Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // J27
  3. // Ajax-PSV

Luuk, l'autre De Jong

Aux Pays-Bas et en Europe, tout le monde ne parle que de lui : Frenkie de Jong, l’artiste du milieu de l’Ajax. Pourtant beaucoup moins talentueux, élégant et courtisé que le futur Barcelonais, son homonyme Luuk (28 ans) est en passe d’emmener son PSV soulever un quatrième titre d’Eredivisie en cinq ans. À condition de sortir vainqueur du choc contre l’Ajax, ce dimanche. Portrait d’un attaquant qui n’a jamais su confirmer son potentiel hors des Pays-Bas, mais à qui il reste une dernière cartouche pour briller à l’étranger.

Modififié
« Luuk de Jong nous a fait mal à la fin de la rencontre. C’est un joueur sur lequel il est difficile de défendre. » L'auteur de ce compliment sympa, destiné à l'attaquant néerlandais ? Ernesto Valverde himself, l'entraîneur d'un Barça difficile vainqueur du PSV (2-1) en novembre dernier en Ligue des champions. Ce jour-là, Luuk de Jong était venu traîner sa grande carcasse entre les centraux des Blaugrana peu habitués à défendre des joueurs de ce profil. Avec un but à la clé. Et si le PSV n’a pas su faire mieux que deux matchs nuls dans la compétition cette saison, le capitaine d'Eindhoven a, lui, réussi sa campagne en marquant trois des six buts de son équipe. Plutôt honnête quand on tombe dans un guêpier avec le Barça, Tottenham et l’Inter.



Ce dimanche contre l'Ajax, Luuk de Jong sera à nouveau le fer de lance du PSV dans un contexte autrement plus paisible : l'Eredivisie, où les pensionnaires du Philips Stadion sont comme chez eux depuis cinq ans avec quatre titres remportés. Et l'Ajax, dans tout ça ? Victime de son inconstance, de sa jeunesse... ou d'un Luuk de Jong qui avait fait passer les Lanciers pour des nabots au match aller (3-0), avec douze duels aériens gagnés. Là où Frenkie de Jong, Hakim Ziyech ou David Neres préfèrent les gros coups d'un soir, Luuk de Jong se distingue lui par sa régularité en empilant les caramels en championnat à l'abri des regards extra-néerlandais. 25 réalisations en 2011-2012 sous le maillot de Twente, vingt en 2014-2015 comme cadeau d'accueil au PSV, 26 la saison suivante et déjà 21 lors de cet exercice... Les chiffres sont éloquents à propos d'un joueur qui pourrait bientôt dépasser un certain Romário, troisième meilleur buteur de l'histoire du club (115 pions entre 1988 et 1993) avant de rejoindre le Barça.

Unlucky De Jong


Un destin comme celui du génial buteur brésilien, Luuk de Jong a aussi rêvé de le connaître. Mais il a échoué. Du moins pour l'instant. Après sa belle saison 2011-2012 à Twente, l'avant-centre d'1,88 m connaît sa première expérience à l'étranger en ralliant le Borussia Mönchengladbach contre douze millions d'euros. Bilan ? Honnête pour sa première saison (huit buts en 31 matchs), famélique pour sa deuxième (zéro en treize). Pour rebondir, ce fils d'anciens volleyeurs pros (ce qui explique son sens du timing, assure-t-il) est prêté à Newcastle. Bilan ? Zéro but en douze apparitions en Premier League. Difficile de redémarrer après un tel foirage. Le PSV tente pourtant le coup, en relançant le natif d'Aigle (Suisse). Avec succès, puisque le grand Luuk retrouve des couleurs dès son retour en Eredivisie. Mais même au pays, sa cote de popularité n'atteint pas toujours des sommets.



« Je pense qu’il aurait un peu de mal à l’Ajax, déclarait à Fox Sports Frank de Boer, alors entraîneur des Amstellodamois, sur l'éventualité de recruter le Néerlando-Suisse. Nous jouons plutôt dans les petits espaces, alors que le PSV pratique davantage un football de réaction. » Luuk de Jong fait effectivement partie de cette caste d'avants-centres pivots qui tend un peu à disparaître au profit d'ailiers repositionnés à la Mbappé, Rashford ou Depay. Excellent remiseur, maître des airs et vrai renard des surfaces, l'international oranje (18 sélections) dispose néanmoins d'un champ d'action limité : il ne peut compter que sur ses partenaires pour se créer des occasions. Quand le jeu ne tourne pas autour de lui ou que ses coéquipiers ne l'alimentent pas en centres, comme ce fut le cas à Mönchengladbach ou à Newcastle, De Jong tend à disparaître des écrans radars. Avec une statistique à imprimer dans le crâne des défenseurs : en 106 buts pour le PSV, De Jong n'en a marqué que... deux en dehors de la surface.

Le rêve d'un nouvel exode rural


Alors, le frère de Siem (ancien joueur de l'Ajax et désormais au Sydney FC) peut-il encore réussir hors du PSV où le diamant Hirving Lozano et le feu follet Steven Bergwijn lui ouvrent souvent des brèches ? De Jong, qui a prolongé l'été dernier jusqu'en 2021 chez les Boeren (paysans en VF), a lui-même conscience qu'il ne trouvera pas forcément son bonheur ailleurs. « Je sais ce que j'ai au PSV : la manière de jouer, du football offensif. Si j'ai une offre de l'étranger, je vais regarder comment l'équipe joue : est-ce que les ballons arrivent souvent dans les seize mètres, est-ce que ça attaque suffisamment avec moi sur le terrain ? » , confiait-il en février à NU Sport.


L'été dernier, déjà en pleine bourre, les envies de départ de la tour de contrôle néerlandaise ne s'étaient pas concrétisées faute d'offres sérieuses (seul le club mexicain d'America avait bougé ses pions). À 28 ans, De Jong est aujourd'hui plus mature, roule sur la confiance au point d'avoir fait son retour en équipe nationale – il est l'avant-centre n°2 dans l'esprit de Ronald Koeman derrière Memphis Depay – et ses buts en Ligue des champions devraient convaincre les sceptiques d'hier. Mais entre capitaine adulé d'un PSV qui dispute la compétition reine tous les ans et avant-centre anonyme d'un second couteau du Big 5, il y a un pas que Luuk de Jong pourrait bien être tenté de ne pas franchir.

Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:14 Brouard réclame ses sous au Red Star 10

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:17 GoalControl en bataille judiciaire contre une ex-employée 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Le monde de Ciro