Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Demies
  3. // Real-City (3-1)

Vers l’infini et Carlo de là

Après avoir offert un nouveau come-back fracassant avec son Real, Carlo Ancelotti disputera sa cinquième finale de la compétition reine en tant que coach. Un record, un de plus, pour l’un des meilleurs managers de l’histoire du foot.

Modififié
Jusqu’au bout, Carlo Ancelotti aura été le seul à garder son calme. Sans savoir comment se défaire de ce légendaire flegme ainsi que de ce sourcil qui s’en va tutoyer le haut de son crâne. Lorsque Karim Benzema est percuté par Ruben Dias dans la surface et que l’attaquant français remet devant les Merengues au début de la prolongation, le technicien italien range une main dans sa poche, se tourne vers son banc, et laisse Marcelo et les autres exulter pour lui. Intérieurement, il sait : Manchester City a été touché, coulé, puis finalement enterré par sa formation d’une létalité sans commune mesure. Une semaine après être devenu le premier manager vainqueur des cinq plus grands championnats européens, Ancelotti s’attaque à une contrée encore inexplorée en s’imposant comme le premier coach à disputer cinq finales de C1 sur un banc (plus deux comme joueur). Voilà peut-être pourquoi Ancelotti est si silencieux : il laisse son bilan parler pour lui.

Carlo, toujours au top


Il n’est pas impossible qu’au moment d’allumer la lumière dans son salon, le créateur du sapin de Noël fasse comme Marcello Lippi en son temps. D’abord, se servir un verre d’un vin rouge renommé, s’allumer un cigare cubain et se remater le match pour enfin prendre son pied. Une nouvelle fois cette saison, il reverra son Real bousculé, comme face à Paris et Chelsea lors des tours précédents. Il esquissera même certainement un sourire lors du miracle de Thibaut Courtois devant Jack Grealish, avant un rire aux éclats sur le sauvetage dingo de Ferland Mendy. Avant l’extase totale.

L’histoire entre le Real et Ancelotti est déjà magnifique, elle vient d’accoucher là d'un nouveau chapitre d’exception. Arrivé en 2013 après avoir été viré comme un malpropre à Paris, Carlo en avait profité pour soulever la coupe aux grandes oreilles, avant que l’ère de Zidane n’occulte une partie de son travail de fond. Mais pas aux yeux de Florentino Pérez qui, malgré ses années décevantes à Naples et surtout à Everton, annonciatrices à tort d’un déclin, n’a pas hésité à le rappeler pour continuer à écrire la légende de son club.


Légende en cours d'écriture


Au sortir de cette rencontre de légende, Carlo Ancelotti a révélé comment il avait privé Pep Guardiola d’une potentielle victoire finale après laquelle il court depuis onze ans maintenant : « Avant le match, nous avons montré aux joueurs une vidéo qui reprenait toutes les remontada que nous avons faites cette saison : il y en avait huit. Et à la fin, il était dit qu'il nous en manquait une. » La voilà qui est tombée dans son escarcelle. Il ne serait pas étonnant d’entendre qu’une nouvelle fois, le Real a gagné grâce au mérite de ses champions, de Benzema, de Vinicius et des autres. Si c’était City qui l’avait emporté, les louanges sur le projet mis en place par Guardiola berceraient les fans du club anglais qui rêveraient à nouveau de siéger sur le trône du Vieux Continent.

En 2014, Ancelotti avait déjà écarté Guardiola de sa route avant de glaner sa dernière Ligue des champions en date. Huit ans plus tard, il a l’occasion d’aller chercher sa quatrième C1 en battant Liverpool à Saint-Denis pour décrocher un nouveau record : celui du coach le plus titré devant Bob Paisley, une légende chez les Reds, et Zinédine Zidane, qu’il connaît par cœur. Une chose est sûre : Ancelotti a 62 ans et n’a pas fini d’écrire sa légende.

Real : Merci pour ce momentum


Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 16:15 Juninho, Robben... Découvrez la collection de photos So Foot de mai ! 1
Hier à 14:51 La FIFPRO réclame plus de repos pour les joueurs 23 Hier à 12:34 Au sommaire de SO FOOT CLUB : quel avenir pour ce PSG ? 1 Hier à 12:01 Une société dévoile un jet privé en hommage à Maradona 11 Hier à 09:55 Le RER A à son tour touché par des grèves pour la finale de la Ligue des champions 100 Hier à 09:13 Marcel Dib nouveau directeur sportif du SC Toulon 33