Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // J5
  3. // Pays-Bas-France

Vent orange approche ciel bleu

Auteurs d'une année 2018 plutôt prometteuse, les Pays-Bas veulent confirmer leur renouveau lors du duel contre la France pour le compte de la cinquième journée de Ligue des nations. Afin d'entretenir les espoirs pour la suite.

Modififié

L'avantage de louper deux compétitions majeures, pour une sélection habituée à briller, c'est de ne plus pouvoir décevoir dans de larges proportions après coup. Et qu'il suffit alors de peu pour faire naître de nouveaux espoirs tout en imaginant des lendemains qui chantent. C'est plus ou moins ce qu'il se passe actuellement avec les Pays-Bas, qui s'apprêtent à affronter une France championne du monde et invaincue depuis qu'elle a atteint le sommet de la planète. La Hollande, elle, surfe sur une année 2018 plutôt prometteuse, au regard justement de ses récents bides qui l'ont accompagnée de 2014 à 2017.


Avec trois succès (dont un en LDN) contre des équipes à haute réputation (Portugal, Pérou, Allemagne), trois nuls (dont un en Italie et un autre en Belgique) et deux défaites serrées dont elle n'a pas à avoir honte (face à l'Angleterre et en France), son bilan comptable est loin d'être dégueulasse et prouve que sa tête est en train de sortir des eaux marécageuses dans lesquelles elle s'était engouffrée. Il s'avère en tout cas assez bon pour croire en cette nouvelle équipe dirigée depuis février dernier par Ronald Koeman.

Le leader Van Dijk, des promesses autour


Sur le papier et sur le terrain, qu'est-ce que ça donne ? Une certitude, d'abord. Avec sa charnière centrale menée par Virgil van Dijk, qui fait certainement partie des trois meilleurs défenseurs centraux du monde en ce moment, les Pays-Bas peuvent voir venir. Surtout que derrière, Stefan de Vrij représente une valeur sûre - même s'il passe parfois à travers - pendant que Matthijs de Ligt démontre à 19 ans un potentiel assez impressionnant. Si son pouvoir offensif (hyper dépendant de l'irrégulière pépite Memphis Depay, incroyable contre l'Allemagne) et son entrejeu manquent encore d'éléments confirmés et créatifs (malgré la présence physique de Georginio Wijnaldum), la Hollande compte tout de même dans ses rangs des promesses pour l'avenir. Voire pour aujourd'hui.


À commencer par l'énorme milieu de terrain Frenkie de Jong, 21 bougies sur le gâteau, et par l'emballant Justin Kluivert, qui soufflera ses vingt piges à Rome en mai prochain (mais qui n'est cependant pas dans le groupe pour la réception des Bleus). Autrement dit, la génération Wesley Sneijder/Arjen Robben est bel et bien finie. Oubliée. Enterrée. Même si cela suppose de laisser du temps à la nouvelle génération, comme l'a précisé Koeman en conférence de presse avant le revers face à la France mi-septembre : « Ces joueurs que vous avez nommés sont d’un talent exceptionnel, mais les joueurs qu’on a maintenant ont aussi du talent. Toutefois, le talent doit se développer, donc on ne peut pas dire pour l’instant s’ils peuvent atteindre le même niveau. Avec du travail... »

Les priorités ? Défendre, contrer, gagner


Forcément, le jeu mis en place par les Orange manque encore de fond. La priorité étant de retrouver une certaine solidité, une vraie stabilité et des résultats, Koeman n'a pas encore eu le temps ni l'occasion d'imposer à ses poulains un football de qualité. Ce que l'entraîneur ne niait pas, toujours en septembre, quand il exposait son plan devant les médias : « Il faudra faire attention (...) être très forts en défense (...) Il ne faudra pas trop jouer ouvert, c’est un fait (...) Comme nous sommes en déplacement, c’est normalement à la France de faire le jeu et nous, on devra faire le maximum pour essayer de les contrer. »


Déplacement ou pas, les intentions furent les mêmes face à l'Allemagne. Et seront identiques au moment de recevoir les Tricolores. Contre qui l'opportunité de confirmer ce regain d'existence, en plus de se qualifier pour le Final Four de la LDN, semble parfaite, même si l'EDF reste supérieure. Aux Orange, maintenant, de rêver de ciel bleu.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 79
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom