Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2020
  2. // Qualifs
  3. // Malte-Espagne

Canales, la résurrection du prince

Longtemps espoir douché par les blessures à répétition, Sergio Canales s'est progressivement construit un physique et brille cette saison au Betis. Et le voilà international, enfin, à 28 ans.

Modififié
Les gens de Séville s'en souviennent encore, c'était il y a déjà un moment, et ils étaient honorés de voir cette coquille-là se fendre sous leurs yeux. L'après-midi, Sergio Canales, 18 ans, était dans un hôtel de la ville, se reposait en attendant de filer avec ses potes au Sánchez-Pizjuán et tuait le temps devant un Arsenal-Everton. Lors de cette rencontre, Steven Pienaar avait humilié Manuel Almunia. La chose avait fait marrer le gamin de Santander, qui s'était mis à imaginer copier le geste – un ballon piqué au-dessus du gardien – dans la soirée. Puis, Canales était sorti de sa chambre, avait pris le bus et enfilé un short, puis s'était pointé sur la piste avec son numéro 27 sur le dos. La suite fut une ode à l'insolence : à la 26e minute d'un FC Séville-Racing Santander anecdotique, Sergio Canales avait attrapé une ouverture de Pedro Munitis avant de se retrouver en tête en tête avec Andrés Palop et de le finir d'un lob malicieux. Ce 9 janvier 2010, les supporters du FC Séville s'étaient alors levés pour l'impétueux et avaient applaudi. C'était écrit : Canales était arrivé au foot pour faire vibrer les foules, et rien d'autre.

Vidéo

Ambianceur et verrou


Sergio Canales a aujourd'hui 28 ans et n'est plus un gosse. Peut-être avant tout parce qu'il ne rêve plus depuis longtemps. La faute à qui, à quoi ? À un changement de rôle, d'abord : en 2019, peu de joueurs représentent mieux que lui le foot, ses hauts et ses bas, ses ascensions rapides et ses chutes libres. Samedi, à Valence, Canales a fait sauter le verrou ultime du footballeur de haut niveau et a disputé ses premières minutes internationales avec l'Espagne, lors de la victoire de la Roja contre la Norvège (2-1). Tout sauf une surprise tant le meneur de jeu, également utilisable en relayeur dans un milieu à trois, est cette saison l'un des plus brillants ambianceurs de Liga. Interrogé il y a quelques jours par Marca, venu recueillir ses sentiments de néo-international et de leader incontesté du Betis, Sergio Canales expliquait : « J'avais arrêté de penser à l'équipe nationale. Au fond, j'ai toujours eu la conviction que je pouvais atteindre ce niveau, mais certains moments m'ont fait comprendre que ce n'était plus la priorité. » Lorsqu'il est revenu à Séville l'été dernier, pour rejoindre le Betis et Quique Setién, un homme qui le connaît depuis un peu moins de vingt ans, celui qui pointe cette saison à huit buts et trois passes décisives toutes compétitions confondues était en effet venu chercher autre chose. Bien autre chose. Finalement, il avoue avoir réussi à dépasser « toutes ses attentes » .


« Regardez ses quadriceps ! »


L'Espagne souffle et se pose une question : et si c'était enfin l'heure ? Et si les démons physiques de Canales étaient chassés pour de bon ? « Regardez ses quadriceps ! » , aime répéter aujourd'hui Marcos Álvarez, le préparateur physique du Betis. Oui, l'ancien espoir possède aujourd'hui un physique, un vrai, qui tient la route sur la longueur et il faut voir le bonhomme désormais enchaîner les rencontres avec la même facilité que Lucky Luke roule ses clopes. Sergio Canales aura attendu dix piges pour découvrir la solidité, lui qui aura vu son genou exploser à trois reprises sur la période. La dernière fois, c'était en décembre 2015, au milieu du Bernabéu, sur une image terrible : celle d'un homme qui rampe sur les genoux avant de s'écrouler entre deux médecins. Canales était alors un joueur de la Real Sociedad, où il avait atterri en janvier 2014 pour ce qui ressemblait à sa dernière chance de percer au haut niveau après être monté très haut, très tôt. Après cette troisième chute, il sera resté dix mois hors des terrains avant de revenir progressivement grâce à l'aide d'un entraîneur personnel, qui travaille encore avec lui.


Passé par le Real Madrid, d'où il a été éjecté par la concurrence et les critères de José Mourinho, et Valence, passage dont on retiendra avant tout ses deux graves blessures au genou et ses larmes, Sergio Canales, trente-et-unième joueur le plus entré en jeu de l'histoire de la Liga (à 98 reprises), est cette saison un type difficile à arrêter et que Jesé comparait récemment à une « mobylette » . Canales a confiance en son corps, en son genou, où une cicatrice gigantesque a été complétée par un tatouage représentant un poisson mort, alors il fonce et est devenu ce que Setién rêvait de faire apparaître : un joueur pro-actif, à la qualité de passes rare, qui dicte le rythme et amène ses partenaires sur son tempo... « Il travaille dur, il fait attention à lui et il en récolte les fruits, expliquait il y a quelques semaines Quique Setién. Je suis content pour lui après tout ce qu'il a traversé. Il a du mérite d'avoir réussi à surmonter ce qu'il a surmonté et faire ce qu'il a réussi à faire est énorme. » Si énorme que Luis Enrique ne pouvait passer à côté de l'occasion. Alors, le sélectionneur espagnol a convoqué Canales et pourrait le titulariser ce mardi soir à Malte : la dernière étape de la résurrection d'un homme qui fait de nouveau lever les foules. Enfin.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:08 L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 43
Hier à 13:55 Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 17
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:17 Cenk Şahin « libéré » par Sankt Pauli après avoir soutenu l'armée turque 67
À lire ensuite
Les notes des Bleus