Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // FC Séville-Bayern Munich

Lewandowski, la tempête avant le calme

Partira ? Partira pas ? Au Real ? Au PSG ? Avant d’affronter le FC Séville ce mardi, Robert Lewandowski fait l’objet de spéculations continuelles qui feraient presque oublier son état de grâce avec le Bayern. Et si le Rekordmeister était bel et bien le club de sa vie ?

Modififié

Sans pitié avec son ex. Après avoir contribué à détruire Hambourg début mars (devenant au passage le meilleur buteur étranger de l’histoire du Bayern), Robert Lewandowski a remis ça le week-end dernier face à Dortmund, avec un triplé qui porte à 103 son total de pions marqués en Bavière. Ce qui lui permet de partager, avec Thomas Müller, la quatrième place des meilleurs marqueurs de l’histoire d’un club avec lequel il a presque tout gagné. Seule la coupe aux grandes oreilles manque à son palmarès et cela tombe bien puisque le Bayern ne devrait pas beaucoup souffrir face à Séville pour avancer dans cet objectif. Une question demeure cependant : en cas de nouvel échec européen, Lewy ira-t-il tenter sa chance ailleurs ?

À l’exemple de Kaiser Franck

Passée de série format court à saga interminable, la rumeur qui envoie Lewandowski au Real Madrid n’en finit plus de faire des siennes. Dernier rebondissement en date : la signature du Polonais en février avec l’agent israélien Pini Zahavi, connu comme étant l’un des intermédiaires du transfert de Neymar au PSG, mais aussi pour être proche de la Maison-Blanche, qui voudrait s’offrir coûte que coûte les services du buteur en série. Hors de question pour le président bavarois Karl-Heinz Rummenigge, qui parie dans Kicker que Lewandowski « jouera à 100% au Bayern la saison prochaine » . Une certitude qui rappelle le cas de Franck Ribéry, que des potins similaires envoyaient à Chelsea il y a dix ans et que Rummenigge qualifiaient après coup d’ « inconcevables » , précisant que la prolongation de l’ancien Marseillais chez le Rekordmeister était « une étape décisive dans le développement du club » . Quant aux bruits de couloir qui prêtent au PSG l’intention de débourser 150 millions d’euros pour le natif de Varsovie en cas de départ d’Edinson Cavani, Rummenigge n’a même pas pris la peine de les commenter. Pour lui, Lewandowski deviendra Kaiser Robert, comme Ribéry est devenu Kaiser Franck. Toute autre option est exclue.

Qui d’autre ?

Sur la même longueur d’onde que son boss, Jupp Heynckes s’est autorisé à en remettre une couche en conférence de presse : « Je sais comment fonctionne le Bayern et ses dirigeants. Le Real Madrid n'a donc aucune chance de le recruter » , a lâché le vétéran avant le quart de finale. Lui qui, à 72 ans, rêve d’un nouveau triplé avant de raccrocher une bonne fois pour toute sa parka d’entraîneur sait que les alternatives en pointe sont pour l’instant très minces. Sandro Wagner, malgré tout son amour pour le maillot bavarois, est bien le seul à se considérer comme « le meilleur attaquant allemand » . Timo Werner, l’étoile montante des buteurs d’outre-Rhin, possède encore deux ans de contrat avec le RB Leipzig qui n’entend pas se défaire de sa pépite. Quant à Harry Kane, un temps cité en Bavière, rien du côté de Tottenham n’indique un quelconque feu vert. Loin de ses déclarations choc sur la politique de recrutement munichoise ou le vieillissement de l’effectif, Robert Lewandowski est aujourd’hui en passe de devenir une légende de la Säbener Straẞe. Et même si à bientôt 30 ans, la C1 lui échappe encore cette saison, pas sûr qu’un autre club ne lui offre le même confort qu’au Bayern pour y parvenir un jour. Même pas quinze millions d’euros annuels sous le soleil de Madrid.



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 112
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur