Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // On fait le bilan, calmement

Que sont devenus les espoirs des années 2010 ? (1/2)

À l'orée des années 2010, une nouvelle génération de cracks veut donner raison aux prédictions des experts du ballon rond. Mais dix ans plus tard, après de nombreuses désillusions et certaines confirmations, il est temps de faire un sérieux point sur la carrière de ces ex-futurs champions.

Modififié

A: André

« André » Felipe Ribeiro de Souza

  • Où il était en 2010
  • Avec Neymar et Ganso, il faisait partie des pépites qui ont permis à Santos de glaner la Coupe du Brésil et le championnat de São Paulo en 2010. Mais contrairement à ses deux compères, lui n’attend pas mille ans pour se barrer. Dès l’été 2010, il prend son petit baluchon et s’en va découvrir le Vieux Continent en Ukraine, au Dynamo Kiev.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Avec son blase de quinquagénaire franchouillard, André devait frétiller comme un poisson dans l’eau en Europe. Comme tant de Brésiliens au patronyme raccourci avant lui.


  • Ce qu'il a finalement fait
  • Comme tant de Brésiliens au patronyme raccourci avant lui, l’aventure en Europe a tourné court après une paire d’expériences malheureuses, et il est rapidement retourné au pays, seul endroit où son football savait s’exprimer. Après six mois à Kiev, il est prêté aux Girondins de Bordeaux où il ne perce pas davantage malgré la hype. Depuis, il enchaîne les clubs au Brésil, où il survit depuis 2018 au Grêmio. Ce qui lui fait toujours une carrière au moins aussi animée que Ganso. AAF

    B: Balotelli

    Mario Balotelli

  • Où il était en 2010
  • Sous le feu des projecteurs. LE crack de 2010, prodige évident de l’une des plus belles Inter de l’histoire. Triple champion d’Italie, il quitte le pays au tournant de la décennie pour incarner le futur du projet faramineux qu’est en train de bâtir Manchester City, et remporte dans la foulée le prestigieux titre de Golden Boy. Allez, dans cinq ans maximum, il soulève le Ballon d’or.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Effacer Del Piero, Totti, Baggio et tous ces ringards de l’histoire du foot italien.


    Vidéo

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Tellement de conneries qu’il n’a même pas trouvé le temps de jouer au football. Il s’est fait sortir d’un match amical par Mancini pour avoir tenté la roulette la plus nulle de l’histoire, a cramé sa baraque en y allumant des feux d’artifice, s’est demandé « Why always me ? » , a balancé des fléchettes sur des jeunes de City... la liste est longue. Bon, ok, il a quand même marqué un sacré but à l’Euro 2012. Et fait une paire de belles saisons à Nice. Pas vraiment ce à quoi on s’attendait. Quand tu en arrives à devoir relancer ta carrière à Brescia, c’est que ça a déconné à un moment donné. AAF

    B: Bebé

    Bebé

  • Où il était en 2010
  • Avec un contrat de cinq ans, à Manchester United.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Personne ne sait.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Il a joué 7 matchs avec MU, a marqué un but en Ligue des champions contre Bursaspor et a mis un petit pont à Ryan Giggs. Réaction du Gallois : «   Vas-y, va dire à ta mère que t’as fait ça à Ryan Giggs. » Puis Bebé s’est lancé dans un grand voyage : Istanbul, Vila do Conde, Paços de Ferreira, Lisbonne, Madrid... Et pis c’est tout. MB

    B: Brahimi

    Yacine Brahimi

  • Où il était en 2010
  • Quelque part entre l’Auvergne et les Côtes-d’Armor, mais plus proche de la Bretagne, où il explose et fait passer Leroy, Dalmat et Kembo-Ekoko pour des quinquas.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Signer au Real Madrid ou à Arsenal, qui lorgnaient sur lui à ses débuts à Rennes. Puis, comme ses pairs, passés par Clairefontaine avant lui, taper à la porte de l’équipe de France A sans broncher. Avant de faire la une de L'Équipe, et d'être considéré comme le nouveau ZZ.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Il a vogué vers Grenade l'Andalouse, aux côtés de Youssef El-Arabi, ce qui lui a ouvert les portes des Fennecs en 2013, et celles du FC Porto en 2014. Régulier, inspiré et décisif, il devient l’atout charme des Dragons, et son nom anime à nouveau les gazettes mercato. Mais après une dernière saison portugaise plus que réussie, et une CAN remportée vue du banc, il a préféré céder aux sirènes du Qatar, plutôt qu’à celles du Vieux-Port. Triste sort. MR

    C: Canales

    Sergio Canales

  • Où il était en 2010
  • Dans le club de son enfance, le Racing Santander, où sa patte gauche et sa vision du jeu font saliver tous les recruteurs d’Espagne. Huit jours après la nouvelle année, il marque deux buts contre le FC Séville, dont un lob savoureux sur Andrés Palop. L’élégance est née.

    Vidéo

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • S’installer comme le nouveau numéro dix d’une Maison-Blanche pleine à craquer, avant de participer à la montée en puissance de la Roja sur la scène internationale. Mais le football moderne ne le méritait pas.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Barré au Real par Van der Vaart, Kaká, Özil et Di María, il signe finalement à Valence, lieu où la malédiction commence. En octobre 2011, il se fait les croisés. Rebelote dès son retour à la compétition six mois plus tard, à seulement 21 ans. Parti à la Real Sociedad, tout semble aller mieux. Mais en décembre 2015, une nouvelle rupture l’éloigne plus de 200 jours des terrains. Depuis, le numéro dix soyeux s'est relevé, et a remis le pied à l'étrier du côté du Betis. En même temps, avec Joaquín, Guardado et Fekir, la monture andalouse a fière allure. MR

    C: Contento

    Diego Contento

  • Où il était en 2010
  • Avant toute chose, Diego est libre dans sa tête. Malgré son patronyme d’Argentin (fun fact : ses deux parents sont napolitains, et l’ont nommé en hommage à Maradona), le natif de Munich émerge dans un Bayern qui n’a pas encore tout à fait retrouvé sa superbe. Au poste d’arrière gauche, il doit composer avec la concurrence de Danijel Pranjić, et d’un autre petit jeune qui monte : David Alaba.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Devenir le nouveau Bixente Lizarazu, l’amour du surf en moins.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Pour sa défense, il s’est créé un joli point commun avec Jean-Pierre Papin en devenant le deuxième joueur de l’histoire à quitter le Bayern Munich pour les Girondins de Bordeaux. On attend toujours de savoir ce que peut bien être une « Contentade » , ceci dit. AAF

    C: Costa

    Douglas Costa

  • Où il était en 2010
  • En janvier, Douglas Costa vient grossir les rangs de l’étonnante colonie brésilienne du Shakhtar Donetsk. Luiz Adriano, Willian, Jadson, Ilsinho, Alex Teixeira, Fernandinho, Leonardo et donc le brave Douglas, autant de talents auriverdes sur lesquels le club ukrainien espère banquer. Spoiler : c’est une réussite absolue, du moins pour les caisses du Shakhtar.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Quitter le Shakhtar pour une grosse somme, déjà, et s’imposer chez un grand d’Europe, accessoirement.


  • Ce qu'il a finalement fait
  • Pour tout ce qui est départ et gros chèque, c’est fait. À l’été 2015, Douglas rejoint le Bayern pour 30 plaques, avant de rejoindre la Juventus trois ans plus tard pour 10 millions de plus. Bilan des courses ? Pas un crack - il n’a fait l’unanimité ni en Bavière ni à Turin -, mais pas un flop non plus. En club comme en sélection, un second couteau bien tranchant. AAF

    C: Coutinho

    Coutinho

  • Où il était en 2010
  • Dans un charter qui l’emmène à Milan pour commencer son aventure italienne, sous les ordres de maître Benítez. Mais la dolce vita n'est qu'une invention, et après un prêt réussi à l’Espanyol Barcelone, puis un retour illico presto sur le banc de San Siro, il file à Liverpool pour dix petits millions d’euros. Le casse de la décennie.

