Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Jeux olympiques (M)
  2. // Gr. A
  3. // Mexique-France

Faites vos Jeux !

Ce jeudi à l’heure de la pause café (ou des croissants pour les vacanciers), les Bleus olympiques entament leur tournoi face au Mexique. Et plutôt que l'indifférence, cette équipe de bric et de broc mérite justement tout notre soutien.

Modififié
22/07/2021 à 10h
Jeux olympiques
Diffusion sur

La foudre d’Usain Bolt, la rage de Teddy Riner, la Dream Team de Jordan, l’insouciance de Laure Manaudou, les larmes de Brahim Asloum. On a tous une image qui vient spontanément en tête lorsqu'il est question des Jeux olympiques. Mais celle-ci est rarement en lien avec le football. Et encore moins avec le football français, à moins d’avoir été devant son poste de télévision pour les buts de François Brisson et Daniel Xuereb face au Brésil, le 11 août 1984, offrant la médaille d’or à l’équipe d'Henri Michel aux Jeux de Los Angeles. De l’autre côté du Pacifique, 37 ans plus tard, et surtout 25 ans après la dernière participation d’une équipe de France masculine, c’est une toute nouvelle génération qui cherchera à combler les pages vides de cet album photo. « Les JO représentent mon enfance, mon attrait pour les autres sports : basket, handball, athlétisme, judo... Être au milieu de tous ces athlètes, c'est un truc de malade, jubilait André-Pierre Gignac en conférence de presse. En plus nous, l'équipe de France de football, cela fait très longtemps que nous n'y sommes pas allés et c'est donc encore plus un honneur. » De plus, les garçons ne pourront pas partager ces honneurs avec leurs homologues féminines, absentes cette année. Pour résumer : tous les regards seront braqués sur Tousart, Bernardoni and co.



Pourtant, ces Bleus devront laisser le poids de cette (non-)histoire derrière eux. Dans des conditions à foutre le cafard, la faute à la Covid et à une bulle plus drastique que jamais, ce sont des Olympiades inédites qu’ils s’apprêtent à vivre. Pourtant, l’expérience en vaut la chandelle, et Sylvain Ripoll pourra leur rappeler la chance qu’ils ont. « J’ai prié très fort pour être dans le groupe du Japon et donc au village olympique (les matchs auront lieu dans la grande métropole de Tokyo, NDLR), pour vivre l’évènement au cœur du réacteur, rapportait le sélectionneur à l’AFP. Il y a une envie de partage, de découverte, de connexion avec tous ces champions. J’espère que ça va nous porter de sentir partout le haut niveau, la performance. » À peine débarqués, certains croquent déjà à fond dans le charme de l’olympisme. « C'est totalement différent de ce qu’on a l’habitude de connaître. Normalement, on est au vert et on ne croise personne. Là, on mange tous ensemble au self avec les autres athlètes » , assure Florian Thauvin à L’Équipe. Mais comme le dit Ripoll : « Vivre vraiment l’événement, c’est aussi avoir beaucoup d’ambition et l’envie de faire des résultats. »

« Ce qui est important, c'est ce qu'on crée entre nous »


Et c’est là, contre le Mexique, l’Afrique du Sud puis l’hôte japonais, que les choses se joueront. Un groupe a priori abordable sur le papier, même si André-Pierre Gignac pourra se rappeler que la dernière fois que la France était opposée à El Tri et aux Bafana Bafana, les choses se sont gâtées. Mais cette joyeuse troupe devra écrire son propre roman, alors même que la préface a été pleine de ratures. La faute à des clubs pas forcément très corpo et qui ont obligé le staff à revoir sa copie, en retenant des joueurs comme le Rennais Eduardo Camavinga, le Lillois Jonathan Ikoné ou le Niçois Amine Gouiri. Autant de garçons qui avaient gagné le droit de voir Tokyo grâce à leurs performances avec les Espoirs, mais qui devront rester en France pour des amicaux contre Levante, Porto ou l'Union Berlin. Les 21 embarqués dans l’avion ne sont donc pas tous du premier choix, mais les présents assurent que le collectif reste cohérent. « Sylvain n’a pas pioché non plus les joueurs au hasard. Il y a des mecs décisifs en L1, à l’AC Milan (Pierre Kalulu), à la Real Sociedad (Modibo Sagnan), ce n’est pas rien. S'ils sont là, c'est parce que Sylvain les a choisis et qu'ils avaient quelque chose, garantit par exemple le capitaine Gignac, dans les colonnes de L’Équipe. Ce qui est important, c'est ce qu'on crée entre nous. Je ne l'échangerais surtout pas contre des joueurs de renom, car je suis heureux d'être avec ces mecs. »



Bon an, mal an, l’ancien coach des Merlus a réussi à finir son casting et semble s’y retrouver : « Il y a vraiment de bonnes ondes dans ce groupe, avec cette mixité très riche entre de plus anciens qui apportent leurs expériences, des jeunes avec leur fougue et leur générosité, et d’autres qui connaissent bien la catégorie pour s’être qualifiés. » Les trois vieux briscards Thauvin, Gignac et Savanier pourront peser de toute leur expérience et de leurs playlists avec du Sardou dedans. Mais si les Jeux sont beaux, c’est aussi parce qu'ils permettent de se laisser séduire par de nouveaux visages, des amours d'été ou plus si affinités, qu’il ou elle soit kayakiste, épéiste ou footballeur/se. Ainsi, on pourra découvrir le défenseur valenciennois Ismaël Doukouré, présenté comme le nouveau Dayot Upamecano, le milieu cannais Alexis Beka Beka, qui a impressionné APG par sa maturité, le meneur Enzo Le Fée à la baguette ou encore l’attaquant de poche rémois Nathanaël Mbuku. Un mot d’ordre : rien à perdre et donc tout à gagner. Et il n'y a plus qu'à laisser l'esprit olympique s'occuper du reste.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
il y a 1 heure Les joueurs de Premier League obligés d'être vaccinés pour jouer ? 10
il y a 4 heures Auditionné par l'Assemblée nationale, Didier Quillot revient sur l'affaire Mediapro 31
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 7 heures Un impressionnant tourbillon de poussière retarde un match en Bolivie 11 il y a 10 heures La FIFA confiante pour la mise en place de sa réforme sur les agents dès juillet 2022 8
il y a 10 heures Bristol prête un de ses joueurs lors d'un amical, il égalise 16