Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Dijon (4-0)

Paris colle un quatre à la suite à Dijon

Et un carton, un ! Largement dominateur face à des Dijonnais complètement dépassés, le PSG s'impose 4-0 au Parc des Princes grâce notamment à un doublé de Kylian Mbappé. Que retenir de plus ? Thomas Tuchel et Leandro Paredes sont rabibochés, Ángel Di María peut-être blessé. Eh oui, tout arrive.

Modififié

Paris Saint-Germain 4-0 Dijon

Buts : Sarabia (3e) Mbappé (74e et 90e) et Icardi (76e) pour Paris

« La honte ! » Voilà probablement, avec un peu d’imagination, ce qu’aurait hurlé Adèle Haenel à l’heure de jeu d’un morne PSG-Dijon joué entre les gouttes, entre les microbes, entre les échéances importantes. Entre tout, en réalité. Peu ou rien à se mettre sous la dent comme au dîner classieux des Césars, celui du Fouquet’s, jusqu’à une double entrée décisive pour définitivement acter la supériorité d’un Paris sans opposition. Quatre buts marqués, aucun encaissé : il y a des jours comme ça, où même Apoula Edel n’aurait pas pris un but.

Resto-basket

Le matin même, pour rappel, il y avait eu cette annonce : pas de semi-marathon de Paris. Mazette. Baskets et dossards à ranger dans le tiroir, les espoirs de performance aussi. Voilà donc les Dijonnais montés à Paris pour courir contre l’histoire, à défaut de le faire contre le chrono : le DFCO n’a jamais marqué au Parc des Princes, la belle affaire. Mieux : ironie de l’histoire, le PSG n’a plus perdu en Ligue 1 depuis le 14 novembre dernier. C’était déjà contre Dijon (1-2), et déjà en ouvrant le score. Là, à peine le temps de constater que Kouassi est titulaire en charnière que voilà déjà Sarabia buteur de l’autre côté du terrain, bien placé pour dévier une frappe maladroite de Marquinhos (1-0, 3e). Le gus est meilleur buteur du club en 2020, rien que ça.


Paraît-il qu’il ne faut plus se serrer la main, en voilà la preuve. Le PSG enchaîne les crachats sans salutation sur la cage de Rúnarsson, auteur d’une grande première période, notamment devant Kehrer (10e), Draxler (25e, 28e) - entré prématurément à la place d’un Di María gêné à la cuisse -, Bernat (25e), et Mbappé (38e). Autrement dit, pas mal de boulot pour un jour tout juste bon à se mater le replay des Césars, cérémonie tout aussi ratée que la 200e titularisation de Cavani en L1, gâcheur fou plutôt que gâchette folle sur un caviar de Mbappé (36e). Dijon, pendant ce temps, ne propose pas autre chose que des frappes lointaines et excentrées par Mendyl ou Alphonse, piètres maîtres de cérémonie. À la mi-temps, Paris mène par le plus petit des écarts alors qu’il devrait le faire par le plus grand : le jogging a été remplacé par un drôle de cours de gym à sens unique.

Second souffle

À bien y réfléchir, et quitte à bâtir des ponts là où il n’y en a pas, on se demande bien qui sur le pré aurait eu sa place ce vendredi soir salle Pleyel. Question sotte, réponse évidente : Florence Foresti aurait évidemment adoré faire des vannes à Edinson Cavani, nommé pour le meilleur second rôle. Certain en revanche qu’il aurait pu venir en caleçon, pas besoin de se lever de son siège : pour remporter une statuette, il faudrait être capable de mettre au fond cette seconde offrande de Mbappé (60e), bourreau d’Alphonse et Mama Badé sur l’aile gauche, ou de remporter ce face-à-face avec Rúnarsson dans la minute suivante.


Alors quoi ? Le chef op’ Stéphane Jobard s’égosille depuis sa zone technique, témoin de la double association commune à tout scénario raté : un peu de suspense + manque d’action = salle perdue. Tuchel, paniqué, attrape son fusain et réécrit les dernières lignes : les entrées conjuguées d’Icardi et Paredes font pencher la balance, quand le second est à l’origine d’un circuit conclu habilement par Mbappé (2-0, 75e). Un peu d’action, moins de suspense. Puis l’attaquant argentin éteint définitivement les Dijonnais d’un plat du pied facile (3-0, 76e) avant que Mbappé ne donne un coup de pied au cadavre (4-0, 90e). Beaucoup d’action, plus de suspense du tout. Les Parisiens reprennent treize points d'avance sur Marseille en tête de la Ligue 1, alors que Dijon perd ses chances de distancer Nîmes, défait hier contre l'OM. Dernière confidence : il paraît qu'en allant jeter un œil sur le compte Instagram de Stéphane Jobard, on peut y lire ceci : « ÉCŒURÉ » .



Paris Saint-Germain (4-3-3) : Navas - Kimpembe, Bernat, Kehrer, Gueye - Kouassi (Paredes, 71e), Marquinhos, Sarabia - Di María (Draxler, 17e), Mbappé, Cavani (Icardi, 71e). Entraîneur : Thomas Tuchel.

Dijon (5-4-1) : Rúnarsson - Alphonse, Coulibaly (Cádiz, 75e), Ecuele Manga, Aguerd, Mendyl - Ndong, Mavididi (Sammaritano, 63e), Lautoa (Amalfitano, 71e), Baldé - Tavares. Entraîneur : Stéphane Jobard.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Théo Denmat, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Un 4-0 facile, et quelques idées complexes




    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

    il y a 1 heure Un hommage à Samuel Paty en Ligue 1 et Ligue 2 le week-end prochain 11
    il y a 1 heure Un arbitre sauvé par des supporters après un arrêt cardiaque
    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
    il y a 3 heures Deux joueurs de Tenerife se blessent pendant le tournage d'une vidéo
    il y a 5 heures Les Coupes d'Europe avec un Final 8 à partir de 2024 ? 36 il y a 5 heures Le Racing 92, Bruno Fernandes et Z Event sont dans la newsletter Time To So Foot il y a 5 heures Le conflit entre Luzenac et la LFP continue 16 il y a 6 heures La Japonaise Yuki Nagasoto raconte son premier match dans un championnat masculin 36