Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // En partenariat avec Uber Eats

Paris : l'heure de gagner un choc au Parc a sonné

Incapable de gagner face aux gros cette saison, le PSG se retrouve face à un défi de taille : faire tomber le grand Bayern Munich. Six jours à peine après sa victoire dans le sud-est de l'Allemagne, le club de la capitale serait bien inspiré de retrouver enfin le sourire dans son antre. L'opportunité de griffonner au passage l'une des plus belles pages de son histoire.

Modififié

Quel est le point commun entre Bruno Fernandes, Marcus Rashford, Florian Thauvin, Tino Kadewere, Sofiane Diop, Guillermo Maripán et Jonathan David ? Eh bien, ils ont tous crucifié le PSG au Parc des Princes cette saison pour repartir avec la victoire dans les valises. À chaque rendez-vous au sommet dans son antre (United, OM, OL, Monaco ou encore Lille), l'histoire est la même cette saison pour le PSG. Pire, les Rouge et Bleu ne comptent qu'un petit but inscrit sur ces cinq rencontres. L’œuvre... d'Anthony Martial, auteur d'une belle tête contre son camp avec les Red Devils en septembre dernier, histoire de sauver un peu les apparences. Ajoutez à cela un nul bien heureux face au Barça, et vous obtenez l'un des principaux ingrédients d'une saison jusqu'ici bien mitigée. L'occasion est donc belle pour les finalistes de la dernière édition de taper du poing sur la table en remportant enfin un choc sur leurs terres et bonifier le miracle de Munich. Même si, ironie, ils n'ont même pas besoin de s'imposer pour se qualifier...

Retrouver le confort de son foyer


Le 13 février dernier, les champions de France dominaient péniblement Nice en championnat de France (2-1). Ils sont alors loin d'imaginer que deux mois plus tard, jour pour jour, ils n'auraient toujours pas goûté à nouveau au plaisir de la victoire sur leur pelouse en championnat – tout juste en Coupe contre Lille. « C'est difficile à comprendre. Cela fait partie des questions que nous devrons analyser en fin de saison pour savoir pourquoi, si c'est quelque chose de passager, ou s'il y a une influence à laquelle nous devons être attentifs à l'avenir » , répondait Mauricio Pochettino la semaine passée, interrogé sur la capacité de ses ouailles à se surpasser loin de chez eux, mais pas dans leur propre salon.


Car depuis le coup d'envoi de cette saison semblable à aucune autre, où les victoires à l'extérieur sont monnaie courante dans des stades aussi vides qu'une coquille d’huître, le contraste est saisissant. Revenus en patron de Manchester, Barcelone ou Lyon, les Parisiens ont choke à chaque fois qu'il leur a été demandé de hausser le ton chez eux. Un comble pour des hommes qui avaient pris l'habitude de ne laisser échapper que des miettes devant leur public, le plus souvent une fois le printemps venu et les joutes domestiques déjà entendues. Comme en mars 2018, quand le Real Madrid était venu clore deux ans d'invincibilité à domicile toutes compétitions confondues, soit 51 matchs.

« Face au Barça, même avec Verratti et Paredes, on avait eu du mal à garder le ballon. Ce n'est pas une question de noms, mais d'attitude collective et de façon d'aborder le match. » Mauricio Pochettino

Prendre les choses en main


Malmenés, bousculés, mais finalement victorieux la semaine passée à Munich, les Parisiens n'auront pas le choix : à moins de croire en la répétition des miracles, il leur faudra faire preuve de davantage de maîtrise. En Bavière, ils ont donné l'impression de ne jamais rien contrôler, dépassés par la furia rouge et profitant d'un réalisme digne du pire script sur FIFA. Les retours de Leandro Paredes et Marco Verratti – qui ne devrait toutefois pas débuter – ne seront pas de trop dans la bataille pour la terre du milieu, mais loin d'être suffisants pour éteindre Joshua Kimmich et ses potes. « Face au Barça, même avec Verratti et Paredes, on avait eu du mal à garder le ballon. Ce n'est pas une question de noms, mais d'attitude collective et de façon d'aborder le match » , insistait d'ailleurs Pochettino lundi, à la veille des festivités.


Et le technicien argentin de clamer haut et fort ses intentions : « On essaiera d'imposer nos idées. Le football est un jeu, et on verra qui aura le contrôle et imposera ses idées. » En espérant que ces desseins ne consistent pas à tous se recroqueviller pour se tenir chaud en attendant que l'orage passe. Surtout que depuis l'exploit de Luis Fernandez et George Weah en 1994, Paris connaît la recette : en quatre réceptions du Rekordmeister, le club de la capitale compte quatre succès. Dont le dernier dessiné par les coups de crayon de Neymar et Mbappé, déjà, quelques semaines à peine après leur transfert record vers la Ville Lumière.


Si ça, ce n'est pas un duel de légende

Pour rêver plus grand


Mais que pèsent Lille, Lyon ou même Manchester United face à ce Bayern-là, devenu machine à broyer depuis la nomination d'Hansi Flick comme commandant en chef ? Un succès ce mardi aux alentours de 23h balaierait d'un seul coup une large part des doutes affichés par ces Parisiens à la maison depuis de longs mois. Surtout, il offrirait au PSG le deuxième scalp d'un grand d'Europe en l'espace d'un mois. Et l'installerait un peu plus à la table des plus grands où il n'a pas encore pleinement son rond de serviette, en atteste la réaction de Thomas Müller au moment du tirage au sort et la confiance affichée par les Allemands depuis. « Je suis convaincu que nous allons passer, parce que nous sommes la meilleure équipe » , répétait encore Joshua Kimmich cette semaine sur le site officiel du Bayern, malgré le revers de l'aller. En voilà un qui a peut-être trop regardé Paris jouer chez lui cette année... Aux Parisiens de lui renvoyer le boomerang en pleine tronche.

10€ Offerts gratuitement, sans dépôt, pour parier sur le PSG Bayern de ce soir


Par Tom Binet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 23:21 Revivez le quiz spécial « Ligue 1 2020/21 » avec Paul de Saint Sernin
Hier à 16:18 Les supporters de la Lazio font pression pour qu’Inzaghi prolonge 15
Hier à 14:30 Ed Sheeran nouveau sponsor maillot d'Ipswich Town 37 Hier à 13:55 En Espagne, le fou rire d'Eden Hazard dérange 145
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 12:33 Et si le pinard sauvait les Girondins ? 65
Hier à 10:15 Patrick Guillou raconte sa dépression 26