    Ce qu’il était censé faire lors de la décennie

    Marquer Liverpool de son empreinte en nettoyant les lucarnes d'Angleterre, et en marchant sur la Premier League. Et, dans la foulée, devenir le nouveau maître à jouer du Brésil pour les dix prochaines années. Problème, la Seleção ne manque pas d'armes.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Il a quitté les Reds en plein mois de janvier, dans la confusion la plus totale. Vexé, Liverpool en a quand même récupéré plus de 120 millions d’euros, avant de profiter tactiquement et collectivement de son départ. Ce dernier sera un échec, poussant les Catalans à le prêter cet été au Bayern, avec une option d’achat de 120 millions d’euros. La banane du siècle. MR

    D: De Gea

    David de Gea

  • Où il était en 2010
  • Sur le banc des Colchoneros grâce au départ de Coupet pour le PSG. Mais il n’y reste pas longtemps, et pousse rapidement Asenjo hors des cages madrilènes. Quelques mois plus tard, à seulement 19 ans, c’est lui qui les protège lors de la finale de Ligue Europa remportée contre Fulham. Une toute autre époque.


  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Se muscler, être régulier, gommer ses erreurs aériennes, améliorer son jeu au pied et encore se muscler, afin d’être le meilleur gardien du monde, si ce n’est le roi. Mais les sirènes du football anglais sont passées par là.

    Vidéo

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Remporter la Ligue Europa, en 2017, une seconde fois. «  Évidemment, j'ai eu de bons moments quand j'ai soulevé le trophée en 2010. C'est une compétition plus longue et un peu différente avec les matchs le jeudi, ce qui peut dérégler un peu nos habitudes. Mais nous sommes Manchester United et tant que nous sommes qualifiés pour une compétition, nous devons tout faire pour l'emporter.  » Manque de chance, en Premier League, United se fait moucher par City. Et en sélection, De Gea se fait enrhumer par Kepa. Qu'importe, le portier espagnol a décidé de prolonger son séjour anglais. MR

    D: De Jong

    Luuk de Jong

  • Où il était en 2010
  • En train de commencer à écrire un CV qui compte, aujourd’hui, quatre titres de champion des Pays-Bas. Le premier, c’était en 2010, avec le FC Twente de Steve McClaren.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Marquer des buts, plein de buts, encore des buts.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • À votre avis ? Il a marqué des buts. 25 lors de la saison 2011-2012, ce qui lui a permis de s’envoler pour la Bundesliga, à Gladbach, où il a échoué, avant de se planter à Newcastle. Résultat, Luuk est revenu chez lui, aux Pays-Bas, au PSV, où il a claqué 115 fois en 216 apparitions, et est devenu le cinquième meilleur buteur de l’histoire du club, juste derrière Romário. Fils d’anciens volleyeurs pros, il rêvait d’exporter son talent : l’été dernier, il s’est alors envolé pour le FC Séville, où il n’arrive toujours pas à s’imposer. La vie d’un renard maison. MB

    D: Delfouneso

    Nathan Delfouneso

  • Où il était en 2010
  • À Aston Villa, prêt à tout casser après avoir terminé meilleur buteur de l’Euro U19 2009, où l’Angleterre avait été battue en finale par l’Ukraine (0-2), et avec le numéro 14 sur le dos, en hommage à Thierry Henry.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Être l’avenir de la sélection anglaise, comme Gabriel Agbonlahor et Jack Rodwell. Mais ça, c’était avant que Martin O’Neill soit viré de Villa, que Gérard Houllier déboule et que Darren Bent avale le petit Nathan. Ça, c’était surtout avant de disparaître.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Fan de Coach Carter, Delfouneso a plutôt pris l'ascenseur à l’envers et se dandine désormais en League One, à Blackpool, après avoir bouffé des prêts à gogo (Burnley, Leicester, Blackpool, deux fois, Coventry), des piges ratées (Blackburn, Swindon) et des occasions manquées. Delfounzero. MB

    D: Destro

    Mattia Destro

  • Où il était en 2010
  • Formé à l’Inter, le jeune Mattia fracasse tout en Primavera, où il plante 18 buts en 24 matchs lors de la saison 2009-2010. Pas assez, malheureusement, pour se frayer un chemin dans l’équipe première, qui vient de remporter le triplé : à l’été 2010, Destro fait office de vulgaire monnaie d’échange dans le transfert de Ranocchia à Milan. Direction le Genoa pour lui.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Enfiler les buts comme des perles en Serie A et donner des regrets à l’Inter.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Pas grand-chose, finalement. Du Genoa à Bologne, où il joue actuellement, Destro a enchaîné les piges décevantes à Sienne, Rome et au Milan. Sa meilleure saison ? 2013-2014, où il plante 15 buts sous le maillot de la Louve. Pas exactement sensationnel. AAF

