Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Il s'appelait Zaki Anwari et il avait 17 ans

Les images, hélas, ont déjà été vues par tous. Alors qu’un Boeing C-17 décolle de Kaboul, deux corps tombent en plein vol. Zaki Anwari fait partie de ceux qui sont morts en voulant quitter l’Afghanistan. Depuis ses douze ans, il portait les couleurs de l’équipe nationale, et voulait à tout prix continuer de jouer au football.

Modififié
Continuer à rêver peu importe les conséquences, c’est tout ce que souhaitait Zaki Anwari. Mais pour ce jeune footballeur afghan, l’histoire s’est conclue de manière tragique. Ce lundi 16 août, alors que les foules de Kaboul se ruaient sur le tarmac pour suivre les avions militaires des États-Unis sur le départ, il s’est accroché. Par tous les moyens, il voulait quitter son pays. Un ami proche qui vit en Angleterre nous confie : « Il m’avait demandé de parler à mon père pour qu’il me rejoigne en Angleterre, mais c’était impossible. Après il voulait aller aux États-Unis. Il voulait partir. » Mais il a logiquement et malheureusement fini par céder, avant de s’échouer sur le sol de la capitale afghane, laissant tous ses proches et le monde du sport en deuil.

Numéro 10 des U12 aux U16 Afghans

La Direction générale de l’éducation physique et sportive du pays parle d’un jeune parmi « des centaines d’autres qui voulaient quitter le pays » . Lui qui portait le maillot de l’équipe afghane depuis ses douze ans a tout de suite compris que la carrière dont il rêvait allait partir en fumée. Lorsque les Talibans étaient au pouvoir entre 1994 et 2001, la pratique du football de haut niveau était interdite, et l’équipe nationale ne jouait pas. Inimaginable pour lui, dont la fierté était de porter le maillot national. « On jouait ensemble dans la même équipe il y a cinq ans, en U12 de l’Afghanistan, poursuit son ami. Il jouait pour l’équipe nationale depuis longtemps, jusqu’aux U16. » Attaquant floqué du numéro dix, Zaki Anwari n’a pas joué pour les U20 Afghans comme on a pu le lire ici et là. Né en 2004, il avait en réalité dix-sept ans, non pas dix-neuf.


Fan du Barça, il étudiait le français

En parallèle de la pratique de sa passion et du suivi du FC Barcelone, son club favori, il étudiait à Kaboul, au lycée Esteghlal. Un lycée où il apprenait le français. Logique vu l’histoire de l’établissement, qui a toujours été un trait d’union symbolique entre Afghanistan et France. Quand Georges Pompidou, alors Premier ministre, est venu poser la première pierre du chantier en 1968 lors d’un voyage à Kaboul, c’était un des premiers lycées français de la ville. Détruit entre temps par les Talibans, il a pu renaître dès 2002, en gardant son héritage français. Contacté par le New York Times, Aref Peyman, chef des relations médias des fédérations sportives afghanes et du comité olympique local, dépeint un garçon « gentil et patient. Il venait d’une famille pauvre de Kaboul et a travaillé pour atteindre son rêve de jouer pour l’équipe nationale tout en étant étudiant. Il n’avait aucun espoir et voulait une meilleure vie. »


D’autres, comme Kamia Yousufi, sprinteur et porte-drapeau afghan lors des Jeux Olympiques de Tokyo, ont eu la chance de s’en sortir. Par peur, l’athlète a pris la direction de l’Iran. Zaki, lui, n’a pu atterrir au Qatar, où se dirigeait le Boeing C-17 auquel il avait tenté de s’accrocher. « Que son âme repose en paix et que l’on se souvienne de lui » , espère l’entraîneur adjoint de la sélection Ali Askar Lali, d’après les propos relayés par le quotidien espagnol AS. « Celui que tu es en train de devenir est bien plus important que celui que tu étais » , écrivait Zaki Anwari le 24 juin sur son compte Instagram. Le triste symbole qu’il est devenu permettra au jeune homme qu’il était de demeurer à tout jamais.

Par Emile Gillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi
il y a 3 heures Samir Nasri explique pourquoi il a raccroché les crampons 40
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine