Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Augsburg-Bayern (1-4)

Les cinq hommes du titre du Bayern

Et voilà : au bout de vingt-neuf journées et d’un derby bavarois facilement plié à Augsburg (1-4), le Bayern Munich est de nouveau champion d’Allemagne, pour la sixième année consécutive. Du jamais-vu dans l’histoire de la Bundesliga. Focus sur cinq hommes qui ont marqué une saison presque trop facile.

Modififié

  • Jupp Heynckes


    Tchüss Mister, hallo Veteran ! Lorsque Jupp Heynckes remplace Carlo Ancelotti le 9 octobre, le Bayern est – seulement – troisième, mais compte huit longueurs de retard sur un Dortmund en feu. Pire, il cumule déjà deux défaites : la première contre Hoffenheim, la seconde contre le PSG en Ligue des champions. Alors que le pari de rappeler un vieux monsieur de soixante-douze ans apparaît complètement fou, Heynckes prouve qu’il connaît le Rekordmeister mieux que personne. En trois matchs, il fait remonter les Bavarois sur le trône et se paye une série de quinze victoires consécutives pour finalement devancer Schalke 04 de vingt points. Dommage, à deux journées près, il égalisait le record du titre obtenu le plus tôt, un exploit réalisé par Pep Guardiola en 2014. Toujours en course en Pokal comme en Coupe d’Europe, papy Jupp rêve secrètement de rééditer le triplé de 2013. Avant de raccrocher sa parka une bonne fois pour toutes. Faut pas pousser.



  • Sven Ulreich


    Remplacer au pied levé un gardien inamovible qui s’est cassé le sien, c’est le défi qui attend Sven Ulreich dès la cinquième journée de championnat. Et même si depuis, sa moyenne de buts encaissés n’est pas terrible (dix-huit en vingt-trois rencontres), l’ancien portier du VfB Stuttgart a tout de même réalisé onze clean-sheets en sept mois. Pas mal pour tenir le coup moralement, surtout quand le retour de Neuer est repoussé trois fois d’affilée et que sa date de retour exacte est toujours inconnue. En attendant une probable qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions, on lui pardonne aisément la petite gifle reçue en début de saison contre Paris (3-0). Même Manu n’aurait pas pu faire mieux.




  • Robert Lewandowski


    Indispensable, voilà l’un des adjectifs qui résume la place du Polonais au sein de l’effectif bavarois. Avec vingt-six buts en vingt-six matchs (soit près d’un tiers du total marqué par son équipe), Robert Lewandowski caracole logiquement en tête du classement des buteurs et est bien parti pour s’adjuger la couronne de Torschützenkönig, la troisième après 2014 et 2016. Un seul bémol : la rumeur persistante qui l’envoie au Real Madrid la saison prochaine. Mais du côté de la direction, on s’est montré très clair : Lewy ne bougera pas. Ouf, soupire-t-on dans les travées de l’Allianz Arena. Ce septième titre d’affilée ne va pas se gagner tout seul la saison prochaine.



  • Thomas Müller


    Après un Euro 2016 catastrophique, au cours duquel il n’a pas inscrit le moindre but, Thomas Müller vit un véritable enfer sous Carlo Ancelotti : cinq buts faméliques, mais quatorze assists pour se rattraper et confirmer qu’il est bel et bien un faux numéro 9. On pense alors au pire : voir partir le dernier des Mohicans, le seul Munichois d’un club de plus en plus international. Puis Jupp Heynckes est arrivé et a commencé par lui donner le brassard de Neuer, blessé. Et même si le vétéran se paye le luxe de faire jouer deux équipes selon la compétition, Müller est titulaire indiscutable dans chacune d’entre elles. Parfait pour retrouver la confiance, comme en témoigne sa deuxième position au classement des buteurs du Bayern. Oublié les quatre matchs manqués en novembre à cause d’une déchirure musculaire, Thomas Müller va bien, il excelle dans son rôle de métronome, et c’est toute l’équipe qui en profite. Reste à voir si le titre sera sa plus grande réjouissance de l’année, lui qui au mois de mars avait déclaré « se sentir comme un père » , après la naissance d’un poulain au haras qu’il possède avec sa femme.




  • Franck-Arjen Robbery


    L’un est à gauche, l’autre est à droite, mais les deux font des merveilles au centre. Mis au placard sous Ancelotti, Franck Ribéry (35 ans) et Arjen Robben (34 ans) ont profité du retour de Jupp Heynckes pour briller de nouveau. Avec un temps de jeu et un nombre de buts équivalents, le Français et son acolyte batave font partie des pièces maîtresses de l’effectif bavarois en championnat comme en Ligue des champions. Leur coach les décrit comme étant parmi les plus motivés à l’entraînement, tandis que leur président souligne la grandeur de leur statut au sein de l’équipe. Une seule question demeure : qu’adviendra-t-il de la paire Robbery après le départ de Heynckes ? Tous deux terminent leur contrat en fin de saison et ne se verraient pas partir ailleurs, vu leur âge. Petit à petit, des voix s’élèvent pour exiger que leur avenir cesse de baigner dans le flou. Question de respect.



    Par Julien Duez
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75