    D: Dzagoev

    Alan Dzagoev

  • Où il était en 2010
  • À Moscou, tout fier d’avoir été le plus jeune joueur de champ à porter le maillot de la sélection russe, et donc prêt à casser des gueules à l’Europe du football.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Emboîter le pas de Youri Zhirkov en acceptant le salaire lucratif d’Abramovitch à Chelsea. Avant de s’échapper sur le Rocher pour montrer la voie à Golovin, et récupérer quelques deniers dans les poches de Rybolovlev.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Malgré un Euro 2012 qu'il termine en qualité de co-meilleur buteur, il n’a jamais quitté Moscou ni Eugeny Giner. « Dzagoev ne joue pas au football pour la gloire et l'argent, mais par amour pour ce sport. À notre époque, rares sont les joueurs pour lesquels gagner est plus important que les bonus. Mais Alan est comme ça » , rappelait son entraîneur à Samara. Le genre de joueurs qui préfèrent jouer plus de 350 matchs avec le CSKA plutôt que de s’exiler à l’étranger. Bel esprit. MR

    E: Eriksen

    Christian Eriksen

  • Où il était en 2010
  • Dès janvier, le Danois goûte pour la première fois aux joies de l’équipe première de l’Ajax, dont il écume les équipes de jeunes depuis 2008. Il ne lui faut pas bien longtemps pour s’imposer chez les Lanciers et attirer les regards, notamment celui de la sélection danoise. À l’été, avec seulement trois sélections dans les pattes, il s’envole pour l’Afrique du Sud avec le Danemark pour la Coupe du monde 2010, dont il est le plus jeune joueur recensé.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Un numéro 10 au talent fou formé à l’Ajax ? À votre avis...

    Vidéo

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Trois saisons, plus de 160 matchs et une trentaine de buts après ses débuts en pro, il s’envole pour la Premier League et Tottenham où il est devenu, saison après saison, l’un des meilleurs à son poste. Alors d’accord, c’est en train de se finir en eau de boudin avec les Spurs. Mais à son meilleur niveau, le Danois a tout simplement été irrésistible. Vivement qu’il retrouve le sourire, parce qu’il nous manque. AAF

    G: Götze

    Mario Götze

  • Où il était en 2010
  • Dans les petits papiers de Jürgen Klopp, qui semblent indiquer qu’un petit milieu de terrain joufflu n’a pas encore dit son nom, mais ne devrait pas tarder à le faire. L’entraîneur allemand a le nez creux. Car après l’avoir introduit doucement dans le bain lors de la saison 2009-2010, il en fait l'ingrédient central de sa recette phare : le Gegenpressing.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • S'installer au Bayern, pour goûter au succès, y dévorer les espaces libres, dépiauter les défenses adverses, et s’abreuver de pils dans une quantité hallucinante de trophées.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Il a remporté cinq Bundesliga, envoyé l’Allemagne sur le toit du monde, subi la dure loi de Guardiola, combattu une myopathie, et réinventé le poste de faux numéro neuf. Balotelli, Gómez, Mandžukić et Lemina peuvent aller se rhabiller, ils ne mangeront jamais à sa table. MR

    H: Hazard

    Eden Hazard

  • Où il était en 2010
  • En 2010, Eden Hazard devient le premier joueur, sous le maillot de Lille, à remporter deux fois de suite le trophée UNFP du meilleur espoir de Ligue 1. Un indice sur la qualité du gamin. Le Belge est la figure de proue de l’une des meilleures équipes de l’histoire du LOSC, génie technique insaisissable d’un trio d’attaque fabuleux aux côtés de Moussa Sow et Gervinho. La saison 2010-2011, avec le doublé coupe-championnat du club nordiste, reste l’une des performances les plus marquantes des années 2010. Et c’est Eden qui est à la baguette.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Devenir l’un des meilleurs joueurs du monde, tout simplement.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Exactement ce qui était prévu. Eden a indubitablement inscrit son nom au panthéon des meilleurs joueurs de ballon de l’histoire du Plat Pays, empilant buts, assists et titres pendant sept ans à Chelsea et menant les Diables rouges jusqu’en demi-finales de la Coupe du monde 2018. Avec, pour bien commencer la décennie 2020, un petit transfert au Real Madrid où il a récupéré la liquette de Cristiano Ronaldo. Histoire de faire définitivement l’unanimité. AAF

    H: Hernández

    Abel Hernández

  • Où il était en 2010
  • À Palerme, un peu à la peine, mais en pleine découverte du football européen et buteur dès sa première sortie avec l’Uruguay face à l’Angola d’Hervé Renard, en juillet.

  • Ce qu’il était censé faire lors de la décennie
  • Être, lui aussi, un bijou. La Joya, qu’ils disaient.

  • Ce qu’il a finalement fait
  • Il a pioché, pioché et pioché encore, avant de briller un petit peu avec Hull City lors de la saison 2015-2016, au point d’être l’artisan principal de la montée des Tigers en Premier League et d’être élu joueur de l’année par les supporters. Puis, alors que tout semblait enfin s’aligner, Abel est parti s’enterrer au CSKA Moscou. Aujourd’hui, il claque de nouveau, mais... avec Al Ahli. Un bijou qui a perdu de la valeur, donc. MB

    K: Kakuta

    Gaël Kakuta

  • Où il était en 2010
  • À Chelsea, pardi ! Le gamin de Lille y a signé son premier contrat pro en 2009, à 18 ans. « À cet âge, je n’avais jamais vu un joueur avec un tel talent » , soufflait Carlo Ancelotti, alors entraîneur des Blues. Tellement fort que le club londonien avait risqué une interdiction de transferts pour l’attirer en 2007, alors qu’il était encore mineur.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Du sale. On tenait le leader technique de toute une génération en France. Mieux que toute la génération 87 réunie.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Une pub légendaire pour le lancement du tout premier maillot Nike de l’équipe de France et... c’est à peu près tout. Infoutu de s’imposer à Chelsea, il enchaîne six prêts entre 2011 et son départ en 2015. Il partira même en Chine, où il se refera une santé, avant de se stabiliser, à peu près, à Amiens. À 28 ans, il n’a malheureusement plus grand-chose d’un crack. AAF

    K: Krkić

    Bojan Krkić

  • Où il était en 2010
  • En 2007, trois ans après les débuts sous le maillot blaugrana d’un certain Lionel Messi, c’est une Masia en feu qui accouche d’un nouveau prodige. Si la nationalité est espagnole, le nom et les origines sont serbes : Bojan est né. À 17 piges, le gamin éblouit lorsqu'il apparaît comme second couteau dans une attaque de feu. En 2010, il continue donc sa progression, s’offrant une grosse trentaine d’apparitions chaque saison sous la tunique catalane.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Marcher dans les pas de Messi.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • L’un des running gags les plus fameux du football revient à se demander si Messi pourrait faire ce qu’il fait sous le maillot du Barça dans une fraîche nuit pluvieuse à Stoke. Bojan, lui, est allé s’y frotter. Écrasé par la pression au Barça, il fuit en 2012 direction Rome, puis Milan, Amsterdam et enfin Stoke, en 2014. Malheureusement pour lui et pour le football, son mental fragile l’empêche de confirmer les belles promesses affichées à Barcelone. Aujourd’hui, il coule des jours heureux à Montréal, où il sera bientôt sous les ordres de son ancien coéquipier au Barça : Thierry Henry. AAF

    K: Kroos

    Toni Kroos

  • Où il était en 2010
  • L’an 1 de la décennie est une année charnière pour Toni. Au terme de deux saisons en prêt au Bayer Leverkusen, il revient au Bayern Munich, son club formateur, avec une saison pleine de Bundesliga dans les jambes et un statut de jeune espoir affirmé. C’est aussi cette année-là qu’arrive sa première cape avec la Nationalmannschaft, un 3 mars contre l’Argentine en amical. Sehr prometteur, tout ça.

  • Ce qu'il était censé faire lors de la décennie
  • Devenir une légende du Bayern Munich, objectif de tout joueur allemand qui se respecte.

  • Ce qu'il a finalement fait
  • Son transfert au Real, contre une grosse vingtaine de millions d’euros en 2014, est un hold-up absolu. L’affaire du siècle. Sans lui, l’équipe fabuleuse qui a enchaîné trois C1 consécutives n’aurait sans doute pas eu la même maestria. Là où beaucoup d’Allemands s’imposent en BuLi, lui a prouvé que le génie teuton savait aussi s’exporter. Deutsche qualität. AAF

    Par Maxime Brigand, Alexandre Aflalo et Maxime Renaudet

    Dans cet article