Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Russie-Turquie

Alors, comment va la Russie ?

Aucune victoire en 2018, un sélectionneur condamné au bricolage, des blessures à gogo : à neuf jours du match d’ouverture de sa Coupe du monde face à l’Arabie saoudite, la Russie brille par ses incertitudes.

Modififié
« Un psychologue ? Mais pour quoi faire ? Quand je jouais au foot, il n’y en avait pas. » Stanislav Cherchesov, heureux propriétaire d’une moustache abat-jour et d’une sélection qui s’apprête à accueillir le monde entier sur son palier, n’est pas là pour plaisanter. Il n’en a, au fond, pas le temps : le 14 juin prochain, la Russie ouvrira la porte de sa Coupe du monde face à l’Arabie saoudite, à Moscou, et c’est un sale tic-tac qui accompagne les nuits du premier entraîneur du pays. La raison ? Tout semble tomber sur la tête de son groupe : les mauvais résultats (trois défaites en trois matchs en 2018, aucun succès depuis l’automne), les blessures qui s’empilent depuis plusieurs mois (Vasin, Dzhikiya, Kokorin) et voilà Cherchesov condamné à ouvrir le parapluie en rappelant que son « job est d’arrêter les pleurnicheries sur les pertes et de bien préparer la Coupe du monde malgré tout » . Comment trouver du positif dans cette histoire ? Pas simple.

Dix joueurs testés dans l'axe


La faible communication de Vladimir Poutine sur la santé de sa sélection s’accroche d’ailleurs à cette courbe : dans la tête du président russe, le sport doit être un vecteur d’unité et de fierté, ce qui semble difficilement possible avec un groupe qui n’a fait que ramasser les miettes depuis sa chute libre à l’Euro 2016. Rappelez-vous : au sortir du championnat d’Europe en France, où la Russie a pris un mur dès le premier tour (un nul, deux défaites), Leonid Slutsky se voyait obligé de venir s’excuser en public pour l’image donnée par la patrie. L’image a marqué les esprits et les mots d’un coach balancé dans le caniveau avec : « Ne concentrez pas votre attention sur les joueurs, mais parlez de moi et mes responsabilités. » Dans la foulée, Stanislav Cherchesov est arrivé, a fièrement annoncé vouloir tout reprendre à zéro et a profité du travail réalisé par les clubs locaux pour chercher l’alchimie tactique idoine, notamment défensivement, en fixant sa défense sur trois boulons. « Nous n’avons rien réussi à faire avec quatre défenseurs » , expliquait-il alors au début de son mandat. Depuis, le sélectionneur russe a fait tourner une dizaine de mecs sur trois plots : un parfait résumé des nombreuses incertitudes qui accompagnent le bonhomme alors que le rideau est proche d’être levé sur le pays.

Un organisateur de soirée inquiétant


Qu’en tirer comme conclusion ? Que la Russie ne sait pas vraiment comment elle va démarrer son Mondial, déjà, mais aussi qu’il est difficile d’imaginer dans quel état elle le terminera. En attendant, dimanche, Cherchesov a effectué son dernier écrémage et a par exemple décidé de se passer des services de Roman Neustädter (Fenerbahçe) et Konstantin Rausch (Dynamo Moscou), dont la présence dans la liste finale semblait pourtant presque évidente après la prestation foireuse de Kudryashov en Autriche mercredi dernier (1-0). Seul soleil de cette sélection : Aleksandr Golovin, 22 piges et qui aura laissé un sale souvenir au Groupama Stadium il y a quelques mois, là où Alan Dzagoev ne brille plus que par intermittence. Pour le reste, c’est le flou, notamment devant, où l’absence de Kokorin, blessé au genou en mars, laisse un chantier béant tant les statistiques de Fyodor Smolov en sélection ne rassure personne. Mardi soir, face à la Turquie, la Sbornaya joue donc plus qu’un match amical : c’est une histoire à préparer et des signaux positifs à trouver. Car on parle bien là de l’une des plus faibles générations du pays et de l’un des organisateurs de soirée les plus inquiétants.




Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5