kssis-Martov Lire : Pierre Rondeau & Richard Bouigue Le foot va-t-il exploser ? Pour une régulation économique du football (éditions de l'Aube / Fondation Jean Jaurès)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur