Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Mais qui es-tu, Douwi?

Comme annoncé par nos confrères de footballfrance.fr et confirmé par ceux de Canal+, le Brésilien Douwi, frère du Bordelais Malcom, a bien rejoint la Gironde. Mais au fait, qui es-tu, Douwi ?

Modififié
Jocelyn Gourvennec a peut-être des problèmes de sourcils, mais ses yeux fonctionnent très bien. Assez bien, en tout cas, pour ne pas être aveuglé par la trompeuse 3e place occupée par ses Girondins après sept journées de Ligue 1. Il manque un buteur à cette équipe, et Nicolas de Préville, recruté le dernier jour du mercato, a confirmé ce samedi face à Guingamp qu’il ne serait jamais cet homme-là. L’ancien Lillois, qui n’a toujours pas trouvé le chemin des filets avec sa nouvelle équipe, a raté un penalty contre les Bretons. Cela n’a pas empêché Bordeaux de gagner (3-1), mais l’essentiel est ailleurs : dans un futur très proche, les spectateurs du Matmut-Atlantique n’auront plus à subir la maladresse de leur avant-centre.


Depuis ce week-end, un souffle s’est posé sur la nuque de De Préville. Il appartient à Dewey Silva de Oliveira, dit « Douwi » . Comme son frère Malcom (20 ans), qui fait les beaux jours des Girondins depuis 2015, Douwi (18 ans) est né à São Paulo. Comme son frère, Douwi a été formé aux Corinthians. Comme son frère, Douwi évolue à un poste offensif. La comparaison s'arrête là.

« Je suis le préféré, le chouchou, celui que tout le monde aime  »


Que les vierges effarouchées qui considèrent que Neymar jouit de trop de privilèges à Paris tracent leur route ! Dans la catégorie des plus grandes divas du football mondial, Douwi occupe un rang bien plus élevé que son compatriote. Un statut qu’il revendique : « Ben moi, je suis le préféré, le chouchou, celui que tout le monde aime, celui qui est mignon, celui à qui on fait attention, à qui on offre des cadeaux, a-t-il annoncé d’emblée lors de sa présentation au Haillan, ce lundi. Et même des fois, ça fait que plein d'oiseaux chantent pour moi et que les nuages écrivent mon nom. J'essaie de ne pas trop abuser de la situation, mais des fois c'est dur, on n'y peut rien. » Le genre de déclaration qui a le mérite de mettre un terme au suspense autour de l’identité du futur tireur de penaltys des Girondins. Dans cet exercice, Douwi n’a pas encore connu l’échec : 46 penaltys tentés chez les Corinthians (cette statistique inclut ceux tirés avec les équipes jeunes), 46 réussis, 46 à contre-pied.


Quatrième d’une fratrie de cinq, Douwi a longtemps été le souffre-douleur de ses grands frères. Une période qu’il a vécue comme un service militaire spirituel, un passage obligé pour devenir l’homme qu’il est aujourd’hui : un type mi-starlette, mi-tyran. Cette deuxième facette a éclaté au grand jour au printemps dernier, en finale de la Coupe Gambardellão, face à Palmeiras. Les images captées par la TV Globo Esporte juste avant la séance de tirs au but révélaient alors que l’avant-centre avait désigné les tireurs avec un discours un brin intimidant : « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves... » Une manière de responsabiliser ses coéquipiers qui avait autant abîmé l’autorité de son coach – qu’il avait déjà prié de se taire lors de la causerie à la mi-temps – que fonctionné à merveille. Au bout de 120 minutes harassantes, les cinq joueurs des Corinthians avaient tous pris à contre-pied le gardien de Palmeiras (0-0, 5-4 tab). Cinquième et dernier tireur, Douwi avait célébré son but comme tous les autres : en dansant le « poupi poupi poupi pou » sans trahir la chorégraphie, qui consiste à balancer les épaules de manière aléatoire, les deux pieds scotchés au sol et le regard dans le vide.

Fran Sis fait les beaux jours du FC Dallas


Cet après-midi, un journaliste de France 3 Nouvelle-Aquitaine a sondé le prodige sur les relations qu’il entretient avec ses frères. L’attaquant de 18 ans a dégainé la carte de la sincérité, au risque d’abîmer quelques branches de son arbre généalogique : « Moi j'aime pas mes frères, moi j'aime que moi. » Avec Malcom, il retrouve tout de même le frère avec qui il a toujours eu le plus d’affinités intellectuelles. Les autres tracent leur route, tous dans le foot. Fran Sis, l’aîné, élu meilleur joueur de l’Alaska de la dernière décennie, vient de connaître son quart d’heure de gloire en début d’année en devenant le gardien de but du FC Dallas (MLS). Reaz, le deuxième, est resté au Brésil. Il a inventé le poste de 6 et demi, un job qui consiste à récupérer les ballons et à courir très vite sur l’aile droite, sans s’arrêter ni réfléchir. Son dernier tacle lui a valu trois mois de prison ferme. Enfin, Jah Mi, le petit dernier, vit encore chez ses parents. Il traverse sa préadolescence seul, à fixer le plafond de sa chambre. À la rentrée prochaine, il intégrera le centre de formation des Corinthians, les entraîneurs ayant décidé de le débaucher « par curiosité » .

Gâteau au chocolat et trottinette


Le hasard avait bien fait les choses aujourd’hui. Le jour de la présentation de Douwi, qui a hérité du n°9 laissé vacant depuis le départ de Diego Rolán, coïncidait aussi avec son 18e anniversaire. Pour l’occasion, le président Stéphane Martin, le coach Jocelyn Gourvennec ainsi qu’Alain Giresse, meilleur buteur de l’histoire du club, étaient tous là. Ils ont entonné un « joyeux anniversaire Douwi » vite relayé par la petite dizaine de journalistes présents. Puis un intendant est arrivé avec un beau gâteau au chocolat acheté à la pâtisserie du coin. Vissées quelque part au milieu de la ganache et de la dacquoise à la noisette, trônaient fièrement les bougies magiques, celles qui se rallument dès qu’on essaye de les éteindre. Douwi a soufflé une fois. Puis une deuxième pour afficher sa lassitude. Avant de se lever et de rentrer chez lui en trottinette avec son frère, il a conclu sa première conférence de presse par douze mots : « Je ne m'attendais à rien, mais je suis quand même déçu. »

Par Matthieu Pécot Tous propos recueillis sur W9
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 6 Hier à 13:40 Gourcuff out jusqu'en 2019 51
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:26 L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15