Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG champion de France

Les dix dates clés de la saison du PSG

Difficile de savoir où s'est vraiment joué le titre du PSG. Contre l'OL ? À Bordeaux ? En 2011, quand le Qatar rachetait le club ? En décembre 2011, lors de la signature de Carlo Ancelotti. En janvier dernier lors de la tragique disparition de Nick Board, un membre du staff ? Pour vous, on a sélectionné dix dates clés de la saison parisienne.

Modififié

14 juillet 2012. Signature de Thiago Silva


Dans la même journée, Ezequiel Lavezzi dispute son premier match amical sous le maillot du PSG et le club annonce sur son site le braquage de Thiago Silva à l'AC Milan. Une grosse quarantaine de millions et l'arrivée d'un crack valide la première étape vers la route du titre de champion de France. C'est définitif, le PSG a basculé. Avec le capitaine du Brésil, les dirigeants parisiens annoncent la couleur : on n'est pas venu pour blaguer. La première pierre est posée. Elle est dorée. Avec une bouche sensuelle et une anticipation faite de velours.


18 juillet 2012. Conférences de presse de Zlatan Ibrahimović et Marco Verratti


Avec le recul, les médias ont expédié les affaires courantes lors de la conférence de presse de Marco Verratti. Marco qui ? Le petit gros venu d'une obscure taule de D2 italienne n'intéresse personne. S'ils savaient... Les gens attendent « la » star. Zlatan Ibrahimović. Un mégalo fan des buts, champion partout où il a joué et véritable figure médiatique d'un club qui veut se vendre partout où l'argent coule à flot. Dès la conférence d'arrivée, le Z est dans une autre dimension. Et sa présentation officielle sur la place du Trocadéro confirme la première impression. Cette saison sera celle du n'importe quoi médiatique. Sur et surtout en dehors du terrain.

5 août 2012. Lorient-PSG, un couac et un doublé


Comme souvent, le club se rate au démarrage et se retrouve mené 0-2 à la mi-temps au Parc des Princes. Les crachats sont déjà prêts mais Ibrahimović va griffer une première fois le championnat. Complètement dépassé en première mi-temps, les hommes de Carlo Ancelotti se reprennent et arrachent un match nul sur un doublé d'Ibrahimović pour son premier match en France. Le Suédois est déjà dans le tempo. Puissance physique, gueule de con et buts. Ah oui, le Z fait sa première victime : Bruno Ecuele Manga, qui laisse son genou sur le pré sur une frappe du numéro 18. Et de un.

2 Septembre 2012. Lille-PSG, le Z griffe la Ligue 1


Le premier tournant de la saison après un été pourri ou chacun se demande si le club ne va pas droit dans le mur. Et puis le déplacement à Lille tombe un pic. Une destination qui se refuse très souvent au PSG. 27 secondes de jeu, Ibrahimović s'amuse de Landreau. Une demi-heure plus tard, il remet le couvert. Les Parisiens signent leur première grosse performance en championnat (2-1). Loin du Parc, qui plus est. Le début d'une force de frappe impressionnante hors de ses bases qui verra le club l'emporter à Bordeaux, Rennes et Lyon, entre autres. Des destinations jusqu'ici maudites.

1 décembre 2012. Nice-PSG, le club est quatrième, Carlo sur la sellette


Début de l'hiver sur la Côte d'Azur et première grosse alerte. Les ouailles de Leonardo se font violer au stade du Ray par le Gym de Claude Puel. Le PSG livre ce soir-là son plus mauvais match de la saison. Pas d'engagement, aucune envie, un Van der Wiel fantomatique et une défaite qui fail mal. Hasard ou coïncidence, c'est le plus mauvais match de Blaise Matuidi qui termine sur un rouge. Au coup de sifflet final, le PSG est quatrième et le Qatar s'impatiente déjà. La tête d'Ancelotti est mise à prix. Il devra vaincre ou périr. Sans pitié.

7 décembre 2012. Nene est absent du groupe qui affronte Évian suite à sa bouderie contre Porto


Une semaine après le match de Nice, les Franciliens se sont offerts le maillot jaune de leur groupe de Ligue des champions en battant Porto en milieu de semaine (2-1). Un match durant lequel Nene a fait une bouderie d'enfant. Moralité, l'écarteur de narines sur Adidas est puni et n'est pas convoqué pour la venue d'Évian-Thonon. Le début de la fin de son histoire d'amour avec la capitale. C'est l'un des gestes forts d'Ancelotti qui doit composer avec un groupe large. Au Parc des Princes, les Hauts-Savoyards explosent (4-0) avec un Thiago Motta de gala (+ de 100 ballons joués et un but). Le début du renouveau en Ligue 1.


24 février 2013. PSG-OM, la folie David Beckham


Gérard Majax sort des lapins. Leonardo sort David Beckham. Chacun son style. L'Anglais signe pour cinq mois. Beaucoup pour la galerie, un peu pour le football. Contre l'OM, l'Anglais est épié pendant tout le match alors qu'il ne joue même pas. C'est le début de la folie « Beckham » . La tribune de presse dégueule de monde et le centre de gravité s'est déplacé. Il n'y en a que pour le numéro 32. Son entrée en jeu est un bordel général. Décidément, le PSG n'appartient plus aux Parisiens, c'est devenu une marque internationale. C'était le souhait de QSI. Merci qui ?

9 mars 2013. Le Parc siffle Ibra, le Suédois claque un doublé contre Nancy


« Ils en demandent beaucoup. C'est étrange au regard de ce qu'ils avaient par le passé. Parce qu'avant, ils n'avaient rien  » . Zlatan Ibrahimović n'a pas aimé se faire siffler contre Marseille en Ligue 1 et le fait savoir. Sur le terrain, d'abord, en plantant un doublé. Dans la zone mixte, ensuite, en balançant une punchline bien à lui. Entre le Suédois et le public versatile du Parc des princes, c'est l'incompréhension. Leader et meilleur buteur du championnat, les tribunes estiment mériter plus. Carrément.

6 avril 2013. Rennes-PSG, une victoire en costaud entre les deux matchs de Barcelone


Le PSG a déjà la tête à Barcelone pour son quart de finale de Ligue des champions retour. Pourtant, il y a un match de championnat à jouer, à Rennes. Là où Mamadou Sakho a l'habitude de marquer dans son propre but. Pas cette année puisque Jérémy Ménez régale avec un caramel « slalom » et Ibra plante une seconde banderille dans les arrêts de jeu. Entre les deux matchs de C1, Paname fait le plein. Mieux, les trois matchs coincés durant l'intermède barcelonais sont gérés à la perfection (Montpellier, Rennes et Troyes) : Trois victoires, aucun but encaissé. La machine à sang froid est lancée.

28 avril 2013. Évian - PSG, une victoire nerveuse


La fin approche et les slips se serrent. Comme à Annecy où les Parisiens terminent à neuf (Beckham et Verratti dehors) avant qu'un immense pugilat ne laisse Sirigu sur le carreau. Oui, les mecs sont tendus à l'approche du sprint final mais reviennent des montagnes avec les trois points (1-0) et comptent neuf points d'avance à quatre journées de la fin. La victoire du sacre. Psychologiquement parlant. Il faudra attendre deux journées de plus, et un carton rouge à Thiago Silva, pour voir le club valider définitivement son titre de champion de France, à Lyon. Comme un symbole.

Vidéo


par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié