Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lyon-Shakhtar Donetsk (2-2)

Les intermittents du spectacle

Mené 2-0 sur sa pelouse, l'Olympique lyonnais a trouvé les ressources pour sauver les meubles avec un nul 2-2 qui le maintient en tête de son groupe. Mais entre le soulagement et le sentiment de gâchis face aux possibilités lyonnaises, le cœur balance.

Modififié
Le Shakhtar Donetsk n'a pas le prestige de Manchester City, mais l'affiche à huis clos de ce mardi sentait le traquenard à plein nez. Et les Ukrainiens ont confirmé les craintes : une performance collective de haut vol et une qualité technique digne de la Ligue des champions, pour une première période totalement maîtrisée face à Lyon. L'absence de supporters ne suffisait pas, alors, à justifier la supériorité des visiteurs, ni leur avance méritée au score. L'OL de cette première période, c'est le mauvais visage d'une équipe capable du pire depuis le début de saison. L'OL post-réduction du score par Moussa Dembélé, est plus en phase avec la prestation exemplaire de Manchester.


L'Olympique lyonnais de Bruno Génésio est encore premier de son groupe de Ligue des champions ce soir, mais il donne l'impression de jouer avec le feu pour de douteuses raisons psychologiques, comme si les scénarios trop paisibles ne lui convenaient pas. En zone mixte, Lucas Tousart a mis en avant la jeunesse du groupe pour justifier les temps faibles catastrophiques de son équipe. Une excuse insuffisante pour expliquer qu'au jeu collectif huilé du Shakhtar, l'Olympique lyonnais ne tentait de répondre que par des fulgurances individuelles isolées.

Des lacunes masquées par le talent


Pire, sur le second but ukrainien, dans un temps fort lyonnais, l'équipe de Génésio s'est retrouvée totalement coupée en deux, avec des milieux et attaquants aucunement concernés par le repli défensif. Et face à un adversaire du calibre de Donetsk, une défense livrée à elle-même ne peut pas grand-chose. Les manques de l'OL – qui a couru 5 km de moins que son adversaire ce soir – seront masqués en partie par la capacité de réaction incroyable du groupe lyonnais, revenu dans le match en moins de cinq minutes, avec l'impression de pouvoir aller chercher les trois points quand on les croyait morts l'instant d'avant. Faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ? Force est de constater que malgré tous ses écarts « collectifs » , Lyon peut rêver aussi bien en Ligue 1 qu'en C1. Force est de constater également que rarement ces dernières années on a vu une telle concentration de talents dans une écurie française – excepté Paris –, le dernier exemple comparable étant le Monaco de 2016-2017, à un Kylian Mbappé près.

Un potentiel à exploiter


Lyon est suffisamment armé (Fekir, Depay, Aouar, Ndombele...) pour faire très mal à n'importe qui. Le match à Manchester City l'a prouvé. Reste pour cet OL à apprendre à se faire mal, à jouer tous les matchs, qui plus est du début jusqu'à la fin. Et alors de très belles choses pourraient se produire cette saison au Groupama Stadium. Reste que cette capacité à maintenir son niveau de jeu quelle que soit l'opposition, c'est bien ce qui fait finalement la différence entre une bonne équipe et une grande. Il ne manque pas forcément beaucoup de choses à Bruno Génésio et ses hommes pour franchir le pas, mais ce sont souvent les derniers paliers les plus compliqués à passer. Et si cet OL-là n'y parvient pas, on ne pourra s'empêcher d'y voir une forme de gâchis.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:27 Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 12 Hier à 15:01 Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 99
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 09:30 Les trophées 2018 de SO FOOT !